photographie


Martin Colombet

Photographe

Promotion : 2010



Martin Colombet est né en 1986, à Saint Etienne. Il s'intéresse très tôt au dessin et à la peinture ainsi qu'a la musique. Il découvre la photographie bien plus tard, en 2007, grâce à un voyage au Canada.

Il intègre l’ETPA de Toulouse en 2008, puis, l'année suivante, l'atelier de Pierre Barbot, où il obtient, à son terme, la mention spéciale du Jury au grand Prix ETPA 2010. Il a ensuite fait une rencontre déterminante avec Stéphane Lavoué, qu'il a assisté pendant un an.

Il a également été deux fois finaliste de La bourse du Talent en 2013 avec « Les Regards de Marco » et en 2014 avec « Un Squat Africain ».

Aujourd'hui, à 30 ans, il est photographe et vit et travaille à Paris, principalement pour la presse, en portrait et en reportage. Ses principaux clients sont Libération, Télérama, le M et Grazia.

C’est lors d’une interview pour Lomography magazine que Martin se dévoile :

« Ma première formation a été de photographier des milliers de gens bourrés avec des lumières pourries en boîte de nuit comme je te disais. Même là, j’essayais de chercher une vérité chez les gens que je photographiais.

Quand j’ai décidé de faire ça plus sérieusement, je me suis inscrit dans une école, à l’ETPA, à Toulouse. J’ai failli me faire virer dès la première année, j’arrivais séché tous les matins car je bossais à Mac Do à côté, mais deux profs qui croyaient en moi m’ont sauvé et m’ont fait passer directement en 3ème année.
Là, j’ai rencontré Pierre Barbot qui animait l’atelier, il m’a aidé à passer pas mal de paliers. Après, j’ai fait une rencontre déterminante avec Stéphane Lavoué, qui est un très bon photographe. Je l’ai assisté pendant un an, j’ai beaucoup appris à ses cotés. J’aimais beaucoup sa sensibilité, on a 15 ans d’écart mais on se comprenait bien, on voyait les choses de la même façon.

Il y a aussi la rencontre avec le travail de certains artistes : Avedon, Bashung, Mano Solo ou même Bach. J’avais une prof de piano qui disait souvent « Bach m’a sauvé la vie ». Ça fait gagner beaucoup de temps en tous cas.

(...) J’ai été finaliste deux fois à la bourse du Talent, avec « Les Regards de Marco » une série sur l’amitié et l’intimité, faite à la chambre 13x18 en calotype, et une série de portrait dans « un Squat Africain », faite à la chambre aussi. Pour la mention spéciale du Jury, je l’ai gagnée principalement grâce un travail sur un Squat Anarchiste Autonome à Toulouse. »

Pour découvrir toutes les photographies de Martin, rendez-vous sur son compte Instagram et sur sa page Facebook.






Vos informations ont été reçues.

Votre demande sera traitée dans les plus brefs délais.

Vos informations sont en train d'être envoyées.

Merci de patienter.