5a67537f5c296.jpg

Coup de projecteur sur le travail de Maria Svarbova

23/01/2018 - 2 minutes
Actualité

Intitulée « Swimming Pool », son projet se révèle littéralement hypnotisant, avec ses sujets se reflétant à travers l’eau huileuse des piscines qu’elle explore. Géométrique, répétitive et symétrique, cette série de photos très graphique dévoile des modèles aussi lisses et figés que le carrelage intemporel des vieilles piscines publiques dans lesquelles elle traque ses clichés.

Maria Svarbova explore des tonalités rétro, mélangées à l’immobilité et la froideur des personnages ; on se croirait même parfois dans de vieux films de science-fiction...

A ce jour, il s’agit de la plus importante série réalisée par la photographe ; commencée en 2014, elle continue d’y travailler encore aujourd’hui.


Sa fascination pour les piscines publiques et leur atmosphère hors du temps contribue à affirmer son style, déjà bien présent dans d’autres séries telles que « Plastic World ». 

La recherche du lieu s’avère primordiale pour la composition très travaillée de ses clichés.
À travers une esthétique très personnelle, elle arrive à la fois à apaiser le regard du spectateur avec le calme et le silence des images, mais aussi à déranger à travers le détachement apparent des sujets.

Elle s’inscrit ainsi dans une étrange ambiguïté graphique, forte de contraste, entre trouble et sérénité, vintage et futurisme, pastel et rouge vif, un peu comme le passage entre un rêve et la réalité…

5a67536c94889.jpg
5a67536caeaa4.jpg
5a67536cea99d.jpg
5a6754b623541.png
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités