5ad89a5457a15.jpg

Les plans de l’imprimante Sigmax disponibles en open source

19/04/2018 - 2 minutes
Actualité

Si nous vous avons parlé récemment de l’évolution des matériaux et des nombreux usages qu’ils permettent désormais d’explorer (métal, bois, élasticité, mémoire de forme, résistance à la chaleur ou aux Uvs, etc…), nous continuons de voir naître des initiatives qui méritent le détour.

L’innovation vient cette fois-ci de la société espagnole BCN3C avec la sortie de sa dernière imprimante multitêtes à filaments, la Sigmax.

Cette dernière est une évolution de leur précédent modèle, la Sigma, sortie en 2015. Elle dispose notamment d’une meilleure précision et d’une vitesse d’impression accrue, de deux buses d’impression permettant de faire du multi matériau et elle se distingue surtout par la taille des modèles imprimables qui pourront atteindre une dimension maximale de 420x297x210 cm.


Ce qui distingue aussi la Sigmax de la plupart de ses concurrents, c’est l’excellente initiative de ses créateurs, dans la plus pure tradition des « Makers » ou « DIY », qui mettent à disposition l’intégralité des fichiers sources de la machine, permettant à n’importe quel bricoleur en herbe de monter soi-même cette imprimante.

Fichiers 3D de toutes les pièces, composants électroniques et programme, tout est disponible pour monter sa propre Sigmax (c’était d’ailleurs aussi le cas avec sa petite sœur).

L’opération demande tout de même quelques connaissances techniques  (pour une première fois, préférez plutôt une Ultimaker originale ou une Tobeca), mais constitue un avantage de taille : n’importe quelle pièce défectueuse peut ainsi être réimprimée et remplacée à tout moment !


5ad89a372f04d.jpg
5ad89a371bd5a.jpg
Sur la même thématique
manikins

Un exercice de 2e année attire l’attention de streamers internationaux !

20 janvier 2023

Un simple exercice autour de la création d’un jeu vidéo a donné lieu à une véritable surprise pour un groupe d’étudiants de 2e année, qui ont vu leur création bénéficier d’une visibilité pour le moins inattendue…Objectif : créer un jeu vidéo d’horreurC'est au printemps dernier, au milieu de l’année scolaire, que les étudiants en 2e année de la section Jeu Vidéo de l’ETPA se voient proposer un projet pédagogique autour du thème de l'horreur. La consigne : réaliser un jeu vidéo d'horreur sous Unreal, avec l’obligation de créer un personnage 3D pour le monstre, et d’utiliser les assets de Quixel pour l'environnement. Voilà pour les contraintes techniques. Un exercice par ailleurs souvent proposé dans le cadre de la formation, dont la thématique ne manque jamais d’inspirer les étudiants.Oui mais voilà ! Parmi les créations proposées par les étudiants, le projet Manikins attire l’attention. C’est d’abord grâce aux statistiques de performance de la plateforme de jeux vidéo indépendants itch.io - sur laquelle les étudiants ont publié chacun des projets réalisés - que l’équipe du jeu s’en aperçoit. Dès l’été, Manikins affiche 6600 vues, et 2300 téléchargements. Des chiffres qui explosent en fin d’année 2022, avec pas moins de 10.100 vues et 3600 téléchargements.“Sur Itch.io, il y a une grosse communauté de gamers qui jouent à des jeux vidéo d'horreur indés, nous explique l’un des créateurs de Manikins. Et le nôtre a été remarqué. Un gros youtuber a fait une vidéo dessus, et petit à petit ça a pris de l'ampleur, même à l’international !”.Manikins, c’est quoi ?Dans le jeu Manikins, on suit un écrivain de romans horrifiques en manque d'inspiration, qui part faire de l'urbex en quête d’un nouveau souffle. Il se retrouve alors dans une usine désaffectée, encore peuplée de mannequins. “On a utilisé une peur courante, celle de “l'uncanny valley”, c'est-à-dire la peur de ce qui n'est pas humain mais qui y ressemble. On a également longuement travaillé l’atmosphère, avec l’objectif d’immerger suffisamment le joueur pour que les jumps scare* fonctionnent bien.” Une combinaison qui marche à merveille, si l’on doit en croire les statistiques du jeu !

Etpa - Actualités