close-game-design

CE SITE UTILISE DES COOKIES ET VOUS DONNE LE CONTRÔLE SUR CE QUE VOUS SOUHAITEZ ACTIVER

Tout accepter
Parametrer

Personnalisation des cookies

arrow-down-game-design
Enregistrer
Revenir aux actualités

Le magazine CanardPC se retrouve en grande difficulté suite à la crise du réseau de distribution de journaux Presstalis.

actualité . 20 mars 2018
arrow-down-game-design

Le monde de la presse papier a toujours été compliqué en France et tout particulièrement pour les petits éditeurs indépendants.
Si la démocratisation d’internet a largement changé la donne ces dernières années cela oblige certains médias à repenser totalement, voire même inventer de nouveaux schémas économiques pour perdurer.

Cela a justement été le cas avec le magazine CanardPC, initié par une équipe issue des cendres du regretté magazine « Joystick ».

Il y a maintenant plus de 10 ans que l’équipe avait fait le pari de proposer un journal totalement indépendant, sans lien avec aucun éditeur, couplé à une ligne éditoriale franche, directe et bourrée d’humour, avec un intérêt réel et sincère pour les jeux, mais aussi et surtout ceux qui les font. 

10 ans plus tard, le projet a muri, un site internet et une édition numérique ont vu le jour, mais sans pour autant ôter l’âme qui ont fait le succès de l’édition papier.Cependant, le journal se retrouve aujourd’hui en grave difficulté (tout comme grand nombre d’autres publications) à cause de la crise financière qui secoue la société Presstalis, prestataire censé gérer la distribution dans les kiosques et les marchands de journaux d’une grande partie de la presse hexagonale.

Accusant un déficit de plus de 300 millions d’euros, Presstalis prend aujourd’hui en otage de nombreux médias en ne renversant pas les bénéfices dus aux journaux (deux mois non perçus pour canard PC).

Pour surmonter cette passe difficile, la rédaction vient de lancer une campagne de financement participative, qui remporte d’ores et déjà un franc succès ; CanardPC est donc loin de disparaitre, mais le magazine risque de devoir augmenter son tarif et redevenir mensuel plutôt que bimensuel.
N’hésitez pas à les soutenir et à même vous abonner si ce n’est pas déjà fait !