Saschka Unseld - Oculus

La grammaire narrative de la réalité virtuelle selon Saschka Unseld.

09/02/2016 - 2 minutes
Actualité

Saschka Unseld s’est fait connaitre en tant que « Layout Artist » chez le prestigieux studio Pixar.

Pour rappel, le « Layout » consiste à définir les cadrages et la composition des scènes dans la conception d’un film.

Layout : processus clé de la production

Cette étape clé dans le processus de production conduit souvent à occuper un poste de réalisateur, et c’est justement ce que lui a proposé le studio en 2012 avec la réalisation du film Blue Umbrella

Oculus Studio

Il y a deux ans, la société Oculus, dont on ne présente plus les fameux casques de réalité virtuelle, lui a proposé le poste de « directeur créatif » au sein de son tout nouveau département dédié à la réalisation de films immersifs.

Cette structure s’est notamment lancée dans la production d’un film d’animation - "Henry" - et promet de faire parler de lui lors de sa sortie pour des nombreuses raisons.La réalité virtuelle implique une remise en question profonde de la grammaire narrative habituelle que l’on connait au cinéma, à la télévision et dans le jeu vidéo.

Ce nouveau projet est une occasion parfaite pour poser des questions et commencer à répondre aux questions relatives à ce qu’induit une immersion totale dans un univers créé de toute pièce. 

2016 : année de la réalité virtuelle

Si ce domaine vous fascine, nous vous recommandons de suivre ce projet de visionner une interview vidéo de Saschka, dans laquelle il revient sur cette nouvelle approche, et partage l’état des lieux de ses réflexions sur ce sujet où tout reste encore à écrire.

Saschka Unseld en interview sur le VR
storystudio.oculus.com
56b463ca00401.jpg
56b463c6f1faf.jpg
Sur la même thématique
manikins

Un exercice de 2e année attire l’attention de streamers internationaux !

20 janvier 2023

Un simple exercice autour de la création d’un jeu vidéo a donné lieu à une véritable surprise pour un groupe d’étudiants de 2e année, qui ont vu leur création bénéficier d’une visibilité pour le moins inattendue…Objectif : créer un jeu vidéo d’horreurC'est au printemps dernier, au milieu de l’année scolaire, que les étudiants en 2e année de la section Jeu Vidéo de l’ETPA se voient proposer un projet pédagogique autour du thème de l'horreur. La consigne : réaliser un jeu vidéo d'horreur sous Unreal, avec l’obligation de créer un personnage 3D pour le monstre, et d’utiliser les assets de Quixel pour l'environnement. Voilà pour les contraintes techniques. Un exercice par ailleurs souvent proposé dans le cadre de la formation, dont la thématique ne manque jamais d’inspirer les étudiants.Oui mais voilà ! Parmi les créations proposées par les étudiants, le projet Manikins attire l’attention. C’est d’abord grâce aux statistiques de performance de la plateforme de jeux vidéo indépendants itch.io - sur laquelle les étudiants ont publié chacun des projets réalisés - que l’équipe du jeu s’en aperçoit. Dès l’été, Manikins affiche 6600 vues, et 2300 téléchargements. Des chiffres qui explosent en fin d’année 2022, avec pas moins de 10.100 vues et 3600 téléchargements.“Sur Itch.io, il y a une grosse communauté de gamers qui jouent à des jeux vidéo d'horreur indés, nous explique l’un des créateurs de Manikins. Et le nôtre a été remarqué. Un gros youtuber a fait une vidéo dessus, et petit à petit ça a pris de l'ampleur, même à l’international !”.Manikins, c’est quoi ?Dans le jeu Manikins, on suit un écrivain de romans horrifiques en manque d'inspiration, qui part faire de l'urbex en quête d’un nouveau souffle. Il se retrouve alors dans une usine désaffectée, encore peuplée de mannequins. “On a utilisé une peur courante, celle de “l'uncanny valley”, c'est-à-dire la peur de ce qui n'est pas humain mais qui y ressemble. On a également longuement travaillé l’atmosphère, avec l’objectif d’immerger suffisamment le joueur pour que les jumps scare* fonctionnent bien.” Une combinaison qui marche à merveille, si l’on doit en croire les statistiques du jeu !

Etpa - Actualités