Conférence de Patrick Le Bescont à ETPA

Conférence de Patrick Le Bescont, responsable des éditions Filigranes

03/03/2015 - 2 minutes
Actualité

M. Patrick Le Bescont, responsable des éditions Filigranes, était le second invité pour le cycle de conférences en sémiologie de l’image à l’école. Il est intervenu vendredi 27 février de 09h à 17h auprès des sections photographie.

À mi-chemin entre expérimentation artistique et édition, les éditions Filigranes ont été pendant longtemps l’une des seules maisons d’éditions spécialisées dans la photographie, faisant preuve d’une démarche originale et audacieuse. Créées en 1988 par Patrick Le Bescont, les éditions Filigranes ont publié plus de 400 ouvrages et rassemblé plus de 200 photographes et le même nombre d’auteurs. Elles publient une vingtaine de titres par an, une dizaine de collections et de nombreux ouvrages issus de collaborations avec des galeries et centres artistiques.
Depuis sa création, l’approche éditoriale menée par Patrick Le Bescont n’a cessé d’explorer les possibilités de cette pratique, d’en approfondir les usages et d’interroger les limites entre les mondes de l’art et de l’édition. Les éditions Filigranes ne revendiquent aucune ligne éditoriale précise mais des choix fondés sur des coups de cœur offrant ainsi une grande diversité d’auteurs et d’artistes (Raymond Depardon, Shoji Ueda, Carlos Saura ou Marie Darrieusseq…) de thèmes, de styles et d’approches esthétiques. L’originalité de la démarche éditoriale de Filigranes naît de l’objet lui-même.Les livres sont conçus comme de véritables projets artistiques uniques plutôt que comme simples reproductions d’images. Le livre quitte le monde de l’édition pure pour mieux s’insérer dans un univers de création. Editeur incontournable de la photographie en France, Patrick Le Bescont vient de recevoir en 2014 le prestigieux Prix Nadar pour le l’ouvrage “Les enfantillages pittoresques" du photographe Laurent Millet.


Article écrit par Philippe Guionie et Dominique Roux

54f574972dd5f.jpg
54f5749c97e37.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités