e3 2017

Les jeux vidéo présentés à l'E3 à ne pas manquer !

10/07/2017 - 2 minutes
Actualité

L’incontournable salon E3 s’est déroulé il y a une paire de semaines en Californie, et comme à chaque édition, une multitude d’éditeurs et de développeurs se sont jetés sur l’occasion pour présenter leurs titres à venir et dévoiler des bandes-annonces plus éclatantes les unes que les autres.

Après avoir évoqué Beyond Good and Evil 2 d’Ubisoft Montpellier et The Last Night produit par Microsoft, voilà quelques-unes des cinématiques de jeux qu’il ne fallait pas rater cette année.

  • Wolfenstein II The New Colossus : La franchise du plus vieux jeu de tir à la première personne (Wolfenstein 3D, le premier FPS est sorti en 1992 !), revient très bientôt avec un nouveau titre qui sera réalisé par l’excellent studio Bethesda Softworks et sera une suite directe à Wolfenstein : The New Order sorti en 2014.
  • Assassins creed Origin : Ubisoft persiste et signe avec un nouvel opus de sa célèbre saga et nous emmènera, cette fois-ci, aux origines de la mystérieuse caste des assassins en nous plongeant en plein cœur de l’Égypte antique.

  • Starwars BattleFront 2 : Electronic Art remet le couvert sur son jeu de combat multijoueur basé sur l’univers de la guerre des étoiles. Des graphismes toujours plus réalistes seront au rendez-vous, avec de nouveaux véhicules ainsi qu’une amélioration notable des personnages Jedi. De quoi ravir les fans de tout âge !
  • The Evil Within 2 : Shinji Mikami, le créateur japonais à l’origine des jeux Resident Evil et Devil May Cry, revient avec une suite à son excellent et dernier jeu survival-horreur The Evil Within, sorti en 2014. Amateur de frissons et de sueurs froides, réservez votre billet, sa sortie est prévue à l’automne.
  • Anthem : Le mythique studio Bioware revient avec un nouveau titre qui aura fait sensation durant l’E3, lors d’une présentation en 4k des 7 premières minutes du jeu. De quoi ravir les amateurs d’aventure et de science-fiction, qui auront pu être déçus par le dernier Mass Effect.
5963528c3c350.jpg
5963528c210e5.jpg
5963528c098e9.jpg
5963528be227c.jpg
Sur la même thématique
manikins

Un exercice de 2e année attire l’attention de streamers internationaux !

20 janvier 2023

Un simple exercice autour de la création d’un jeu vidéo a donné lieu à une véritable surprise pour un groupe d’étudiants de 2e année, qui ont vu leur création bénéficier d’une visibilité pour le moins inattendue…Objectif : créer un jeu vidéo d’horreurC'est au printemps dernier, au milieu de l’année scolaire, que les étudiants en 2e année de la section Jeu Vidéo de l’ETPA se voient proposer un projet pédagogique autour du thème de l'horreur. La consigne : réaliser un jeu vidéo d'horreur sous Unreal, avec l’obligation de créer un personnage 3D pour le monstre, et d’utiliser les assets de Quixel pour l'environnement. Voilà pour les contraintes techniques. Un exercice par ailleurs souvent proposé dans le cadre de la formation, dont la thématique ne manque jamais d’inspirer les étudiants.Oui mais voilà ! Parmi les créations proposées par les étudiants, le projet Manikins attire l’attention. C’est d’abord grâce aux statistiques de performance de la plateforme de jeux vidéo indépendants itch.io - sur laquelle les étudiants ont publié chacun des projets réalisés - que l’équipe du jeu s’en aperçoit. Dès l’été, Manikins affiche 6600 vues, et 2300 téléchargements. Des chiffres qui explosent en fin d’année 2022, avec pas moins de 10.100 vues et 3600 téléchargements.“Sur Itch.io, il y a une grosse communauté de gamers qui jouent à des jeux vidéo d'horreur indés, nous explique l’un des créateurs de Manikins. Et le nôtre a été remarqué. Un gros youtuber a fait une vidéo dessus, et petit à petit ça a pris de l'ampleur, même à l’international !”.Manikins, c’est quoi ?Dans le jeu Manikins, on suit un écrivain de romans horrifiques en manque d'inspiration, qui part faire de l'urbex en quête d’un nouveau souffle. Il se retrouve alors dans une usine désaffectée, encore peuplée de mannequins. “On a utilisé une peur courante, celle de “l'uncanny valley”, c'est-à-dire la peur de ce qui n'est pas humain mais qui y ressemble. On a également longuement travaillé l’atmosphère, avec l’objectif d’immerger suffisamment le joueur pour que les jumps scare* fonctionnent bien.” Une combinaison qui marche à merveille, si l’on doit en croire les statistiques du jeu !

Etpa - Actualités