Muriel Tramis

Une distinction pour Muriel Tramis

23/06/2018 - 2 minutes
Actualité
Muriel Tramis est une pionnière dans le monde du jeu vidéo français. Elle fait d’ailleurs partie des rares femmes un tant soit peu célèbres dans cette discipline encore trop souvent majoritairement masculine. 
Mais preuve en est que les mentalités évoluent, le Ministère de la Culture vient tout récemment de la nommer au rang de Chevalier de la Légion d’honneur, saluant ainsi sa carrière et sa contribution à l’univers et l’industrie vidéo ludique tricolore. 
Elle est la première femme et la troisième personnalité du secteur à recevoir cette distinction après le réalisateur David Cage de Quantic Dream et l’entrepreneur Yves Guillemot d’Ubisoft
On la connaît notamment pour sa contribution à des jeux d’aventures désormais cultes comme l’excellente série Goblins ou encore les titres Lost in Time ou Urban Runner. 
En 1989, persuadé à raison qu’il reste encore tout à faire dans le domaine du jeu vidéo éducatif, elle conçoit chez le studio Cocktel Vision une suite de programmes pédagogiques à l’attention des élèves de primaire et de collège. 
C’est ainsi que naîtra la gamme ADI (Accompagnement Didacticiel Intelligent) et le personnage Adibou, qui permettra d’allier pour la première fois des concepts de jeu vidéo à un contenu pédagogique, autour des traditionnelles disciplines de français, mathématiques, sciences, etc. 
Pour en savoir plus sur l’étonnant parcours de Muriel Tramis, le webréalisateur Sébastien Lenvo propose une vidéo de 20 minutes qui revient sur son parcours.
5b5b1c814e220.jpg
5b5b1c80e167d.jpg
Sur la même thématique
manikins

Un exercice de 2e année attire l’attention de streamers internationaux !

20 janvier 2023

Un simple exercice autour de la création d’un jeu vidéo a donné lieu à une véritable surprise pour un groupe d’étudiants de 2e année, qui ont vu leur création bénéficier d’une visibilité pour le moins inattendue…Objectif : créer un jeu vidéo d’horreurC'est au printemps dernier, au milieu de l’année scolaire, que les étudiants en 2e année de la section Jeu Vidéo de l’ETPA se voient proposer un projet pédagogique autour du thème de l'horreur. La consigne : réaliser un jeu vidéo d'horreur sous Unreal, avec l’obligation de créer un personnage 3D pour le monstre, et d’utiliser les assets de Quixel pour l'environnement. Voilà pour les contraintes techniques. Un exercice par ailleurs souvent proposé dans le cadre de la formation, dont la thématique ne manque jamais d’inspirer les étudiants.Oui mais voilà ! Parmi les créations proposées par les étudiants, le projet Manikins attire l’attention. C’est d’abord grâce aux statistiques de performance de la plateforme de jeux vidéo indépendants itch.io - sur laquelle les étudiants ont publié chacun des projets réalisés - que l’équipe du jeu s’en aperçoit. Dès l’été, Manikins affiche 6600 vues, et 2300 téléchargements. Des chiffres qui explosent en fin d’année 2022, avec pas moins de 10.100 vues et 3600 téléchargements.“Sur Itch.io, il y a une grosse communauté de gamers qui jouent à des jeux vidéo d'horreur indés, nous explique l’un des créateurs de Manikins. Et le nôtre a été remarqué. Un gros youtuber a fait une vidéo dessus, et petit à petit ça a pris de l'ampleur, même à l’international !”.Manikins, c’est quoi ?Dans le jeu Manikins, on suit un écrivain de romans horrifiques en manque d'inspiration, qui part faire de l'urbex en quête d’un nouveau souffle. Il se retrouve alors dans une usine désaffectée, encore peuplée de mannequins. “On a utilisé une peur courante, celle de “l'uncanny valley”, c'est-à-dire la peur de ce qui n'est pas humain mais qui y ressemble. On a également longuement travaillé l’atmosphère, avec l’objectif d’immerger suffisamment le joueur pour que les jumps scare* fonctionnent bien.” Une combinaison qui marche à merveille, si l’on doit en croire les statistiques du jeu !

Etpa - Actualités