etpa photographie
Formations Photographie

Formations Photographie

3 formations photo pour devenir photographe
Etpa - Rncp

BTS Photographie

L’ETPA Toulouse forme les étudiants
à l’ensemble des métiers de la photographie

À la fois technique & créatif, le BTS Photographie prépare aux métiers de technicien de l’image.

En savoir plus

Formation Praticien Photographe

Formation diplômante en 2 ans

Formation praticien photographe : 2 années de pratique intensive pour devenir photographe professionnel

En savoir plus

3ème année d'Approfondissement

Une année de perfectionnement de titre RNCP de niveau 6

Une année diplômante, dédiée au perfectionnement photo et au développement d'une démarche personnelle de création.


La 3e année de spécialisation en Photographie délivre le titre de "Photographe Expert", de niveau 6 (Bac +3/4), enregistré au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP 37333). Il s’agit d’une reconnaissance officielle de qualifications, de compétences et de capacités à exercer un métier ».

Consulter notre titre RNCP.

En savoir plus

Nos anciens étudiants témoignent

etpa photographie temoignages
etpa temoignagesetpa temoignages

Stéphane Redon

L’enseignement permet d’être au contact des futurs acteurs de la photographie, de les faire progresser et de vivre en temps réel l’évolution de chaque étudiant. Cela leur permet ainsi d'acquérir les bases techniques nécessaires à l'utilisation optimum de l'outil photographique, en abordant les différents grands thèmes de la photographie.

etpa temoignage
etpa temoignagesetpa temoignages

Philippe Grollier

Diplômé de l’ETPA en 1999, j’ai toujours entretenu des liens étroits avec l’école et les anciens étudiants tout au long de ma carrière de photographe.La photographie est par nature un mode de transmission.Partager, transmettre, pousser les étudiants dans une démarche personnelle, pour affiner leur regard et leur écriture photographique sont pour moi des éléments essentiels. Je les accompagne dans leur processus de création et de réflexion pour qu’ils puissent aller le plus loin possible dans tous les domaines de la photographie.

etpa temoignage
etpa temoignagesetpa temoignages

Franck Galy

Étudiant en BTS Photographie, j’ai pu acquérir le savoir technique de la profession et aussi me familiariser au milieu professionnel grâce à la formation et aux différents stages. [...] Et c'est fort de cette expérience professionnelle que je suis revenu à l'ETPA en tant qu'enseignant, dans la spécialité tirage et postproduction numérique, et ainsi transmettre aux étudiants ce que j'ai pu apprendre afin qu'ils possèdent les outils pour s'exprimer photographiquement.

etpa temoignage
etpa temoignagesetpa temoignages

Rémi Carayon

J'ai fait mes études de photographie à l'ETPA où j'ai obtenu le Grand Prix en 2008. J'ai ensuite participé à plusieurs résidences artistiques et travaillé en tant que photographe d'architecture et de reportages d'entreprises. Je suis ensuite revenu à l'ETPA pour y enseigner la prise de vue et le laboratoire couleur numérique.

etpa temoignage
etpa temoignagesetpa temoignages

Clément Marion

L'école m’a permis d’avoir accès à l’argentique. La 1ère fois que j’ai développé une pellicule, c’était à l’ETPA. J’ai trouvé génial de pouvoir me dire qu’il était encore possible d’avoir des pellicules et de les développer soi-même. Pour ce qui est de mes professeurs, je pense que chacun d’eux étaient singuliers pour ce qu’ils étaient et je trouve que c’est une force de la formation, de la 1ère à la dernière année.

etpa temoignage
etpa temoignagesetpa temoignages

Cloé Harent

Ce que j’ai beaucoup aimé c’est que chaque professeur apportait quelque chose qui nous permettait de comprendre le métier de photographe. Avec Stephane Redon, j’aimais l’exigence dont il faisait preuve. Cela m’a fait comprendre que l’on n’était pas juste là pour faire des études, que c’était un milieu exigeant et qu’il fallait l’être soi-même si l’on souhaitait réussir.

etpa temoignage

De nombreux prix remportés par nos anciens

etpa photographie prix

Prix du Public Mark Grosset 2022

Le prix Mark Grosset - SAIF, moment phare des “Promenades Photographiques”

etpa photographie prix

Prix NLP 2022

Tao Douay lauréat du Prix LNP

etpa photographie prix

Bourse Laurent Troude 2022

Paul Baudon remporte le prix Troude 2022 !

etpa photographie prix

Prix Camera Clara

Alexis Vettoretti se distingue au Prix de la Photo Camera Clara 2021

etpa photographie prix

Prix LEICA OSKAR BARNACK

Ana Maria Arevalo Gosen remporte le prix Leica Oskar Barnack en 2021 !

etpa photographie prix

Prix "Camille Lepage" - VISA pour l'image

Romain Laurendeau remporte le prix "Camille Lepage" en 2015 .

Toulouse

Découvrez notre campus à Toulouse

Les rendez-vous à ne pas manquer

expos-d-anciens-septembre-2023

3 expos d'anciens en septembre

Le mois de septembre s’annonce chargé pour les artistes liés à l’ETPA ! Ce sont pas moins de 3 expositions qui débutent en ce mois de septembre, et qui sont le fruit du travail de 2 anciennes étudiantes et d’un enseignant. Focus sur les artistes qui s’exposent, et sur le caractère de leurs créations.Rétrospective du travail de Gilles FavierEt on débute avec Gilles Favier, enseignant en 3e année de la formation en photographie de l’ETPA. Le Monde en Face, qui sera exposé au Centre Photographique Documentaire du 15 septembre au 23 décembre, est une illustration parfaite de son travail de photographe. En effet, Gilles Favier, qui n’est autre que le directeur artistique d’ImageSingulières et l’un des membres fondateurs de l’Agence VU’, s’est toujours attaché à retranscrire le monde dans sa plus pure vérité. C’est donc une grande partie de son travail qui sera mis à l’honneur, et qui sera l’occasion de (re)découvrir ses travaux sur le conflit nord-irlandais à Belfast, ses clichés du tournage de La Hane, son regard sur Valparaiso ou encore sur les quartiers nord de Marseille…Où ? Au Centre Photographique Documentaire à SèteQuand ? Du 15 septembre au 23 décembre 2023Plus d’infosCloé Harent, lauréate du Mentorat VU’ / Fonds RégnierCe deuxième focus concerne le travail de Cloé Harent, Prix Spécial du jury 2019 de l’ETPA, qui avait été sélectionnée en septembre dernier dans le cadre de la 3e édition du Mentorat Photographique du Fonds Régnier pour la Création créé en collaboration avec l’Agence VU’. Le temps est désormais venu pour les cinq lauréats d’exposer le travail accompli à l’occasion de cette année, qui leur a permis de bénéficier d’un accompagnement personnalisé pour le développement de leur pratique artistique. Une expo photo longuement attendue, donc, et qui va permettre de mesurer toute l’évolution de l’artiste au contact des mentors et autres experts qu’elle a pu côtoyer !Où ? À la Galerie VU’ à ParisQuand ? Du 15 au 30 septembrePlus d’infosCaroline Andrivon, une approche documentaire déjà marquéeVous nous portez le poids. Cette expression populaire gitane, qui signifie « vous nous agacez », est le nom de l’exposition de Caroline Andrivon, lauréate du Grand Prix ETPA 2023 et tout juste sortie des bancs de l’école. Pour cette série, qui sera exposée à la Galerie Photon, la jeune artiste a souhaité donner la parole aux aspirations adolescentes de trois jeunes filles issues de la communauté gitane, Fanny, Ines et Selena. Un travail au travers duquel elle propose une nouvelle lecture de leur communauté, et tente d’apporter un éclairage loin des clichés.Où ? À la Galerie Photon, à ToulouseQuand ? Du 21 septembre au 5 décembrePlus d’infos

Epta - nous rencontrer
journee-mondiale-photo.jpg

Journée Mondiale de la Photographie

Chaque 19 août depuis 2010 est célébrée la Journée Mondiale de la Photographie. Petit retour historique sur cette "sainte" journée, qui vise à inspirer les photographes de toute la planète à partager une seule photo dans un but simple : partager leur monde avec le Monde. Voici un regard sur la photographie au fil des ans.1837La Journée Mondiale de la Photographie est née de l'invention du daguerréotype, un procédé photographique développé par les Français Louis Daguerre et Joseph-Nicéphore Niepce en 1837.9 janvier 1839Le 9 janvier 1839, l'Académie des Sciences annonçait le procédé du daguerréotype. Le 19 août, le gouvernement français achète le brevet et annonce l'invention comme un "cadeau gratuit pour le monde".Le daguerréotype n'était pas la première image photographique permanente. En 1826, Niepce a pris la plus ancienne photographie permanente connue sous le nom de Vue de la fenêtre au Gras en utilisant un procédé appelé "héliographie".La première photographie couleur durable a été prise par Thomas Sutton en 1861. Il s'agissait d'un ensemble de trois photographies en noir et blanc prises à travers des filtres rouge, vert et bleu. Cependant, les émulsions photographiques alors utilisées étaient insensibles au spectre, le résultat était donc très imparfait et la démonstration fut vite oubliée.1839 :premier selfieDès 1839, l'Américain Robert Cornelius prend ce que l'on pourrait qualifier de "premier selfie au monde". Cornelius a installé son appareil photo, a pris l'image en retirant le capuchon de l'objectif et a ensuite couru vers le cadre. Au verso de ce cliché, il a écrit :La première photo de lumière jamais prise en 1839.1957 :première photographie numériqueLa première photographie numérique a été prise en 1957, presque 20 ans avant que l'ingénieur de Kodak n'invente le premier appareil photo numérique. La photo est un scan numérique d'un plan pris initialement sur film qui représente le fils de Russell Kirsch et a une résolution de 176×176.19 août 2010Le 19 août 2010, la Journée Mondiale de la Photographie a accueilli sa première galerie en ligne mondiale. Près de 270 photographes ont partagé leurs photos et des gens de plus de 100 pays ont visité le site web. Il s'agissait de la première Journée Mondiale de la Photographie officielle d'envergure mondiale.Suivezla Journée Mondiale de la PhotographieÀ l'occasion de cette journée, un site internet dédié a vu le jour et un hashtag dédié existe même sur les réseaux sociaux pour ne rater aucune photo !

Epta - nous rencontrer
image00007

[ALUMNI] L'ETPA au Festival Tubecon

L'ETPA, partenaire de Tubecon, était présente au festival le samedi 1er juillet au The Social Hub à la Place de l’Europe de Toulouse.Le Tubecon est un événement permettant d'échanger avec plus de 20 influenceurs. Jusqu'à cette année, le festival était en digital, mais pour cette 4e édition les créateurs de contenus ont pu rencontrer leur communauté.Le festival :Il y avait diverses activités, de 10h à 18h il était possible d'assister à des animations, comme des sessions "chillchat" où il était possible de dialoguer avec les influenceurs. Parmi les influenceurs, on a retrouvé Celia Felicci, Achillemagic, Djayzon Karavane, Edou.sj et les toulousains The Wingzer, Candice Dejan, Marfit, Royza et Lousk... En plus de cela, il y a eu des shows, et les visiteurs ont pu participer à des jeux tels que "Gran Turismo Sport" sur un simulateur. Il y avait des casques de réalité virtuelle et des bornes d’arcade avec Street fighter II, Pacman, King Kong. Il y a aussi eu des jeux en réseaux sur des PC (dont Trackmania), tandis que sur PS5 il y avait FIFA 23 et Super Smash Bros sur Nintendo Switch.Il y avait aussi des activités sportives, avec une initiation au rugby (avec Ligue Occitanie Rugby Diego Sarthou et Vincent Clerc), au basket (avec Hoops et Toulouse Basket), au breakdance et à l'afro dancehall (avec l'Ice Crew et Break in school).Différents stands proposaient des activités comme par exemple l'école ESMA qui permettait d'essayer les jeux des élèves, il y avait aussi des sessions make-up / coiffure (avec le Campus Jasmin), un bar à ongle (avec Victoria Baby), des customisations / nettoyage de sneakers (avec Dr.Sneakers Store), des cours de cuisine (avec Manon), et des foodtrucks...Pour finir, de 18h à 22h il y a eu 3 concerts.Notre stand Ilana Vogelweith tenait le stand de l'ETPA, elle a réalisé les photographies. Ilana est une ancienne étudiante de l'ETPA. Elle a obtenue son BTS photographie en 2016, et aujourd'hui elle est photographe portraitiste, sur Toulouse.L'équipe de Tubecon avait prévu tout un set ! Il y avait une zone avec un décor de plage avec différents accessoires (bouées, chaises de plage, lunettes, palmes...), et une zone pour faire des portraits en noir et blanc.Si vous avez participé, et que vous n'avez pas reçu vos photos, vous pouvez les demander à l'adresse mail suivante : s.vacquier@ecolescreatives.com

Epta - nous rencontrer
remise-prix-2023-photo

[Grand Prix] Cérémonie de remise des Prix 2023

Le Grand Prix Cet événement est un moment très attendu pour les élèves de 3e année d'Approfondissement Photographique, il signe la fin de 3 années intensives.Nos étudiants ont fait preuve d'un investissement et cela se conclut avec cette remise des prix. Leurs séries ont été confrontées au regard de divers professionnels de la photographie, qui jugent la qualité du travail élaboré, l'originalité et la pertinence.Lors de cette journée, les projets des étudiants font l’objet d’une exposition, dans laquelle parents, élèves et professionnels peuvent déambuler, à la découverte des productions.Le juryAlain de Baudus, photographeLaetitia Guillemin, rédactrice photo et cofondatrice / membre du comité artistique du festival CirculationsPatricia Morvan, co-dirige l'Agence VuYannick Labrousse, photographePascal Clement, photographeGilles Favier, photographe et cofondateur / directeur artistique du festival Images SingulièresPatrice Normand, photographeEric Garault, photographeMartina Bacigalupo, photographeTao Douay, ancien élève, photographeLes lauréatsDifférents prix ont été remis, le "Grand Prix", le "Prix Spécial", et 4 "Mention Spéciale".C'est Caroline ANDRIVON qui a remporté le Grand Prix pour ses séries "Au carré", "Vous nous portez le poids", "(Im)passe" et enfin, "Et si on disait qu'on était tous là ?". Elena GODEFROY s'est vue récompensée pour son travail avec le Prix Spécial. Et enfin, il y a eu Mathis BENESTEBE, Lucie COMBY, Alexandre DELON et Romane SEGUY qui se sont démarqué en se voyant décerné une Mention Spéciale.Leur Instagram :Caroline AndrivonElena GodefroyRomane SeguyMathis BenestebeAlexandre DelonLucie CombyCaroline ANDRIVON :Qu'as-tu ressenti quand tu as entendu ton prénom ?Honnêtement, je n'ai pas ressenti grand-chose parce que je crois que je me suis mise dans une petite bulle. Je n'ai pas spécialement stressé sur le Grand Prix tout au long de l'année, même à la fin de l'année. De toute façon, les dés étaient lancés et tout le monde avait sa chance. La pression, est montée peut-être 1h, voir 2h avant, donc je me suis un peu mise dans ma bulle à cause du stress...Actuellement, comment décrierais-tu ton état d'esprit ?Alors là, je pense que ça fait 1 h que c’est passé donc je me sens peut-être plus apaisée, moins stressée et j'ai envie de profiter. Ce sont les derniers moments où je suis à l'école, encore étudiante donc j'ai envie de profiter avec tout le monde. C'est surtout ça. Mais heureuse et contente. Je commence à réaliser, c'est chouette.En quelques mots, pourrais-tu résumer ton expérience à l'ETPA ?C'était trois années hyper intenses, hyper enrichissantes et c'était vraiment super. Puis j'ai repris les études un peu tard, j'étais avec des plus jeunes. J'avais un petit peu d'appréhension, je ne savais pas ce que je faisais là, même si j'étais attiré par la photo.Mais j'ai vu que j'avais énormément appris. Effectivement, grâce à l'école, grâce à l'équipe pédagogique qui est très passionnée par le métier, ça a été hyper enrichissant. Etre avec des gens passionnés, ça permet de faciliter la transmission. Et en tout cas, ça a marché avec moi.Explication de sa série "AU CARRÉ" :"Souvent oublié, parfois méprisé, le personnel ménager des hôtels remet en état, chaque jour, les chambres et les parties communes. Généralement ce sont des femmes. Elles se plient, se tordent, se contorsionnent, s’adaptent au lieu exigu, pour être le plus rapide possible, et continuer sur les chambres suivantes. Elles doivent à la fois donner une bonne image de l’établissement, respecter une cadence infernale, une exigence de propreté irréprochable sans aucune reconnaissance.Pourtant , je les vois gracieuses, l’enchainement de ces gestes précis forme une chorégraphie qui se mêle au décor.J’ai suivi le quotidien d’une de ces femmes de chambre pendant plusieurs mois jusqu’à ce qu’elle soit remerciée. Emploi jetable, remplaçable mais indispensable, symbole d’une précarité et d’une pénibilité au travail."L'événement en images :

