5aafd1d08bd85.jpg

Quel avenir pour CanardPC ?

20/03/2018 - 2 minutes
Actualité

Le monde de la presse papier a toujours été compliqué en France et tout particulièrement pour les petits éditeurs indépendants.
Si la démocratisation d’internet a largement changé la donne ces dernières années cela oblige certains médias à repenser totalement, voire même inventer de nouveaux schémas économiques pour perdurer.

Cela a justement été le cas avec le magazine CanardPC, initié par une équipe issue des cendres du regretté magazine « Joystick ».

Il y a maintenant plus de 10 ans que l’équipe avait fait le pari de proposer un journal totalement indépendant, sans lien avec aucun éditeur, couplé à une ligne éditoriale franche, directe et bourrée d’humour, avec un intérêt réel et sincère pour les jeux, mais aussi et surtout ceux qui les font. 

10 ans plus tard, le projet a muri, un site internet et une édition numérique ont vu le jour, mais sans pour autant ôter l’âme qui ont fait le succès de l’édition papier.Cependant, le journal se retrouve aujourd’hui en grave difficulté (tout comme grand nombre d’autres publications) à cause de la crise financière qui secoue la société Presstalis, prestataire censé gérer la distribution dans les kiosques et les marchands de journaux d’une grande partie de la presse hexagonale.

Accusant un déficit de plus de 300 millions d’euros, Presstalis prend aujourd’hui en otage de nombreux médias en ne renversant pas les bénéfices dus aux journaux (deux mois non perçus pour canard PC).

Pour surmonter cette passe difficile, la rédaction vient de lancer une campagne de financement participative, qui remporte d’ores et déjà un franc succès ; CanardPC est donc loin de disparaitre, mais le magazine risque de devoir augmenter son tarif et redevenir mensuel plutôt que bimensuel.
N’hésitez pas à les soutenir et à même vous abonner si ce n’est pas déjà fait !

5aafd1b7e5c26.jpg
5aafd1b8268d7.jpg
5aafd1b8aaf11.jpg
Sur la même thématique
manikins

Un exercice de 2e année attire l’attention de streamers internationaux !

20 janvier 2023

Un simple exercice autour de la création d’un jeu vidéo a donné lieu à une véritable surprise pour un groupe d’étudiants de 2e année, qui ont vu leur création bénéficier d’une visibilité pour le moins inattendue…Objectif : créer un jeu vidéo d’horreurC'est au printemps dernier, au milieu de l’année scolaire, que les étudiants en 2e année de la section Jeu Vidéo de l’ETPA se voient proposer un projet pédagogique autour du thème de l'horreur. La consigne : réaliser un jeu vidéo d'horreur sous Unreal, avec l’obligation de créer un personnage 3D pour le monstre, et d’utiliser les assets de Quixel pour l'environnement. Voilà pour les contraintes techniques. Un exercice par ailleurs souvent proposé dans le cadre de la formation, dont la thématique ne manque jamais d’inspirer les étudiants.Oui mais voilà ! Parmi les créations proposées par les étudiants, le projet Manikins attire l’attention. C’est d’abord grâce aux statistiques de performance de la plateforme de jeux vidéo indépendants itch.io - sur laquelle les étudiants ont publié chacun des projets réalisés - que l’équipe du jeu s’en aperçoit. Dès l’été, Manikins affiche 6600 vues, et 2300 téléchargements. Des chiffres qui explosent en fin d’année 2022, avec pas moins de 10.100 vues et 3600 téléchargements.“Sur Itch.io, il y a une grosse communauté de gamers qui jouent à des jeux vidéo d'horreur indés, nous explique l’un des créateurs de Manikins. Et le nôtre a été remarqué. Un gros youtuber a fait une vidéo dessus, et petit à petit ça a pris de l'ampleur, même à l’international !”.Manikins, c’est quoi ?Dans le jeu Manikins, on suit un écrivain de romans horrifiques en manque d'inspiration, qui part faire de l'urbex en quête d’un nouveau souffle. Il se retrouve alors dans une usine désaffectée, encore peuplée de mannequins. “On a utilisé une peur courante, celle de “l'uncanny valley”, c'est-à-dire la peur de ce qui n'est pas humain mais qui y ressemble. On a également longuement travaillé l’atmosphère, avec l’objectif d’immerger suffisamment le joueur pour que les jumps scare* fonctionnent bien.” Une combinaison qui marche à merveille, si l’on doit en croire les statistiques du jeu !

Etpa - Actualités
transmusicales-jeu-video

Transmusicales 2022 : nos étudiants réalisent un jeu vidéo en lien avec le festival

09 janvier 2023

44e Rencontres TransMusicales : les étudiants de Rennes aux premières loges !Partenaire du festival des TransMusicales, l’ESMA Rennes a permis à ses étudiants en Jeu Vidéo de participer à la 44e édition de l’événement, dans l’optique de créer un jeu en rapport avec le festival.Les TransMusicales : “Comme si vous y étiez !”Depuis 2021, la formation en jeu vidéo de l’école de Rennes bénéficie d’un partenariat inédit avec le festival des TransMusicales. C’est d’ailleurs dans ce cadre que les étudiants de l’école ont créé en avril dernier des jeux vidéo en lien avec l’édition 2021 du festival, dans l’optique de retracer l’expérience de l’événement et de permettre au joueur d’incarner un festivalier, un ingénieur du son, ou encore de tester ses connaissances en matière de musique dans un quizz interactif. Une expérience virtuelle, qui a permis aux gamers de vivre le festival comme s’ils y étaient ! Cette année, ils étaient donc une vingtaine d'étudiants de l’ESMA Rennes à déambuler au cœur de la 44e édition des TransMusicales, pour tenter de s’imprégner de l’énergie de cet événement, qui n’est autre que l’un des rendez-vous majeurs des musiques actuelles. Invités en mode VIP, ils ont pu découvrir les coulisses du festival, aller à la rencontres des techniciens, interviewer les musiciens présents… De quoi les inspirer dans la conception des jeux en lien avec l’événement qu’ils réaliseront prochainement, et dont ils dévoileront le contenu au printemps prochain.Les TransMusicales, c’est quoi ?Ce festival rennais créé en 1979 est le rendez-vous incontournable des amateurs de musiques actuelles. Avec des événements organisés tout au long de l’année, et qui se manifestent dans des formes aussi diverses qu’hétéroclites (concerts, ateliers, rencontres…), les TransMusicales atteignent leur paroxysme à l’occasion du festival - les Rencontres TransMusicales de Rennes - qui rassemble chaque année entre 50 et 60.000 participants.

Etpa - Actualités