Yves Guillemot

Ubisoft vs Vivendi : les frères Guillemot contre-attaquent

26/09/2016 - 2 minutes
Actualité
Vivendi, de Vincent Bolloré, poursuit ses assauts contre Ubisoft. Il continue de racheter des actions petit à petit et détient désormais 22,63% du capital, 20,2% des droits de vote du troisième éditeur mondial indépendant de jeux vidéo. Face à cette situation, Ubisoft tente de reprendre la main.

L’Autorité des marchés financiers (AMF) a confirmé, lundi 12 septembre, que la famille Guillemot avait racheté 3,5 % supplémentaires du capital d’Ubisoft qu’elle a créé en 1986, pour contrer l’offensive de Vincent Bolloré.

Pour se payer les quelques 4 millions de titres valorisés 142 millions d’euros au cours de clôture, les cinq frères fondateurs de l’éditeur de jeux vidéo ont eu recours aux services d’une banque (dont le nom n’a pas été dévoilé) et ont pu s’appuyer sur les 130 millions d’euros gagnés lors de la cession de leurs parts de Gameloft
l’autre pépite de jeux vidéo des frères Guillemot avalé récemment par Vivendi.

Le contrat prévoit le financement et sa couverture pour une durée de deux ans, ainsi qu'une promesse de vente à la banque sous certaines conditions.

La montée au capital des fondateurs d’Ubisoft (12,84% des actions, et 18,91% des droits de vote) est intervenue à quelques jours de l'Assemblée générale du groupe prévu jeudi prochain, 29 septembre.

Une Assemblée qui s'annonce très tendue. Bolloré réclame en effet un siège au conseil d’administration ce que les fondateurs d’Ubisoft, qui fête son trentième anniversaire cette année, refusent.

Ces sursauts seront-ils suffisants face à Vivendi disposant d’une importante trésorerie ? En tout cas, la bataille fait rage…entre Bretons.
57e8df4a98a42.jpg
5824302116e0d.jpg
58242fe5c2076.jpg
Sur la même thématique
manikins

Un exercice de 2e année attire l’attention de streamers internationaux !

20 janvier 2023

Un simple exercice autour de la création d’un jeu vidéo a donné lieu à une véritable surprise pour un groupe d’étudiants de 2e année, qui ont vu leur création bénéficier d’une visibilité pour le moins inattendue…Objectif : créer un jeu vidéo d’horreurC'est au printemps dernier, au milieu de l’année scolaire, que les étudiants en 2e année de la section Jeu Vidéo de l’ETPA se voient proposer un projet pédagogique autour du thème de l'horreur. La consigne : réaliser un jeu vidéo d'horreur sous Unreal, avec l’obligation de créer un personnage 3D pour le monstre, et d’utiliser les assets de Quixel pour l'environnement. Voilà pour les contraintes techniques. Un exercice par ailleurs souvent proposé dans le cadre de la formation, dont la thématique ne manque jamais d’inspirer les étudiants.Oui mais voilà ! Parmi les créations proposées par les étudiants, le projet Manikins attire l’attention. C’est d’abord grâce aux statistiques de performance de la plateforme de jeux vidéo indépendants itch.io - sur laquelle les étudiants ont publié chacun des projets réalisés - que l’équipe du jeu s’en aperçoit. Dès l’été, Manikins affiche 6600 vues, et 2300 téléchargements. Des chiffres qui explosent en fin d’année 2022, avec pas moins de 10.100 vues et 3600 téléchargements.“Sur Itch.io, il y a une grosse communauté de gamers qui jouent à des jeux vidéo d'horreur indés, nous explique l’un des créateurs de Manikins. Et le nôtre a été remarqué. Un gros youtuber a fait une vidéo dessus, et petit à petit ça a pris de l'ampleur, même à l’international !”.Manikins, c’est quoi ?Dans le jeu Manikins, on suit un écrivain de romans horrifiques en manque d'inspiration, qui part faire de l'urbex en quête d’un nouveau souffle. Il se retrouve alors dans une usine désaffectée, encore peuplée de mannequins. “On a utilisé une peur courante, celle de “l'uncanny valley”, c'est-à-dire la peur de ce qui n'est pas humain mais qui y ressemble. On a également longuement travaillé l’atmosphère, avec l’objectif d’immerger suffisamment le joueur pour que les jumps scare* fonctionnent bien.” Une combinaison qui marche à merveille, si l’on doit en croire les statistiques du jeu !

Etpa - Actualités