5a970e97755e5.jpg

« dans l’obscurité de l’espace, la lumière est un phare d’espoir »

28/02/2018 - 2 minutes
Actualité

Basé à Paris, l’artiste plasticien Julien Mauve explore dans son travail les interactions humaines et les conditions de la vie moderne.
Sa série d’images intitulée « After Lights Out » (à la tombée du jour) se situe dans une ambiance obscure, entre chien et loup et nous plonge dans le silence, la solitude et la vacuité, renvoyant à notre rapport à la lumière artificielle et à la photographie même.

Ses paysages extérieurs réalisés entre 2013 et 2017 se font à la tombée du jour et sont tous ponctués d’une seule source de lumière artificielle, comme si celle-ci n’avait pas encore été éteinte ou venait juste d’être allumée.

De nos jours, les nuits noires se font rares dans les villes, la pollution lumineuse cache les étoiles et les écrans des téléphones portables illuminent les visages et les rues.

Julien Mauve raconte à l’aide de cette série que « dans l’obscurité de l’espace, la lumière est un phare d’espoir ».
Il a voulu donner un aspect mystique à ses photographies et explique que dans un monde en noir et bleu, l’incandescence d’une seule ampoule pourrait être la plus grande promesse d’une aventure sur le point de commencer.

Rendez-vous sur son site pour en savoir plus sur cet artiste en quête de sens et à la démarche introspective teintée de poésie.

5a970e7d43f7f.jpg
5a970e7d1fa78.jpg
5a970e7cefcc0.jpg
5a970c5be33d1.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités