ludum dare etpa

Ludum Dare, 38e édition, la Game Jam internationale

26/04/2017 - 3 minutes
Actualité

Nenad Akanovic, Margaux Bérard et Loïck Puyo, étudiants en 1ère année de Game Design à l'ETPA, et Arnaud Molle ancien étudiant en 3e année de Game Design de la première promotion de l'école, ont participé à la 38ème édition de la Ludum Dare qui a eu lieu du 21 au 24 avril dernier, dont le thème était "A Small World".

Ils sont partis sur un jeu de gestion, une petite planète qu'il faut "soigner", en prenant en compte le sur-développement de l'urbanisation, afin de redonner sa place à la nature.

Leur jeu vidéo s'appelle Keploo.

Qu’est-ce que le Ludum Dare ?


Ludum Dare est un concours international de création de jeux qui en est à sa 38e édition. À chaque édition, c'est plus de 2000 jeux qui sont publiés de par le monde.

Les participants, qui sont des développeurs du monde entier, ont un week-end pour créer un jeu de société ou un jeu vidéo sur un thème suggéré par la communauté. Cette année, le thème était "A Small World".

Le code et les ressources doivent être produits durant la compétition.
Une fois le temps écoulé, les participants ont trois semaines pour jouer aux jeux produits et les noter.

La Ludum Dare est donc une Game Jam en ligne (un hackathon qui a pour thème principal les jeux vidéo).

Depuis 2012, les événements Ludum Dare ont lieu tous les mois d'avril, d'août et de décembre.


L’expérience des étudiants de l’ETPA sur cette Game Jam


« Nous avons attendu le thème, qui devait être posté à 3h du matin sur le site de Ludum Dare. Une fois que nous avions pris connaissance de ce dernier, nous sommes partis dormir vers 3h30-4h.

Le lendemain matin, 8h, nous avons directement brainstormé sur ce que nous voulions faire, et avons trouvé une base de gameplay, un style graphique, un univers, une ambiance, etc, pour notre jeu.

Nous nous sommes faits un planning afin de ne pas nous perdre dans notre avancement, nous fixer des objectifs pour la demi-journée à venir.

Chaque matin, midi et soir, pendant nos repas et pauses, nous faisions un récapitulatif de ce qui avait été fait, ce qu'il restait à faire, à modifier, des nouvelles idées qui avaient émergées, et modifions le planning en conséquence.

Et miracle, nous étions parfaitement dans les temps !

Nous prenions nos repas dehors, pour nous aérer et réfléchir à autre chose, afin de revenir sur notre travail avec oeil neuf et du recul, et avons décidé de dormir plus ou moins 6h-8h par jour (en général de 1h à 8h).

Un site avec le jeu est en cours de création, un bug nous a retardés sur sa sortie, mais le jeu, lui, s'est bien fini à la fin des 48h, sans trop de problèmes, et nous étions très satisfaits du résultat ! »
5900622cd6055.jpg
59006248188e4.jpg
59006248a774a.jpg
59006247b3787.jpg
Sur la même thématique
manikins

Un exercice de 2e année attire l’attention de streamers internationaux !

20 janvier 2023

Un simple exercice autour de la création d’un jeu vidéo a donné lieu à une véritable surprise pour un groupe d’étudiants de 2e année, qui ont vu leur création bénéficier d’une visibilité pour le moins inattendue…Objectif : créer un jeu vidéo d’horreurC'est au printemps dernier, au milieu de l’année scolaire, que les étudiants en 2e année de la section Jeu Vidéo de l’ETPA se voient proposer un projet pédagogique autour du thème de l'horreur. La consigne : réaliser un jeu vidéo d'horreur sous Unreal, avec l’obligation de créer un personnage 3D pour le monstre, et d’utiliser les assets de Quixel pour l'environnement. Voilà pour les contraintes techniques. Un exercice par ailleurs souvent proposé dans le cadre de la formation, dont la thématique ne manque jamais d’inspirer les étudiants.Oui mais voilà ! Parmi les créations proposées par les étudiants, le projet Manikins attire l’attention. C’est d’abord grâce aux statistiques de performance de la plateforme de jeux vidéo indépendants itch.io - sur laquelle les étudiants ont publié chacun des projets réalisés - que l’équipe du jeu s’en aperçoit. Dès l’été, Manikins affiche 6600 vues, et 2300 téléchargements. Des chiffres qui explosent en fin d’année 2022, avec pas moins de 10.100 vues et 3600 téléchargements.“Sur Itch.io, il y a une grosse communauté de gamers qui jouent à des jeux vidéo d'horreur indés, nous explique l’un des créateurs de Manikins. Et le nôtre a été remarqué. Un gros youtuber a fait une vidéo dessus, et petit à petit ça a pris de l'ampleur, même à l’international !”.Manikins, c’est quoi ?Dans le jeu Manikins, on suit un écrivain de romans horrifiques en manque d'inspiration, qui part faire de l'urbex en quête d’un nouveau souffle. Il se retrouve alors dans une usine désaffectée, encore peuplée de mannequins. “On a utilisé une peur courante, celle de “l'uncanny valley”, c'est-à-dire la peur de ce qui n'est pas humain mais qui y ressemble. On a également longuement travaillé l’atmosphère, avec l’objectif d’immerger suffisamment le joueur pour que les jumps scare* fonctionnent bien.” Une combinaison qui marche à merveille, si l’on doit en croire les statistiques du jeu !

Etpa - Actualités