5a538ebf5f1d5.jpg

Les nouvelles tendances du jeu vidéo en 2017

08/01/2018 - 2 minutes
Actualité

Comme tous les ans, le SNJV (Syndicat national du jeu vidéo) et l’institut IDATE Digiworld publient une étude dressant un bilan annuel sur l’état du marché des jeux vidéo et sur les dernières tendances du secteur.
Pour  2017, le principal point concerne la montée en flèche du marché des jeux sur mobiles et tablettes, qui connaît une croissance à deux chiffres depuis 2 ans, s’expliquant par un fort déploiement des réseaux non filaire dans les pays émergents.

Cette croissance devrait se confirmer encore quelques années. C’est aussi le cas des jeux en réalité augmenté / virtuelle / mixte, encore balbutiant pour le moment, mais qui devrait doubler chaque année jusqu’en 2021.

On constate une baisse de marché du côté des consoles portables, et une évolution calme pouce qui concerne les consoles de salon.Pour ce qui est du secteur, la France confirme sa position de très bon élève, notamment grâce à l’évolution des aides et des crédits d’impôt pour les éditeurs et développeurs.

L’étude dévoile d’ailleurs que près de 1800 nouveaux emplois devraient voir le jour en 2018, et la tendance est à la hausse. Concernant la géographie des studios, l’activité en île de France reste toujours bien supérieure aux autres départements, mais on note l’essor et le dynamisme grandissant des régions Nouvelle Aquitaine, Auvergne Rhône Alpes, Occitanie et PACA, qui comptent réunis plus d’acteurs que la capitale !

Vous trouverez dans ce document les spécificités de chaque région en détail ainsi qu’une synthèse de données par secteurs.
De quoi vous faire une bonne idée du dynamisme du secteur ! 


5a538eb3365eb.jpg
5a538eb2b84a4.jpg
5a538eb246515.jpg
Sur la même thématique
manikins

Un exercice de 2e année attire l’attention de streamers internationaux !

20 janvier 2023

Un simple exercice autour de la création d’un jeu vidéo a donné lieu à une véritable surprise pour un groupe d’étudiants de 2e année, qui ont vu leur création bénéficier d’une visibilité pour le moins inattendue…Objectif : créer un jeu vidéo d’horreurC'est au printemps dernier, au milieu de l’année scolaire, que les étudiants en 2e année de la section Jeu Vidéo de l’ETPA se voient proposer un projet pédagogique autour du thème de l'horreur. La consigne : réaliser un jeu vidéo d'horreur sous Unreal, avec l’obligation de créer un personnage 3D pour le monstre, et d’utiliser les assets de Quixel pour l'environnement. Voilà pour les contraintes techniques. Un exercice par ailleurs souvent proposé dans le cadre de la formation, dont la thématique ne manque jamais d’inspirer les étudiants.Oui mais voilà ! Parmi les créations proposées par les étudiants, le projet Manikins attire l’attention. C’est d’abord grâce aux statistiques de performance de la plateforme de jeux vidéo indépendants itch.io - sur laquelle les étudiants ont publié chacun des projets réalisés - que l’équipe du jeu s’en aperçoit. Dès l’été, Manikins affiche 6600 vues, et 2300 téléchargements. Des chiffres qui explosent en fin d’année 2022, avec pas moins de 10.100 vues et 3600 téléchargements.“Sur Itch.io, il y a une grosse communauté de gamers qui jouent à des jeux vidéo d'horreur indés, nous explique l’un des créateurs de Manikins. Et le nôtre a été remarqué. Un gros youtuber a fait une vidéo dessus, et petit à petit ça a pris de l'ampleur, même à l’international !”.Manikins, c’est quoi ?Dans le jeu Manikins, on suit un écrivain de romans horrifiques en manque d'inspiration, qui part faire de l'urbex en quête d’un nouveau souffle. Il se retrouve alors dans une usine désaffectée, encore peuplée de mannequins. “On a utilisé une peur courante, celle de “l'uncanny valley”, c'est-à-dire la peur de ce qui n'est pas humain mais qui y ressemble. On a également longuement travaillé l’atmosphère, avec l’objectif d’immerger suffisamment le joueur pour que les jumps scare* fonctionnent bien.” Une combinaison qui marche à merveille, si l’on doit en croire les statistiques du jeu !

Etpa - Actualités