Clark et Pougnaud

Clark et Pougnaud, un duo photographique surprenant

12/04/2016 - 2 minutes
Actualité
Pour leur première série « Hommage à Edward Hopper » exposée en 2000 à la Maison européenne de la photographie, le duo Clark et Pougnaud n’avait pas d’autre ambition que celle d’explorer la possibilité de créer à quatre mains, autour de leur histoire particulière et familiale avec la côte Nord-Est des États-Unis.

Virginie Pougnaud y vécut, en effet, cinq ans; Christophe Clark possède quant à lui des origines américaines. Elle fabrique et peint des décors, conciliant les influences venues de ses grands-mères, toutes deux peintres, et de sa mère, comédienne; il photographie, lui aussi par atavisme. 

La première prise de vue est consacrée aux décors, la deuxième aux modèles qui s’y verront insérés dans un troisième temps. 

 

Alchimie séduisante et non moins troublante dans ces mises en scènes illusionnistes puisant dans de nombreuses références à l’art de la première moitié du XXe siècle, notamment le surréalisme et le jazz.


Sortent chaque année de leur atelier, une dizaine d’images, généralement sous forme de séries thématiques où l’épure s’accentue.

Dans « Lost in meditation » (2009) aux tons gris et bleus et dans « Mood Indigo » (2014) aux couleurs profondes, les personnages conservent leur attitude pensive, intériorisée, tournant parfois le dos au spectateur.

La dernière série, aux accents plus que jamais théâtraux, s’intitule d’ailleurs « Le Secret », chaque image en cachant une autre dissimulée au dos de la première.

« Nous jouons avec les spectateurs en leur proposant d’imaginer la photo qu’ils ne peuvent pas voir. La deuxième (invisible) ne peut qu’être évoquée mentalement », explique d’une seule voix le duo.

Et d’ajouter : « Il y a souvent un malentendu sur nos photographies : l’apparente mélancolie est en réalité la source de notre bonheur.

Le vide est plein de promesses, l’absence est l’attente d’un retour, le silence est un murmure qui apaise, et, sous la banalité, se cache le merveilleux. »
 

clarkpougnaud.com

570caec6b1cb2.jpg
570caeb9b8bf4.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités