beyond good and evil 2

Un ancien de l'ETPA sur le jeu vidéo Beyond Good and Evil 2 !

30/06/2017 - 2 minutes
Actualité

La cinématique décoiffante du très attendu Beyond Good and Evil 2 a été mise en ligne. Un gros titre signé Michel Ancel chez Ubisoft Montpellier.

Un ancien de l'ETPA a la chance de participer à la création de cet ambitieux et inattendu jeu vidéo.
Joël Le Gigan, aujourd'hui Senior FX Artist chez Ubisoft à Montpellier, réalise les effets spéciaux de cette production !
Son travail consiste à créer des effets spéciaux en tenant compte des directives artistiques et des contraintes techniques du jeu.

C'est il y a 15 ans que Michel Ancel fait sensation avec la sortie pourtant discrète d'un titre exceptionnel, qui marquera profondément l'esprit des joueurs partout dans le monde : le premier épisode de Beyond Good and Evil.

Sorti en 2003, le jeu bénéficiait d'une direction artistique ingénieuse, d'un monde ouvert, vaste et savamment équilibré pour l'époque, le tout tiré par un scénario digne d'une excellente série TV.

Une suite avait été mise en chantier en 2007, mais de nombreuses rumeurs et annonces en demi-teintes laissaient à penser que le projet ne verrait peut-être jamais le jour.

Ubisoft a donc créé la surprise lors du dernier E3 2017 en présentant une superbe cinématique de cette fameuse suite ; l'animation a été confiée au talentueux studio parisien Unit Image.

Si une autre cinématique bien plus modeste avait déjà été réalisée en 2008, il s'en était suivi de nombreuses rumeurs quant à l'abandon du projet.

Mais c'est désormais de l'histoire ancienne et les moyens investis par l'éditeur sur ce coup de communication laissent sérieusement penser que la sortie de Beyond Good and Evil 2 pourrait bien arriver très prochainement.

Cerise sur le gâteau, l'ambition du premier volet semble avoir été encore repoussée, et quand on connait l'attention et l'exigence de Michel Ancel, on ne peut qu'avoir l'eau à la bouche !

59561ee2d9dbf.jpg
59561ee2c1683.jpg
59561ee29d3f1.jpg
59561ee27883b.jpg
Sur la même thématique
manikins

Un exercice de 2e année attire l’attention de streamers internationaux !

20 janvier 2023

Un simple exercice autour de la création d’un jeu vidéo a donné lieu à une véritable surprise pour un groupe d’étudiants de 2e année, qui ont vu leur création bénéficier d’une visibilité pour le moins inattendue…Objectif : créer un jeu vidéo d’horreurC'est au printemps dernier, au milieu de l’année scolaire, que les étudiants en 2e année de la section Jeu Vidéo de l’ETPA se voient proposer un projet pédagogique autour du thème de l'horreur. La consigne : réaliser un jeu vidéo d'horreur sous Unreal, avec l’obligation de créer un personnage 3D pour le monstre, et d’utiliser les assets de Quixel pour l'environnement. Voilà pour les contraintes techniques. Un exercice par ailleurs souvent proposé dans le cadre de la formation, dont la thématique ne manque jamais d’inspirer les étudiants.Oui mais voilà ! Parmi les créations proposées par les étudiants, le projet Manikins attire l’attention. C’est d’abord grâce aux statistiques de performance de la plateforme de jeux vidéo indépendants itch.io - sur laquelle les étudiants ont publié chacun des projets réalisés - que l’équipe du jeu s’en aperçoit. Dès l’été, Manikins affiche 6600 vues, et 2300 téléchargements. Des chiffres qui explosent en fin d’année 2022, avec pas moins de 10.100 vues et 3600 téléchargements.“Sur Itch.io, il y a une grosse communauté de gamers qui jouent à des jeux vidéo d'horreur indés, nous explique l’un des créateurs de Manikins. Et le nôtre a été remarqué. Un gros youtuber a fait une vidéo dessus, et petit à petit ça a pris de l'ampleur, même à l’international !”.Manikins, c’est quoi ?Dans le jeu Manikins, on suit un écrivain de romans horrifiques en manque d'inspiration, qui part faire de l'urbex en quête d’un nouveau souffle. Il se retrouve alors dans une usine désaffectée, encore peuplée de mannequins. “On a utilisé une peur courante, celle de “l'uncanny valley”, c'est-à-dire la peur de ce qui n'est pas humain mais qui y ressemble. On a également longuement travaillé l’atmosphère, avec l’objectif d’immerger suffisamment le joueur pour que les jumps scare* fonctionnent bien.” Une combinaison qui marche à merveille, si l’on doit en croire les statistiques du jeu !

Etpa - Actualités