5b962e1be55a6.jpg

Du nouveau chez Nikon !

10/09/2018 - 2 minutes
Actualité

Depuis quelques années, le marché de la photo numérique s’est vu peu à peu chamboulé par l’arrivée d’une nouvelle génération de boîtiers dits «hybrides», proposant un savant mélange du meilleur des appareils numériques et des reflex.

Sony a ainsi tapé très fort avec sa gamme d’appareils 24*36 baptisés gamme « Alpha ».
En plus de proposer une nouvelle monture d’optiques censée profiter des avantages de son capteur, les Sony Alpha étaient les seuls à proposer jusque-là un capteur à stabilisation motorisée, et de surcroît rétroéclairée, assurant ainsi des prises de vue optimales, même en condition de très faible lumière.

Les ténors du domaine que sont Canon et Nikon n’ont pas forcément vu le vent tourner, mais après un long délai de réflexion, ils profitent enfin des salons photos de cette rentrée 2018 pour se mettre à niveau et présenter leurs propres boîtiers hybrides au format 24*36, laissant présager un virage évident vers un nouveau standard à venir.


C’est donc à Nikon d’ouvrir le bal avec deux nouveaux boîtiers annoncés il y a seulement quelques jours avec les modèles Z6 et Z7, respectivement dotés d’un capteur CMOS 24x36 rétroéclairé de 24.5 Mpx pour le premier, et de 45,7 Mpx le second. 
Afin de rester dans la compétition, tous deux profitent enfin d’une stabilisation motorisée et d’un capteur rétroéclairé.  

Bonne nouvelle pour les vidéastes, ils seront aussi capables de filmer en 4K à 60 images/secondes et Nikon en profitera également pour dévoiler de nouveaux objectifs répondant à sa nouvelle monture « Z » créée pour l’occasion.

Très prochainement disponibles, nous ne manquerons pas de revenir sur les performances de ces deux nouveaux modèles.

5b962d3c8279d.jpg
5b962d3c285b3.jpg
5b962d3bc0b15.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités