1649778700-trans-musicales-2022-illustration

Les Trans Musicales se mettent au jeu vidéo avec l'ETPA

04/04/2022 - 2 minutes
Actualité
Rennes

Les Trans Musicales de Rennes ont confié à l’ETPA, la réalisation d'un jeu vidéo inspiré du festival. Après avoir arpenté ses scènes et ses coulisses, nos étudiants se sont mis au travail, pour un résultat des plus remarquables ! 

Un partenariat inédit

Imaginé l’été dernier, ce projet inédit tente de marier l'univers d'un festival de musique à celui du jeu vidéo. Alors que la 43e édition du festival se déroulait en décembre dernier, nos étudiants de 2ème année ont eu le privilège de découvrir l'événement de l'intérieur. 

Au-delà de l'expérience personnelle que chacun a pu vivre, ce fut un bon meilleur moyen pour s'imprégner des essences du festival et de comprendre les contraintes que pouvaient rencontrer leurs organisateurs et techniciens.

Ainsi, les différents groupes d'étudiants participant au projet ont réussi à développer des jeux pertinents. Au final, les organisateurs des Trans Musicales ont pu apprécier 5 jeux différents lors d'une soirée organisée pour l'occasion.

À titre d'exemple, Waverythm propose d'incarner un festivalier capable de se promener de scène en scène. Ces dernières sont matérialisées par des mini-jeux de rythme. "L’idée du jeu est de donner envie à des gens qui n’ont jamais mis les pieds aux Trans Musicales d’y aller."(Mathieu, étudiant)

Dans Transmusic'Hype, le joueur incarne carrément un ingénieur son et lumière. Sa mission ? Régler tous les problèmes techniques, et typiques, qui peuvent arriver à tout moment dans le festival, au risque de briser l'ambiance et de gâcher le spectacle.

Enfin, un autre projet nous permet de découvrir des musiques du monde entier ! Transphere est une sorte de quiz interactif, le joueur doit deviner de quelle partie du globe vient le morceau qu'il entend.  

Maintenant que chaque prototype a été validé, les étudiants ont jusqu'à la rentrée prochaine pour "polisher" leur création, avant qu'elles ne soient testées par le public lors du prochain festival !

Un passage à la radio

2 min pour faire découvrir au public le projet qui réunit les Trans Musicales et l'ETPA :

PODCAST

1649778700-trans-musicales-2022-illustration
1649778738-trans-musicales-2022-1
1649778738-trans-musicales-2022-2
1649778739-trans-musicales-2022-3
Sur la même thématique
manikins

Un exercice de 2e année attire l’attention de streamers internationaux !

20 janvier 2023

Un simple exercice autour de la création d’un jeu vidéo a donné lieu à une véritable surprise pour un groupe d’étudiants de 2e année, qui ont vu leur création bénéficier d’une visibilité pour le moins inattendue…Objectif : créer un jeu vidéo d’horreurC'est au printemps dernier, au milieu de l’année scolaire, que les étudiants en 2e année de la section Jeu Vidéo de l’ETPA se voient proposer un projet pédagogique autour du thème de l'horreur. La consigne : réaliser un jeu vidéo d'horreur sous Unreal, avec l’obligation de créer un personnage 3D pour le monstre, et d’utiliser les assets de Quixel pour l'environnement. Voilà pour les contraintes techniques. Un exercice par ailleurs souvent proposé dans le cadre de la formation, dont la thématique ne manque jamais d’inspirer les étudiants.Oui mais voilà ! Parmi les créations proposées par les étudiants, le projet Manikins attire l’attention. C’est d’abord grâce aux statistiques de performance de la plateforme de jeux vidéo indépendants itch.io - sur laquelle les étudiants ont publié chacun des projets réalisés - que l’équipe du jeu s’en aperçoit. Dès l’été, Manikins affiche 6600 vues, et 2300 téléchargements. Des chiffres qui explosent en fin d’année 2022, avec pas moins de 10.100 vues et 3600 téléchargements.“Sur Itch.io, il y a une grosse communauté de gamers qui jouent à des jeux vidéo d'horreur indés, nous explique l’un des créateurs de Manikins. Et le nôtre a été remarqué. Un gros youtuber a fait une vidéo dessus, et petit à petit ça a pris de l'ampleur, même à l’international !”.Manikins, c’est quoi ?Dans le jeu Manikins, on suit un écrivain de romans horrifiques en manque d'inspiration, qui part faire de l'urbex en quête d’un nouveau souffle. Il se retrouve alors dans une usine désaffectée, encore peuplée de mannequins. “On a utilisé une peur courante, celle de “l'uncanny valley”, c'est-à-dire la peur de ce qui n'est pas humain mais qui y ressemble. On a également longuement travaillé l’atmosphère, avec l’objectif d’immerger suffisamment le joueur pour que les jumps scare* fonctionnent bien.” Une combinaison qui marche à merveille, si l’on doit en croire les statistiques du jeu !

Etpa - Actualités