Game Pratic 2017

Game Pratic 2017 : l'ETPA sera de la partie !

27/09/2017 - 2 minutes
Actualité
En partenariat avec la Région Occitanie et l'Université Montpellier III, l'association "Collectif Antithèse" organise pour la 4ème édition la "Game Pratic".

La Game Pratic est un concours de création de jeux vidéo en 48h (une Game Jam) qui réunit des équipes d'étudiants, professionnels/indépendants et amateurs provenant de différents milieux (jeux vidéo, informatique, arts etc.) autour du thème de la valorisation de la culture et du patrimoine régional.

S'affronteront lors de cette Game Jam les talents de Toulouse et de Montpellier.

Collectif Antithèse : kézako ?

L'association montpelliéraine "Collectif Antithèse" est un collectif d'Artgame Designers qui crée des jeux vidéo à caractère critique, artistique, militant et expérimental.

"La finalité est d’engager le jeu vidéo comme un médium, comme matière manipulable, véhicule de valeurs, de messages et d’expériences. C'est justement cette dimension là du jeu vidéo que nous retrouvons dans les prototypes créés lors des précédentes Game Pratic".

#ChallengeAccepted !

Depuis 3 ans, plusieurs studios de jeux vidéo participent en tant que parrains et membres du jury dont Ubisoft, Swing Swing Submarine, DigixArt etc. C'est l'occasion pour les participants de rencontrer des professionnels du milieu qui n'hésiteront pas à les conseiller et à les soutenir. 

Mais c'est aussi l'occasion de rencontrer d'autres passionnés provenant de diverses formations, et de recréer en seulement 48 heures les conditions de développement d'un jeu vidéo sur un thème donné. Un véritable défi à relever !

C'est donc en toute logique que l'ETPA a décidé d'accepter le challenge et ce ne sont donc pas moins de 6 étudiants de 3ème année de formation Game Design qui vont au front dont : Chloé Maurel, Marvin Theil, Arnaud Mellin, Hugo Mitton, Arthur Taavernini et Alexandre Caille.

Bon à savoir

L'événement aura lieu au Lycée hôtelier George Frêche à Montpellier du Vendredi 29 septembre au Dimanche Octobre 2017, la remise des prix se fera le Dimanche.

Nous souhaitons donc bon courage à la team ETPA pour ce week-end qui sera pour le moins éprouvant...
59cbe1c9b10d9.png
59cbe165b6fa7.gif
59cbe24bd5a27.jpg
59cbe2a99d4b8.jpg
Sur la même thématique
manikins

Un exercice de 2e année attire l’attention de streamers internationaux !

20 janvier 2023

Un simple exercice autour de la création d’un jeu vidéo a donné lieu à une véritable surprise pour un groupe d’étudiants de 2e année, qui ont vu leur création bénéficier d’une visibilité pour le moins inattendue…Objectif : créer un jeu vidéo d’horreurC'est au printemps dernier, au milieu de l’année scolaire, que les étudiants en 2e année de la section Jeu Vidéo de l’ETPA se voient proposer un projet pédagogique autour du thème de l'horreur. La consigne : réaliser un jeu vidéo d'horreur sous Unreal, avec l’obligation de créer un personnage 3D pour le monstre, et d’utiliser les assets de Quixel pour l'environnement. Voilà pour les contraintes techniques. Un exercice par ailleurs souvent proposé dans le cadre de la formation, dont la thématique ne manque jamais d’inspirer les étudiants.Oui mais voilà ! Parmi les créations proposées par les étudiants, le projet Manikins attire l’attention. C’est d’abord grâce aux statistiques de performance de la plateforme de jeux vidéo indépendants itch.io - sur laquelle les étudiants ont publié chacun des projets réalisés - que l’équipe du jeu s’en aperçoit. Dès l’été, Manikins affiche 6600 vues, et 2300 téléchargements. Des chiffres qui explosent en fin d’année 2022, avec pas moins de 10.100 vues et 3600 téléchargements.“Sur Itch.io, il y a une grosse communauté de gamers qui jouent à des jeux vidéo d'horreur indés, nous explique l’un des créateurs de Manikins. Et le nôtre a été remarqué. Un gros youtuber a fait une vidéo dessus, et petit à petit ça a pris de l'ampleur, même à l’international !”.Manikins, c’est quoi ?Dans le jeu Manikins, on suit un écrivain de romans horrifiques en manque d'inspiration, qui part faire de l'urbex en quête d’un nouveau souffle. Il se retrouve alors dans une usine désaffectée, encore peuplée de mannequins. “On a utilisé une peur courante, celle de “l'uncanny valley”, c'est-à-dire la peur de ce qui n'est pas humain mais qui y ressemble. On a également longuement travaillé l’atmosphère, avec l’objectif d’immerger suffisamment le joueur pour que les jumps scare* fonctionnent bien.” Une combinaison qui marche à merveille, si l’on doit en croire les statistiques du jeu !

Etpa - Actualités