5a3b7ff2d935a.jpg

La Master class d'Igor Davin

21/12/2017 - 2 minutes
Actualité

Cet ancien étudiant de l’école de journalisme s’est naturellement tourné vers le jeu de société. Il est l’auteur de Kahmaté et de Identity Pursuit, et a édité 2 jeux de Bruno Cathala, l’auteur français le plus réputé.
Aujourd‘hui, COO de Forgenext, première agence internationale de jeux de société ; « nous travaillons avec près d’une centaine d’auteurs afin de finaliser leurs jeux et les présenter à des éditeurs. Nous travaillons étroitement avec plus de 130 éditeurs dans le monde entier et nous répondons à leurs commandes de jeux » explique-t-il.  

Igor Davin a également une expérience en graphisme et illustration : responsable de la relation avec les illustrateurs, intervenant dans des écoles de graphisme / illustration. Egalement agent, il a placé des artistes chez Ankama, Feerik, Milan Presse, Bayard et auprès de nombreux éditeurs de jeux de société.

Les étudiants en Game de l’ETPA ont eu l’opportunité de participer à sa Master Class « jeu de société et création » lors de cette semaine banalisée. 

Au programme :
- Explication du process de création (conception, game design)
- Développement d’un jeu de société (tests, réglages, fine tuning)
- Présentation des tenants et aboutissants financiers dans le secteur
- Histoire des jeux de société (grandes tendances passées, actuelles et à venir)
- L’avènement du financement participatif et les changements liés
- Présentation des grandes familles de jeux et du marché actuel
- Les métiers du jeu de société
- Retours sur les prototypes de jeux en cours  


5a3b7f1d2ec13.jpg
5a3b7f1d0fcd0.jpg
5a3b7f1ce6d32.jpg
5a3b7f1cc28e7.jpg
Sur la même thématique
manikins

Un exercice de 2e année attire l’attention de streamers internationaux !

20 janvier 2023

Un simple exercice autour de la création d’un jeu vidéo a donné lieu à une véritable surprise pour un groupe d’étudiants de 2e année, qui ont vu leur création bénéficier d’une visibilité pour le moins inattendue…Objectif : créer un jeu vidéo d’horreurC'est au printemps dernier, au milieu de l’année scolaire, que les étudiants en 2e année de la section Jeu Vidéo de l’ETPA se voient proposer un projet pédagogique autour du thème de l'horreur. La consigne : réaliser un jeu vidéo d'horreur sous Unreal, avec l’obligation de créer un personnage 3D pour le monstre, et d’utiliser les assets de Quixel pour l'environnement. Voilà pour les contraintes techniques. Un exercice par ailleurs souvent proposé dans le cadre de la formation, dont la thématique ne manque jamais d’inspirer les étudiants.Oui mais voilà ! Parmi les créations proposées par les étudiants, le projet Manikins attire l’attention. C’est d’abord grâce aux statistiques de performance de la plateforme de jeux vidéo indépendants itch.io - sur laquelle les étudiants ont publié chacun des projets réalisés - que l’équipe du jeu s’en aperçoit. Dès l’été, Manikins affiche 6600 vues, et 2300 téléchargements. Des chiffres qui explosent en fin d’année 2022, avec pas moins de 10.100 vues et 3600 téléchargements.“Sur Itch.io, il y a une grosse communauté de gamers qui jouent à des jeux vidéo d'horreur indés, nous explique l’un des créateurs de Manikins. Et le nôtre a été remarqué. Un gros youtuber a fait une vidéo dessus, et petit à petit ça a pris de l'ampleur, même à l’international !”.Manikins, c’est quoi ?Dans le jeu Manikins, on suit un écrivain de romans horrifiques en manque d'inspiration, qui part faire de l'urbex en quête d’un nouveau souffle. Il se retrouve alors dans une usine désaffectée, encore peuplée de mannequins. “On a utilisé une peur courante, celle de “l'uncanny valley”, c'est-à-dire la peur de ce qui n'est pas humain mais qui y ressemble. On a également longuement travaillé l’atmosphère, avec l’objectif d’immerger suffisamment le joueur pour que les jumps scare* fonctionnent bien.” Une combinaison qui marche à merveille, si l’on doit en croire les statistiques du jeu !

Etpa - Actualités