Les inscriptions pour la rentrée sont toujours ouvertes ! (Hors Parcoursup)

Je m'inscris
jane-evelyn-atwood-potrait2.jpg

Interview de Jane Evelyn Atwood

11/02/2021 - 7 minutes
Workshops
Toulouse

30 ans d’intervention à la section photo de l’ETPA

Fêtant cette année, ses 30 ans d’intervention à l’ETPA, Jane Evelyn Atwood est une fidèle de l’école. Chaque année, nos étudiants ont ainsi l’honneur de l’accueillir et de découvrir le parcours professionnel de cette photographe franco-américaine.

Tel un passeur de relai, Jane Evelyn Atwood vient raconter les différentes étapes de sa carrière de photographe, de ses débuts, 19 rue des Lombards, jusqu’à aujourd’hui.

La rue des Lombards c’était mon ETPA

Entretien avec Jane Evelyn Atwood

  • Que souhaitez-vous transmettre lorsque vous venez raconter votre parcours aux étudiants de l’ETPA ?

La passion ! Mais aussi l’expérience. Ça fait longtemps que je fais de la photographie ; j’ai appris de mes erreurs et je leur transmets cela en espérant qu’ils pourront être avertis plus rapidement que je l’ai été. Je suis contente de pouvoir les aider et les inspirer en partageant mon vécu.

Je souhaite également leur faire prendre conscience de la difficulté qu’il y a à être photographe. Car même si c’est une passion, ce n’est pas facile. C’est compliqué de devenir photographe, quelle que soit l’époque, et il n’y a pas de mode d’emploi. Selon moi, être photographe est quelque chose qui vient du cœur, des tripes. Il faut que ça soit une passion. Et surtout, il faut avoir quelque chose à dire.

 

  • Quel est, selon vous, le plus important lors de l’apprentissage de la photo ?

Avoir une base technique suffisante pour être capable de faire de la photographie sans penser à la technique.

Lorsque l’on conduit une voiture manuelle : on conduit sans penser aux changements de vitesse, on fait ça de manière automatique et l’on regarde uniquement ce qui vient vers nous. Pour moi, il en va de même en photographie. Evidemment, c’est plus facile aujourd’hui, grâce au digital. La technologie du numérique permet d’avoir une marge d’erreur bien plus grande qu’à mes débuts. Lorsque j’ai commencé la photographie, il fallait être précis sur la lumière, sinon on pouvait jeter le diapositif. De la même manière, il fallait décider dès le départ si l’on souhaitait travailler le sujet en noir et blanc ou en couleur. Aujourd’hui la question ne se pose plus puisque l’on peut changer cela après la prise de photo.

 

  • Justement, vous qui travaillez le noir et blanc, mais aussi la couleur ; diriez-vous que la façon d’aborder le travail est différente en fonction du choix qui est pris ?

Complètement ! Pour moi, le sujet va demander d’être fait en couleur ou noir et blanc. Pour mes travaux personnels, ce n’est pas moi qui décide, c’est le sujet qui l’impose. Même s’il est vrai qu’à mes débuts je travaillais en noir et blanc parce que cela était moins cher que la couleur.

 

  • Vous qui parlez "d’obsession" pour les sujets que vous choisissez ; quand savez-vous que votre travail est terminé et abouti ?

Mon travail est très personnel, et chacun de mes sujets commence par une interrogation de ma part. En effet, lorsque je choisis un sujet à photographier, je ne le connais pas du tout. J’apprends à le comprendre en le photographiant. Au fur et mesure que je trouve des réponses à mes questions, d’autres interrogations s’imposent à moi. Et cela continue jusqu’à ce que je puisse apporter une réponse à toutes mes questions. Je dirais donc que j’ai fini lorsque je n’ai plus de question, lorsque j’ai travaillé le sujet de A à Z.

 Mais je pense que c’est surtout un ressenti. Il n’y a pas de moment exact où je me suis dit que j’étais arrivée au bout de mon travail ; c’est un feeling qui s’impose à moi. Je vous avoue que, même aujourd’hui, je ne suis pas sûre de moi. De ce fait, j’ai une tendance à rester longtemps sur mes sujets. Mais je ne pense pas que cela soit un défaut, car il est très important d’être en accord avec soi-même lorsque l’on décide d’arrêter un sujet.

 

  • Diriez-vous que la relation que vous avez avec vos sujets pourrait être comparable à une relation amoureuse ?

C’est toujours une relation d’amour. Et même si je suis triste lorsque j’arrête de travailler sur un sujet ; je ne leur dis pas Adieu. Je m’interdis de penser que je ne reviendrais jamais sur ce sujet car si je faisais cela, je serais alors bien trop triste d’arrêter. Et puis, de toute façon ce n’est pas comme cela que ça se passe. Par exemple, lorsque j’ai sorti mon livre sur les prisons (Trop de peines. Femmes en prison), j’ai eu plusieurs autres commandes sur l’incarcération.

 

  • On compare votre façon de travailler à celle d’un cinéaste. Pour vous, quelle est la différence entre le cinéma et la photographie ?

La grande différence est évidemment qu’avec le cinéma, ça bouge. J’adore le cinéma, et j’aurais pu tenter ma chance dans ce milieu, mais j’étais tellement occupée avec mes photos que je n’ai pas eu le temps d’essayer autre chose. Personnellement, je ne fais pas plusieurs choses à la fois. J’en suis incapable ! Et c’est donc pour cela que j’ai toujours fait de la photographie. Quand je travaille sur un sujet, je ne veux pas me disperser.

Toutefois je suis flattée de cette comparaison. Beaucoup de personnes m’ont dit que mon travail sur la Rue des Lombards était cinématographique, que cela soit à cause de la lumière, du manque de lumière ou même de l’ambiance. Cela me fait toujours très plaisir.

 

  • Pour vous, quelle est la qualité essentielle pour faire du photoreportage ?

L’honnêteté ! Il ne faut pas tricher ou faire de mise en scène. Le photographe doit photographier ce qu’il a devant les yeux. Et je pense que cela n’est pas négligeable car il faut arriver à le faire de façon à captiver le public.

Je dirais que la deuxième qualité essentielle est l’éthique, car je pense que, plus que toute autre sorte de photographie, on regarde le photojournalisme comme une sorte de vérité.

Pour exemple, la femme que j’ai photographié en train d’accoucher menottées. À cause de cette photo, l’on sait que c’est ainsi que cela se passait en 1996, aux USA. Et c‘est très important car cette photo a aidé à changer cette pratique.

Mais même si cela ne change pas, la photo est une preuve que cela existe et ça c’est primordial.

Personnellement, j’aime être considérée comme une photographe et non pas comme une photojournaliste ou une reportrice. Je trouve cela trop sectaire, et je tiens à ma liberté de photographe. J’aborde tel ou tel sujet selon ce que je considère nécessaire pour ce sujet, sans rester bloquée dans une case.

 

  • À quel moment vous êtes-vous sentie photographe ?

Cela est arrivé longtemps après mon premier travail, sur les prostituées. Je pense que j’ai pris conscience que j’étais photographe lorsque j’ai remporté le Prix W. Eugene Smith, même si lors de l’obtention de ce prix j’étais très anxieuse.

Je photographierai toute ma vie. C’est ce que je suis.

(Image à la Une, photo de Claude Truong-Ngoc)

jane-evelyn-atwood-potrait2.jpg
atwood-2021.001.jpg
atwood-2021.002.jpg
atwood-2021.003.jpg
Sur la même thématique
mae-va-benaiche

[ALUMNI] Une ancienne étudiante sort son magazine format papier !

17 juin 2024

C'est une grande mission que s'est lancée notre ancienne étudiante Maëva Benaiche, Grand Prix Photo 2021, en débutant la création de son premier magazine dédié à la photographie au format papier ! Maëva n'en est d'ailleurs pas à son premier coup d'essai, cela fait déjà presque un an que l'aventure Permier Exemplaire Magazine a débuté en format digital. Elle veut aujourd’hui aller plus loin dans ce projet qui lui tient à cœur, en diffusant les prochains numéros en format papier pour être au plus proche de l’image.Un magazine pour donner la parole aux jeunes photographesL'idée de Premier Exemplaire Magazine est née en août 2023, alors que Maëva discutait avec un ami de leur quotidien en tant que jeunes photographes. C’est alors qu’est venue l’idée de vouloir apporter de la visibilité à de nouveaux talents, avec la création d’un espace dédié à la photographie émergente, qui offre une plateforme où les jeunes artistes peuvent s'exprimer librement et partager leur travail avec un public plus large.Premier Exemplaire Magazine, c'est avant tout une communauté qui accueille tous les profils de lecteurs et photographes. Chaque numéro réunit dix photographes autour d'un thème commun, permettant à chacun de montrer son travail et de se soutenir mutuellement.Nous méritons tous d'avoir un terrain de jeu, une page blanche pour nous exprimer et faire voir notre travail sans attendre d’être validés par les autres. Le passage au format papier : Une nouvelle étapeAprès avoir rencontré un succès notable avec la version digitale de son magazine, Maëva souhaite maintenant franchir une nouvelle étape : passer au format papier. Cette transition est motivée par l'engouement des lecteurs, la demande croissante pour une version tangible du magazine, et également par les convictions de sa conceptrice qui souhaite apporter de la visibilité à des photographes jeunes ou peu montrés.Pour atteindre son objectif, Maëva a lancé une campagne de financement participatif sur KissKissBankBank. Le but est de l’aider à financer les quatre premiers numéros papiers de son magazine, prévus pour septembre 2024, décembre 2024, mars 2025 et juin 2025. Ces 4 numéros s’articuleront autour d’une thématique unique : "Les 4 Éléments", dont chacun portera spécifiquement sur l'un des 4 éléments - l'Eau, la Terre, l'Air et le Feu.Soutenez Maëva et Premier Exemplaire MagazineSi vous voulez encourager le talent et la passion de notre ancienne étudiante pleine d’ambition et de talent, nous vous invitons à participer à la naissance d'un projet qui encourage la jeune photographie :  Suivez les aventure de Premier Exemplaire Magazine sur Instagram En exclusivité, la couverture du numéro 007, signée ©Hippolyte Cail

Etpa - Actualités
minia-lionel-hahn-2

[TÉMOIGNAGE D’ANCIENS] Lionel Hahn, photographe éditorial et commercial

12 juin 2024

Découvrez le portrait de Lionel Hahn, photographe indépendant diplômé du BTS Photographie à l'ETPA en 1994. En 30 ans de carrière sur les tapis rouges des plus grands festivals du monde entier, les terrains de foot, et même sur de grands événements politiques majeurs, Lionel a vu beaucoup d'images défiler à travers son objectif.Il se remémore ces moments à l'ETPA :Vivez vos rêves, allez-y. Ne pas s'arrêter sur l'échec, rebondir, y croire, mais si vous vous lancez dans différents projets, soyez les meilleurs. Vu le niveau général aujourd'hui, il faut vraiment pousser le curseur haut. Une fois que le cursus est haut : RÉSEAU, RÉSEAU, RÉSEAU. On ne travaille pas sans réseau même si on est le meilleur. Des paroles qui résonnent encore dans les couloirs de l'école et qui reflètent très justement son parcours, où Lionel n'a pas eu peur de saisir des opportunités dont personne ne voulait pour commencer sa carrière. Ce choix lui aura d'ailleurs été bénéfique et lui aura permis ensuite d'évoluer et d'être présent sur des événements sportifs et soirées du monde entier comme les Oscars, le Superbowl et autres. Il revient d'ailleurs sur la richesse du réseau de l'ETPA, il croise très souvent des anciens de l'école dans son quotidien, et nous raconte également les liens qu'il a pu souder au sein de sa promo avec qui il est toujours en contact 30 ans après son diplôme.Retrouvez l'interview en intégralité sur notre chaîne YouTube : 

Etpa - Actualités
expo-gaumont-carre

[EXPOSITION] L'ETPA expose au cinéma Gaumont Labège

06 juin 2024

L'ETPA et le cinéma Gaumont Labège organisent du 8 au 30 juin une exposition photo réalisée par nos étudiants de 3ème année d'Approfondissement sur diverses promotions. Cette exposition est une occasion de découvrir un panel de 25 photos réalisées sur plusieurs années par nos anciens étudiants, aujourd'hui diplômés, lors de leur dernière année à l'ETPA.Un éventail de talents et de créativitéCette série multi sujets, réunit les œuvres de différentes promotions passées par l'école et témoigne de la diversité des approches photographiques développées par nos étudiants lors de leur parcours à l'ETPA. Chaque photo nous plonge dans un univers différent et raconte une histoire unique, capturée à travers l'objectif d'étudiants, aujourd'hui photographes professionnels. L'ETPA, 50 ans de savoir-faireDepuis 50 ans, l'ETPA s'engage à former les photographes de demain, en leur offrant les outils et les connaissances nécessaires pour exceller dans leur art. Cette exposition représente l'étendue de notre enseignement ainsi que sa diversité, en oscillant entre photographie d'auteur, publicitaire, et en passant même par du documentaire.Infos PratiquesDates : Du 8 au 30 juinLieu : Cinéma Gaumont Labège105 Av. la Méridienne, 31670 Labège Découvrez quelques photos présentes lors de cette exposition : © Antonio Martinez Mansilia© Caroline Andrivon© Elena Godefroy© Léo Duthoit© Noémie Lecampion© Thomas Duchene

Etpa - Actualités