Auteur photographe

Vous vous lancez ! Fort de votre technique, de votre créativité, vous avez décidé de débuter dans le monde de la photographie professionnelle. Cela passera très souvent par le statut d’Auteur Photographe. Qu’en est-il ? Quelle est la nature de son activité ? Quelles compétences pour quelle carrière ? Quel statut ?



Auteur photographe d'art

Le photographe d’Art



Les missions du photographe d'art

Le photographe-auteur, plus communément appelé « photographe d’Art » se différencie du statut de photographe professionnel (statut artisan) par la nature de l’activité exercée au niveau photographique. L’activité d’auteur revêt donc deux spécificités reconnues :

  • les prises de vues destinées à faire des cessions de droits d’usage pour les entreprises, les agences de publicité, pour des banques d’images, etc
  • la cession d’œuvres originales dans les conditions prévues par l’administration fiscale. 
Le photographe auteur vend donc des droits d’auteurs pour une utilisation définie, d’une production visuelle sur une durée définie.

Ce statut, dépendant de l’AGESSA, ne permet pas toutes les activités photographiques et n’inclut pas la photographie dite sociale (mariages, baptêmes…) qui reste l’apanage des artisans photographes.

L’auteur photographe ne facture donc pas des honoraires mais des rémunérations de mises en œuvres assorties de droits d’auteur. Il reste néanmoins « entreprise individuelle » stricto sensu mais ne dépend pas de l’URSSAF. Un photographe auteur paiera des cotisations sociales moins importantes qu’un autoentrepreneur et encore moins qu’un artisan, et il sera exempté de taxe professionnelle.

Qualités requises & compétences

Se définir comme auteur implique de connaître ses droits et de savoir les défendre. Il faut apprendre à faire une cession de droits valable et ne pas craindre de devoir négocier ferme avec son client pour lui expliquer de façon très pédagogique le principe du droit d’auteur. 


On trouve normal qu’un chanteur perçoive une rémunération distincte lorsqu’il passe sur différentes radios : le principe est le même pour un photographe qui a pensé en amont sa photo puis a mis les moyens techniques en place pour la réaliser.

Bien sûr, il devient plus dur de défendre ce système de rémunération du travail lorsqu’il n’a rien de créatif. Et la question du prix de la prestation reste l’enjeu majeur au-delà du type de contrat établi. Il n’en reste pas moins que choisir son statut revient à définir son travail et la valeur qu’on lui attribue, artistique ou commerciale. C’est le meilleur moyen de savoir par la suite comment défendre son tarif.

Carrière, possibilités d’évolution

Pour commencer à travailler dans l’illustration ou pour la vente d’œuvres photographiques en tirages limités, il s’avère pratique, relativement peu contraignant et apporte une sécurité financière très supérieure au statut d’artisan photographe (charges sociales sensiblement moins élevées). Mais là encore, la concurrence est sévère.






01 / 02




Nos anciens




parôles de pros
  01 02 03 04 / 04




Ce qui me frappe chaque année, c’est le côté photographiquement mature des élèves de 3e Année de l’ETPA, avec lesquels les cours sont un échange permanent. Le niveau des dossiers présentés au jury de fin d’année atteste d’une maîtrise du métier dans sa diversité, gage d’une formation pluridisciplinaire.

Alain De Baudus
Photographe / Studio Bleu Bengale

La formation devient de plus en plus professionnelle. Pour une formation aussi généraliste, avoir atteint ce niveau de qualité c'est assez impressionnant. Tous les étudiants peuvent être fiers de ce qu'ils ont fait.

Aurélien Loos
Directeur général de Leikir Studio



Vos informations ont été reçues.

Votre demande sera traitée dans les plus brefs délais.

Vos informations sont en train d'être envoyées.

Merci de patienter.