Inscrivez-vous à nos ateliers photo pour apprendre auprès de professionnels expérimentés, tous les mercredis après-midi à partir du 15 mai !

Plus d'infos
Etpa photographie - Galerie

À la lueur des entrailles - Tao Douay

58400b8366350.jpg

Serge Dejean, professeur de philosophie, historien de l’art et auteur

Ce projet au long cours évolue patiemment d’année en année. Depuis son premier halo, il n’a cessé d’explorer l’être dans toute sa finitude. Tout commence par un voyage personnel à travers « la lueur des entrailles ». Un questionnement irrépressible sur la place du père, des origines familiales et l’obsession de la mort. Passage inévitable dans l’intime purgatoire. Réponses partielles mais primordiales à un « qui suis-je » pesant.
Ouverture faite, l’individuel renoue avec le collectif. Les questions affluent, certaines reviennent et subsistent.

La vie, la mort, comment cela procède-t-il ?
Cette exploration remonte intuitivement aux origines, à « la fusion des entrailles ». L’instant même de l’union de corps procréateurs. Lorsqu’ils ne forment plus qu’une entité chimérique, éphémère par nature. Acte surnaturel dans ses soubassements et ô combien puissant. Point de départ d’un nouveau cycle, vie et mort se scellent dans une révolution éternelle.
L’agitation sourde de la gestation fait survenir « la naissance des entrailles ». Un voyage pénétrant la mise au monde comme mise à mort, l’accouchement des corps et l’accouchement des âmes. Une présence exclusivement féminine illumine les sels d’argent. Les chairs s’ouvrent, les esprits s’éveillent et s’élèvent avant de disparaitre à nouveau. Les ténèbres précèdent la lumière puis la succèdent telles des étoiles scintillantes. Donner la vie n’est-ce pas donner la mort ?

58400b833b447.jpg515efc996fd32.jpg51532e63aeb2b.jpgtao-douay-lueur-2tao-douay-lueur-4tao-douay-lueur-6tao-douay-lueur-8

Son œuvre

D’emblée, les spectres sont là. Des photos en noir et blanc argentique de format carré imposent l’évidence des revenants, des fantasmes et des fantômes, du dédoublement entre les morts et les vivants, de ce qu’il appelle « la lueur des entrailles »… Un des plus grands penseurs du XX° siècle Gilles Deleuze affirmait qu’on reconnaissait un artiste à son obsession et qu’il fallait demander à un artiste qu’elle était son obsession. L’obsession de Tao Douay ne prend pas de détours, elle est dans le fameux « Tout passe » du philosophe grec Héraclite. Tout passe, tout est emporté par le temps, tout finit par être détruit, le temps et la mort font que l’homme qui est là ensuite n’est plus là… Sauf que la photographie garde une trace de celui qui avait été là; elle est capable de faire « revenir » le mort. La photographie est par excellence l’art des spectres et Tao Douay entre en photographie, comme Hamlet, entre en scène au début de l’acte I de la pièce de Shakespeare.

58400b8355b81.jpg

Et si la mort n’était pas l’engloutissement dans l’obscurité mais l’ouverture vers la clarté ? Qu’y a-t-il « audelà des entrailles » ? Dès lors il est difficile d’échapper au contexte dans lequel nous vivons, et surtout duquel nous venons. Conditionnement inconscient ancestral qui vit en nous, et nous fait vivre, sans que l’on s’en aperçoive. Les représentations religieuses nous ont forgé un certain imaginaire de l’au-delà. Les philosophes en parlent, supposent, affirment, parient. Les scientifiques calculent, et comme pour le « Big Bang », s’en approchent au plus près, sans pouvoir dépasser le moment précis où tout bascule. Autrement dit personne ne sait vraiment, pourtant tout le monde saura. Et puisque tout est cyclique, nous l’avons certainement tous su. C’est dans ce prétendu savoir que repose la quête photographique de l’« au-delà des entrailles ». La voie offerte par le monde des rêves est une précieuse adjuvante. Se mêlent alors symboles collectifs et sentiments individuels, hérités depuis toujours ou depuis peu, dans une tentative d’imager l’ineffable.
Le fondement authentique et la vérité propre qui incombent à ce projet ne prétendent aucunement suppléer l’indicible réalité de la vie et de la mort. Cette dernière ne peut d’ailleurs être exprimée que par le négatif, puisqu’elle est totalement inconnaissable. Néanmoins, une affirmation est certaine, la mort rattrape tout ce qui vit, sans distinction.

(source)

58400b8319aa8.jpg51532e7fb2c52.jpgtao-douay-lueur-1tao-douay-lueur-3tao-douay-lueur-5tao-douay-lueur-7

Actualités

Les rendez-vous de l’orientation : un outil clé pour les futurs étudiants de l’école

Parfois, avant même d’avoir obtenu leur diplôme du baccalauréat, les étudiants se trouvent déjà confrontés au défi de choisir la formation qui correspondra le mieux à leurs aspirations. Dans le but de les accompagner et de simplifier les étapes cruciales qui jalonnent leur parcours, l'ETPA a récemment mis en place une vidéo, intitulée “Les Rendez-Vous de l’Orientation”, en vue de les aider à préparer au mieux leur entrée dans le monde des études supérieures, de vivre leur scolarité le plus sereinement possible et de se projeter avec optimisme dans leur avenir professionnel.Les temps fortsComment aider nos étudiants tout au long de leur scolarité ? Quels sont les temps forts qui marquent leur parcours éducatif ? Comment les éclairer au mieux pour qu’ils puissent prendre les meilleures décisions possibles et atteindre leurs objectifs académiques et professionnels ? C’est en se posant ces questions que les équipes éducatives de l’ETPA ont élaboré l’idée de cette vidéo, capable d’accompagner les étudiants dans les divers challenges qu’ils seront amenés à rencontrer dans le quotidien de leur scolarité.Comment postuler à l'ETPA ?C’est une question-clé dans le parcours des étudiants, qui ont à cœur de faire le choix le plus judicieux, et de se tourner vers une école qui leur permettra d’atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés. Dans cette phase, ils doivent avoir une idée claire de leurs divers critères de sélection – qui peuvent être d’ordre académique (quels sont les programmes des formations ? à quel niveau d’études forment-elles ?…), géographique, financier, ou encore logistique. Dans cette vidéo des “Rendez-Vous de l’Orientation”, les étudiants découvrent la nécessité d'être renseignés et motivés vis à vis de la photographie, en participant aux Journées Portes Ouvertes, aux Stages Découverte, en allant voir des expositions photo et autres.Les réponses à vos questions sont dans cette vidéo :

etpa
ateliers-photo-minia

[ATELIERS PHOTO] Apprenez auprès de professionnels de la photographie !

Participez à nos ateliers photographie tous les mercredis de 14h30 à 16h30, à partir du 15 mai 2024 !L'ETPA vous ouvre ses portes chaque mercredi à partir du 15 mai 2024 pour vous proposer de participer à des ateliers photographie gratuits et ouverts à tous les passionnés de photographie. Ces ateliers, vous permettront de rencontrer des professionnels de la photographie et d'avoir également des conseils de leur part dans la réalisation ou le perfectionnement de votre portfolio de photographe. Ils offrent une occasion unique d’apprendre et se perfectionner dans un cadre d’apprentissage stimulant, encadré par un professeur expert dans ce domaine.Au programme :Nous vous proposons cet atelier pour découvrir l'ETPA et apprendre auprès de professionnels de la photographie expérimentés. L'objectif est de vous accompagner et vous aider à révéler votre potentiel à travers des conseils à la fois techniques et artistiques autour de vos créations. Nous vous proposons donc un suivi personnalisé, basé sur vos créations et votre univers artistique. Au programme des ateliers:- Analyse de vos Photos : Apportez vos travaux et recevez des conseils avisés de nos professeurs experts pour améliorer votre technique et votre créativité.- Améliorez votre Portfolio : Bénéficiez de conseils pour perfectionner votre portfolio et mettre en valeur votre talent.- Découverte des locaux et du matériel : Visitez le campus et découvrez le matériel utilisé par nos étudiants pour donner vie à leurs projets artistiques.‍‍Cet atelier est l'occasion de plonger dans l'univers professionnel de l'image et d'explorer les possibilités offertes par nos formations.Inscrivez vous gratuitement Informations pratiques :Tous les mercredis à partir du 15 mai 2024.De 14h30 à 16h30Les ateliers sont gratuitsAdresse :50 routes de Narbonne,31320 Auzeville - TolosaneAccessibilité :METRO LIGNE B – ARRÊT RAMONVILLE ST AGNEBUS ligne 6 – ARRÊT MOULIN ARMAND 
etpa
zoom-photo-en-couserans

[EVENEMENT] L'ETPA est partenaire du festival ZOOM PHOTO en Couserans

L'ETPA est fier d'être partenaire de la troisième édition du festival ZOOM PHOTO en Couserans qui aura lieu cette année du 9 au 12 mai dans la commune de Seix en Ariège. Co-organisé par plusieurs associations, dont les collectifs Trigone et Déclic, composés notamment de plusieurs de nos anciens étudiants.Du jeudi 9 au dimanche 12 mai, la ville de Seix va s'animer. De quoi fêter chaleureusement le printemps et partager un temps convivial autour de la photographie, auquel se joignent des acteurs de la musique, de la lecture et du spectacle vivant.Pour l’occasion, une programmation exceptionnelle se concentre sur le village pour susciter l’échange et la rencontre : Expositions, parcours photo dans l’espace public, ateliers culturels, concerts, spectacles, débats et rencontres avec les photographes invité·e·s. Au programme :Jeudi 09 Mai :14h00 - Parcours inaugural des expositions en musique18h30 - Inauguration du festival21h00 - Soirée d’inauguration / Spectacle Piano BarbareVendredi 10 Mai :10h00 - Atelier développement aux plantes avec Tao Douay14h00 - Atelier Jeux en famille21h00 - Soirée de projectionSamedi 11 Mai :10h30 - Table ronde14h00 - Atelier développement avec le collectif Déclic14h30 - Visite commentée au château15h30 - Visite commentée au presbytère16h45 - Visite commentée à la chapelle17h45 - Visite commentée à la rivière21h00 - Soirée de projectionDimanche 12 Mai :14h00 - Ateliers sténopé avec le collectif Trigone14h30 - Visite commentée à la médiathèque15h45 - Visite commentée à la mairie16h45 - Visite commentée au BusD'anciens étudiants de l'ETPA y exposeront leurs travaux. Mathis Benestebe exposera "Ventricule gauche", Pauline THOLLET "Le ballet des grenouilles". Tao Douay animera un atelier de développement aux plantes, le collectif Déclic animera un atelier Tirage argentique, etc..Pour en savoir plus : Email : accueilfestivalzoomphoto@gmail.comSite : autres-directions.frTel : 06 69 27 36 80
etpa
vincent-antonin-3

[TEMOIGNAGE D'ANCIENS] Antonin Vincent, photographe officiel des 24h du Mans répond à nos questions.

