5bab8691d6dbd.jpg

Des anciens étudiants de l'ETPA exposent à la MID !

26/09/2018 - 3 minutes
Actualité

Les photographes ouvrent la saison des expositions du 5 octobre 2018 au 12 janvier 2019 à la MID. Parallèlement, une projection photographique sur le thème de la famille viendra compléter cette exposition dont les sujets sont proposés par 12 anciens étudiants de l’ETPA.

« Ce qui nous lie »

L’association CéTàVOIR ouvre les portes de la Maison de l’Image Documentaire avec sa nouvelle saison culturelle 2018 – 2019 sur le thème de la famille : « Ce qui nous lie ».

Réalisée en partenariat avec l’ETPA, cette exposition met en lumière le travail d’Ida Jakob et celui de Mélody Garreau. Leurs séries respectives parlent toutes 2 de la famille et seront mises à l’honneur pour ces expositions de la rentrée.  

Mention spéciale du Grand Prix photo ETPA 2014, Ida Jakobs expose sa série « La Vie devant soi » :
« Une famille de femmes : ma grand-mère, sa sœur, ma mère et moi. Un petit théâtre. Un jeu, qui parfois n’est pas si drôle. Des histoires de famille. La maternité. La mort. L’oubli. L’enfant que je suis. La figure de la mère. De mère en fille et puis aussi la perte. L’absence. La douleur. Retrouver par un geste une identité. Une genèse. Régresser, transgresser, aller à l’essence. Passer de la réalité à la fiction pour inventer une mythologie familiale, à l’instar de mes influences, de Garcia Marquez à Guibert. ».Mélody Garreau obtient le Grand Prix photo ETPA en 2017. Partie intégrante de l’exposition de la rentrée, sa série « L’innocence ternie » est un hymne à sa sœur Chloé.
« À dix-sept ans, la quête de sa propre identité se révèle être un combat. Une recherche à prendre possession de son propre corps. En cherchant ses appuis qui lui permettront son envol, Chloé replonge dans l’absence d’un père et le manque d’une vie de famille. Cela donne un air délicat de déjà vu à notre mère, qui y voit le reflet de son propre abandon. Depuis toujours, Chloé et notre mère ont entretenu une relation complexe, fusionnelle et exclusive. Un lien indéfectible les unit et cela ne va pas sans heurts. Embarquées dans une période d’une violence émotionnelle, disputes et réconciliations rythment leur quotidien.Depuis que j’ai traversé la Manche, ma voix trouve son écho et mon regard sa juste distance. Je donne à voir ces quelques photographies comme les pièces éparses d’un puzzle complexe ».     

12 autres anciens étudiants mis en lumière

Toujours dans le cadre des expositions de la rentrée qui se tiendront à la MID, une projection photographique viendra compléter l’exposition « Ce qui nous lie ».
Ce n’est pas moins de 12 sujets sur les thèmes de la famille réalisés par les anciens étudiants de l’ETPA.
Tous ont suivi cursus de l’école : Lola Bacha, Megane Bellin, Arnaud Chochon, Maud Dhillit ; Tao Douay, Alisson Julien, Chloé Michelot, Alexandre Ollier, Anaïs Ondet, Ines Pouyanne, Mathilde Ulin et Alexis Vettoretti verront leur travail projeté.
5bab84e3311e4.jpg
5bab84e2b5d05.jpg
5bab84e259b09.jpg
5bab7ed082306.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités