visite-du-studio-wild-sheep-19-.jpg

Visite du studio Wild Sheep à Montpellier

03/11/2021 - 4 minutes
Actualité
Toulouse
Montpellier

Le studio Wild Sheep, situé à Montpellier, a accueilli des étudiants de l’ETPA Toulouse. Une visite privée au cœur de leurs locaux qui a ravi nos futurs pros du jeux vidéo !

De l’extérieur, un simple mur encadrant une grande maison ornée de 2 grands palmiers. Rien ne laisse penser que derrière ce portail quelconque, une petite armée de développeurs, de graphistes et autres designers, s’affairent à développer l’un des jeux français les plus ambitieux de cette décennie.

Des anciens de chez Ubisoft à l'origine du studio

Le studio Wild Sheep, créé par Céline Tellier et Michel Ancel, prépare un jeu d’action et d’aventure en monde ouvert. Ce qui implique un travail titanesque pour créer les décors, la faune et la flore qui doivent y évoluer de façon réaliste. En développement depuis 7 ans déjà, Wild utilise notamment la photométrie et la photogrammétrie. Ces techniques consistent à scanner des objets réels pour les intégrer en jeu. Le résultat est bluffant de réalisme ! Mais cela demande énormément de temps, notamment pour aller crapahuter en pleine nature afin de capturer des milliers de spécimens vivants et toutes sortes de roches.

À voir aussiUI Designer L’UI Designer (User Interface) a pour mission, d’amélio...
etpa

Une belle récompense pour nos étudiants

Avant l’été, l’ETPA a organisé une game jam inter-campus à laquelle ont participé les étudiants de nos 3 campus de Toulouse, Montpellier et Rennes. C’est une équipe de Toulouse qui a remporté la compétition et qui s’est vue récompensée par une visite des studios Wild Sheep.

Céline Tellier nous a d’abord accueilli avec un généreux café que nous avons pu siroter tranquillement dans le jardin « zen » de la villa. Le temps de signer les documents de confidentialité, et nous voilà à l’intérieur du studio afin de rencontrer à tour de rôle plusieurs techniciens et artistes du projet. Chacun d’eux nous a fait un résumé de son travail, exemples à l’appui (tout en essayant de ne pas divulguer trop d’informations encore secrètes…).

Nos 6 compères sont repartis de chez Wild Sheep des étoiles plein les yeux ! Ils ont vu de près ce qu’était un studio indépendant et leur envie de travailler dans le jeu vidéo n’en est que plus grande. On remercie toute l’équipe du studio pour leur accueil chaleureux et de nous avoir consacré un peu de leur temps.     

"C’est le genre de studios qui donne envie de travailler, on a tout à disposition, y compris la possibilité d’amener son chien si on ne peut pas le faire garder. L’ambiance a l’air propice au travail et les meilleures conditions sont réunies pour être au max de ses capacités ! Les techniques qu’on nous a montrées permettent de réfléchir à une autre manière de créer, et voir des professionnels à l’œuvre a un effet inspirant pour nos propres travaux. Je serais bien restée plus longtemps à côté des artistes du studio pour les regarder travailler." Eve

"Ce studio est le 1er que j'ai visité et je ne savais pas du tout à quoi m'attendre. En fait, j'ai littéralement été en mode "WOW" toute la visite ! Le fait d'avoir à la fois un espace de travail optimisé et une ambiance ultra cool est vraiment un point fort. Ce qu'on a vu au niveaux technique était du haut niveau. Personnellement, je me suis rendu compte que je dois m'investir davantage si je veux pouvoir, un jour, travailler dans des studios similaires. Franchement visiter un studio comme celui-ci, c'est à faire au moins 1 fois si vous voulez travailler dans l'industrie du jeu vidéo." Edouard

"L'une des choses qui m'a le plus émerveillé, c'est le cadre de travail. Je ne pensais pas qu'on pouvait produire un jeu vidéo dans une ambiance aussi chill et familiale. Les développeurs sur place étaient très accueillants et intéressants quand ils parlaient de leur métier. Clairement ça motive pour la suite !" Francisco

À voir aussiUI Designer L’UI Designer (User Interface) a pour mission, d’amélio...
etpa
visite-du-studio-wild-sheep-1-.jpg
visite-du-studio-wild-sheep-16-.jpg
visite-du-studio-wild-sheep-3-.jpg
visite-du-studio-wild-sheep-4-.jpg
Sur la même thématique
manikins

Un exercice de 2e année attire l’attention de streamers internationaux !

20 janvier 2023

Un simple exercice autour de la création d’un jeu vidéo a donné lieu à une véritable surprise pour un groupe d’étudiants de 2e année, qui ont vu leur création bénéficier d’une visibilité pour le moins inattendue…Objectif : créer un jeu vidéo d’horreurC'est au printemps dernier, au milieu de l’année scolaire, que les étudiants en 2e année de la section Jeu Vidéo de l’ETPA se voient proposer un projet pédagogique autour du thème de l'horreur. La consigne : réaliser un jeu vidéo d'horreur sous Unreal, avec l’obligation de créer un personnage 3D pour le monstre, et d’utiliser les assets de Quixel pour l'environnement. Voilà pour les contraintes techniques. Un exercice par ailleurs souvent proposé dans le cadre de la formation, dont la thématique ne manque jamais d’inspirer les étudiants.Oui mais voilà ! Parmi les créations proposées par les étudiants, le projet Manikins attire l’attention. C’est d’abord grâce aux statistiques de performance de la plateforme de jeux vidéo indépendants itch.io - sur laquelle les étudiants ont publié chacun des projets réalisés - que l’équipe du jeu s’en aperçoit. Dès l’été, Manikins affiche 6600 vues, et 2300 téléchargements. Des chiffres qui explosent en fin d’année 2022, avec pas moins de 10.100 vues et 3600 téléchargements.“Sur Itch.io, il y a une grosse communauté de gamers qui jouent à des jeux vidéo d'horreur indés, nous explique l’un des créateurs de Manikins. Et le nôtre a été remarqué. Un gros youtuber a fait une vidéo dessus, et petit à petit ça a pris de l'ampleur, même à l’international !”.Manikins, c’est quoi ?Dans le jeu Manikins, on suit un écrivain de romans horrifiques en manque d'inspiration, qui part faire de l'urbex en quête d’un nouveau souffle. Il se retrouve alors dans une usine désaffectée, encore peuplée de mannequins. “On a utilisé une peur courante, celle de “l'uncanny valley”, c'est-à-dire la peur de ce qui n'est pas humain mais qui y ressemble. On a également longuement travaillé l’atmosphère, avec l’objectif d’immerger suffisamment le joueur pour que les jumps scare* fonctionnent bien.” Une combinaison qui marche à merveille, si l’on doit en croire les statistiques du jeu !

Etpa - Actualités