Antonin Vincent, ancien étudiant en BTS PHOTOGRAPHIE Promotion 2016, parcourt désormais le monde pour photographier les courses automobiles les plus célèbres, des 24h du Mans en passant par le Paris Dakar ou encore la Pikes Peak International Hill Climb. Il nous avait fait l'honneur de venir donner une conférence spéciale en février. A cette occasion, nous lui avions posé quelques questions. Dans cette interview, vous pourrez en savoir plus sur ses études à l'ETPA, son métier, ses projets mais aussi en savoir plus sur le domaine de la photographie dans le sport automobile.Qu’est ce qui t’a amené à t’inscrire au BTS PHOTO à l’ETPA ?C’était la passion de la photo et l'envie de développer ça, et de voir si je pouvais me faire une place dans ce monde. Pourquoi souhaitais-tu travailler dans ce secteur précisément ? C’est venu naturellement. J’ai toujours eu envie de partager ce que je pouvais voir ou vivre, J’avais envie de partager ma passion pour l’automobile par la photographie. Qu’est-ce que la formation t’a apportée ? Ça m'a apporté en culture, en développement de réseaux et les stages aussi m'ont énormément apporté, ça m’a permis de voir le terrain, voir comment ça se passe, de rencontrer des gens.  J'ai fait mon premier stage chez centrale Dupont, un labo à Bordeaux. Et ensuite pour l'Agence DPPI pour laquelle je bosse aujourd'hui, en freelance, avec laquelle je couvre tous les principaux événements sportifs dans l'automobile dans le monde entier.  L’agence DDPI voulait me reprendre après ce second stage mais je voulais également profiter de mon stage pour faire quelque chose de totalement différent. J'ai alors fait mon stage en studio chez astuces Prod à Paris qui était le Studio Citroën à l'époque. On faisait toute la production d'images autour de Citroën, c'était super enrichissant, mais je me suis rendu compte que je préférais vraiment l’aspect reportage qui me plaisait plutôt que passer une journée en studio et en retouche. C'est pour ça que je me suis dirigé vers le reportage et la photographie de course automobile ensuite.   Qu'est ce qui t'a le plus marqué pendant ces années à l'écoles ?Les années étudiantes, ce sont toujours des bons moments. Les cours de culture générale de M. Réthoré. Ça fait partie des choses dont je me souviens parce que c'était super enrichissant. Il a ouvert ma culture photographique. Cela m’a permis de m'ouvrir des horizons que je n’aurais jamais découvert sans l'école.   Comment s’est passée ton immersion professionnelle à ta sortie de l’ETPA ? Lors de mon stage à l’agence DPPI, on restait beaucoup en agence car il y aussi beaucoup de travail d’archives. J'ai un peu poussé en leur rappelant que c’était un stage de prise de vue, qu’il fallait que je fasse des photos et ils m'ont emmené deux fois sur le terrain à des courses de championnat de France. À la fin de ce stage, je commençais à voir que je pouvais avoir des opportunités avec eux. J’ai donc créé ma micro-entreprise, l’été entre la première et la deuxième année. Et c'est vraiment le message qui est important à faire passer, je pense, c'est qu'il ne faut pas s'arrêter à l'école. Il faut vraiment aller plus loin. En deuxième année, le week-end, j'allais parfois travailler pour l'agence.    L’après-midi de mon dernier examen de BTS, je partais au Mans pour couvrir les 24 heures. Et le jour où j'ai eu le résultat du BTS, j'étais en reportage pour Peugeot !!   Quel est ton métier actuel et en quoi consistent tes missions ?  Je suis photographe reporter de sport automobile, je couvre des compétitions automobiles. Je ramène des reportages tout simplement pour différents clients. Je suis freelance en statut artiste auteur.  Mon métier c’est de raconter tout un weekend de course. Par exemple, un Grand Prix de Formule 1, c'est 4 jours, du jeudi au dimanche, où je dois avec mon appareil photo raconter tout ce qui se passe. Mais je couvre aussi d’autres évènements, je fais le Paris-Dakar et c'est 2 mondes totalement opposés.  C’est 2 semaines de rallye, dont 3 semaines sur place, c'est un rallye itinérant en Arabie saoudite, on s'arrête à un endroit pour prendre tous les concurrents qui passent en photo, c'est totalement différent. Dans tous les cas, on travaille en équipe parce qu’il faut impérativement être à plusieurs pour la plupart des reportages, et pouvoir vraiment bien raconter.   Cela correspondait à tes attentes ?   Complètement, c’était mon rêve !! Aujourd’hui j’ai un métier qui me permet de faire le lien entre mes deux passions, l’automobile et la photographie.    Quelles sont les compétences ou qualités demandées pour faire ce métier ?   Il faut être passionné avant tout, parce que cela demande beaucoup de sacrifices. Il faut savoir travailler en équipe.  Cela demande beaucoup d’effort mais en revanche, si on fait ça pour soi, par passion alors c’est différent. Comme on dit souvent, il suffit de faire un métier qui te passionne pour ne pas avoir l’impression de travailler.    Qu’est ce qui te plaît dans ton travail actuellement ?  J’aime lier mes deux passions, l’automobile et la photographie, voyager et aussi témoigner par mes photos de l’histoire d’un sport qui s’écrit.   Quel est le projet sur lequel tu as le plus aimé travailler, celui dont tu es le plus fier ? Je dirais la mythique course Pikes Peak International Hill Climb aux États-Unis dans le Colorado. C'est une course en montagne de 20km qui monte à 4300m d'altitude. Il fait trop chaud la journée donc la course débute tôt au lever de soleil. Il y a la route qui serpente avec la belle lumière et la mer de nuages au fond, c'est juste magique. Ça me faisait rêver plus petit et j'ai pris un plaisir fou à la couvrir.   Comment te projettes-tu pour la suite ?  La photographie de course automobile, c’est énormément de sacrifices personnels, beaucoup de déplacement. Dans l’avenir, j’envisage pourquoi pas de me stabiliser avec de la photographie de reportage, mais pourquoi pas de chantier en entreprise par exemple. On verra plus tard, pour le moment, je profite à fond de vivre mon rêve !  
etpa