Epta - nous rencontrer
roger-arpajou-expo-occitanie-cinema

[ALUMNI] Exposition "Le cinéma aime l'Occitanie"

C'est environ 80 films par an qui sont tournés en Occitanie. Pour l'occasion, viens à l'exposition "Le cinéma aime l'Occitanie" à l’Hôtel de Région de Montpellier.Occitanie films présente l’exposition en partenariat avec Le Club de la presse Occitanie, et La Région Occitanie.Roger Arpajou, l'un des 15 photographes exposés :Roger, est un ancien élève de l'ETPA. Il a débuté sa carrière dans le reportage, dans une époque où la Guerre Froide était toujours présente. Par la suite, il a créé son studio à Cazères où il réalisait des portraits, et des mariages. C'est seulement plus tard, en 1987, où il a eu l'opportunité de réaliser quelques clichés pour le film La Passion Béatrice, de Bertrand Tavernier. Le producteur, intéressé par ses clichés l'a recontacté pour le film Il est génial papy, film de Michel Drach. Depuis, il réalise des photographies de tournages et des affiches de films.L'exposition Composée de 24 photos, elle reflète la diversité des films en présentant les différents corps de métiers nécessaires à la réalisation des films tournés sur le secteur d'Agnès Varda (cinéaste), Jean-Baptiste Durand (réalisateur et auteur), André Téchiné (réalisateur, acteur et scénariste), et de réalisateurs / scénaristes (avec Léa Fehner, les frères Larrieu et Dominik Moll).Les autres photographes exposés sont Cécile Mella, Fabien Malot, Ulrich Lebeuf, Camille Sonally, Julien Goldstein, Jean-Loup Gautreau, Anaël Garcia-Drieu, Alain Héraud, Jérôme Prébois, Julien Panié, Jean-Claude Lother, Thibault Grabherr, Éric Travers, et Séverine Goupil.Prochaine visite, gratuite et ouverte à toutes et tous :Mardi 4 juillet à 18h30, visite de l’exposition, en présence de l’équipe d’Occitanie Films et de photographes de plateau.Si vous souhaitez vous inscrire à la visite du 4 juillet à Montpellier : clique iciAdresse de l'exposition : Parvis de l'Hôtel de Région à Montpellier - 201, Av. de la Pompignane, 34000 Montpellier.Visites passées :- Le samedi 10 juin à 11h, visite audio-décrite de l’exposition par Marie-Christine Fourneaux, en partenariat avec l’antenne régionale de la Fédération des Aveugles et Amblyopes de France.- Le vendredi 16 juin à 18h30, visite de l’exposition, en présence de l’équipe d’Occitanie films et de photographes de plateau.© Roger Arpajou / Fidélité Productions / Wild Bunch - Quand on a 17 ans d'André Téchiné© Liza Bibikova pour Occitanie films.

Epta - nous rencontrer
thumbnail-img-8643

[ALUMNI] Remise de prix ISEM 2023

La remise de prix ISEM 2023 a eu lieu ce samedi 20 mai au cinéma Comoedia à Sète !L'ETPA est associée depuis 2018 à ImageSingulières et Mediapart pour le prix ISEM. Ce prix est composé de 2 prix, le Grand Prix ISEM et le Prix Jeune Photographe ISEM. Les lauréats bénéficient du soutien d'ImageSingulières, de l'ETPA et de Médiapart pour leur projet photographique.Depuis 2018, la ville de Sète accueille le Festival ImageSingulières avec des photographes renommés. Le Grand Prix (ouvert aux photographes du monde entier) et le Prix Jeune Photographie (réservé au moins de 26ans, résidant en France) ont eu leurs lauréats dévoilés par l'organisateur même de cet événement, le directeur artistique, Gilles Favier. Lui-même ancien étudiant de l'ETPA.Le Grand Prix :Attribué à Javier Arcenillas, pour son travail "La Guarena".Ce prix, doté de 8 000 euros, permettra au photographe de développer et finir son travail.Lors de la prochaine édition d'ImageSingulières il sera exposé, et publié sous forme de portfolio par Médiapart.Javier Arcenillas, est un photographe espagnol, enseignant et pratiquant la photographie. Son travail explore une nouvelle forme de documentaire associant des portraits et des sténopés pour créer des images étranges, reflétant la notion du temps qui passe, ainsi que la précarité des habitants de la province de Zamora. Cette région est menacée par la désertification et la crise climatique.Je suis très honoré de recevoir ce prix. Je vous exprime ma satisfaction et ma gratitude, je vous remercie d'avoir reconnu mon travail, d'avoir récompensé mon projet par ce prix. Je suis vraiment très fier. Pour moi, cette récompense est très importante parce que travailler sur quelque chose qui est tellement personnel, mon propre territoire... C'est difficile. Toutes les grandes œuvres se trouvent dans des zones en conflit et certaines œuvres impliquent une poésie particulière, et j'ai essayé de refléter cela dans ce travail.Le Prix Jeune Photographe :Attribué à Ophélie Loubat, pour son travail "Yves et Ismaïl".Ce prix, doté de 2 000 euros, permettra à la photographe d'être publiée dans des portfolio sur le site Médiapart.Ophélie Loubat, née à Toulouse en 1999, elle aime travailler sur des sujets du quotidien, sur les relations familiales, et l'exil. Sa série "Yves et Ismaïl" est un travail délicat et intime qui met en lumière la relation père / fils bien que soixante années les séparent ainsi que le décès la mère d'Ismaïl.Je suis très heureuse de recevoir ce Prix, cela a été une vraie surprise à laquelle je ne m’attendais pas ! Grace à ce prix je vais continuer ce projet sur la monoparentalité, rencontrer d’autres familles dans différents endroits en France et différents profils. Je suis trop contente et c’est hyper motivant pour continuer. J’ai rencontré Yves et Ismaël, je les ai photographiés dans leur quotidien, leur relation père /fils, le rapport à l’âge (ils ont 60 ans d’écart) et l’absence de la mère (décédée). Aujourd’hui Ismaël est rentré au lycée, il prend son indépendance et son père qui retrouve son individualité.Vous avez pu y rencontrer deux de nos professeurs, Stéphane Redon et Philippe Grollier (responsable du cycle d'approfondissement Photographique).L'un de nos anciens étudiants, Clément Marion, lauréat en 2022 du Prix Jeune Photographe était sur place pour réaliser des portraits avec un Afghan box. C'est un dispositif développé par les photographes en Afghanistan pour développer des photographies en absence d'un laboratoire traditionnel. Il est constitué d'une boîte, généralement en bois, avec une fenêtre permettant la manipulation du film à l'intérieur. La manipulation du film exposé doit se réaliser dans l'obscurité. Une fois les traitements chimiques réalisés, le développement est rincé et séché.Voici les différentes expositions du Festival :Jusqu'au 1er octobre dans les jardins du Musée Paul Valéry : Felipe Fittipaldi, lauréat du Grand Prix ISEM 2022 avec EustasyJusqu’au 06 août au Centre photographique documentaire : six photographes de la Grande commande sur la France de la BNFJusqu'au 25 juin au musée ethnographique de l'Étang de Thau : Éric GARAULTJusqu'au 11 juin : Lorenzo CASTORE dans la salle TarbouriechMichel VANDEN EECKHOUDT dans la Chapelle du Quartier HautRodrigo GOMEZ ROVIRA au CycloNatela GRIGALASHVILI au Jardin Antique MéditerranéenPrix ISEM 2022Grand Prix : Felipe Fittipaldi pour sa série "Eustasy" sur le changement climatiquePrix Jeune Photographe : Clément Marion (ancien étudiant) pour sa série "Phoenix" sur les grands brûlés.Prix ISEM 2021Grand Prix : Myriam Boulos pour son projet sur le LibanPrix Jeune Photographe : Chloe Harent (ancienne étudiante) pour sa série "Le temps d’une pause".

Epta - nous rencontrer

Processus d'inscription

preinscription.svg

Préinscription

Je m’inscris : En ligne, pièces jointes, prise de rdv

entretient.svg

Entretien de motivation

Rendez-vous, voire test et visite du campus

reponse.svg

Réponse d’acceptation

Réponse sous 15 jours maximum

rentree.svg

Rentrée scolaire Septembre

Vous recevrez par courrier vos instructions et dates de rentrée

Etpa - Contactez-nous

Contact

Pour toute information, vous pouvez contacter nos équipes par téléphone, mail ou courrier.

ETPA TOULOUSE
50 route de Narbonne
31320 Auzeville-Tolosane
+33 (0)5 34 40 12 00
toulouse@etpa.com