1661266615-elodie-chabrier-buller-en-ete

[EXPO] Élodie Chabrier

22/08/2022 - 2 minutes
Actualité

Une ancienne étudiante de l’ETPA expose en ce mois d’août deux de ses séries, consacrées à la photographie aquatique.

Le parcours photographique de l’artiste

Elodie Chabrier est une ancienne étudiante de l’ETPA. C’est en 2009 qu’elle sort diplômée de l’école, et se lance dans une activité professionnelle qui la passionne. Le portrait et les photos de mariage sont ses terrains de prédilection. Lorsqu’elle devient maman, sa pratique s’en ressent, et s’imprègne de cette nouvelle part d’elle-même. Les mères, les pères, les enfants, la famille… elle en fait ses thèmes majeurs, qu’elle déploie toujours à destination des particuliers.

Deux expositions dédiées à la photo aquatique

Avec sa double exposition Buller en été et Rayonne, Elodie Chabrier dévoile une nouvelle facette de son art : pendant 4 ans, l’artiste a travaillé à explorer la photographie aquatique, où l’effet d’apesanteur, la masse de ces corps qui flottent comme s’ils volaient, les reflets, opèrent comme des bulles de magie dans lesquelles le spectateur ne peut faire autrement que de plonger.

"J'ai proposé ce sujet sur les réseaux sociaux, explique-t-elle au quotidien régional La Montagne. Vu les retours positifs, je me suis jetée dans le bain pour pousser mes limites artistiques et de partage avec mes modèles. Un univers inédit pour moi et de grande liberté qui se concrétise aujourd'hui pour une première double exposition de ces œuvres imprimées sur papier d’art."

Ce sont surtout les femmes qui sont les protagonistes de son travail, auxquelles elle donne la parole, immergées dans cette atmosphère aquatique qui revêt sur ses clichés un caractère presque onirique. Les sourires d’enfants sous l’eau et les liens conjugaux viennent également éclairer quelques clichés

Jusqu’au 28 août, vous pouvez retrouver ses deux séries, d’une part aux Charitains d’Ébreuil, et d’autre part dans l'ancienne pharmacie de Châteldon.

Plus d’infos

Le site officiel d’Elodie Charbrier

Le compte Instagram dédié à ses photographies aquatiques 

1661266615-elodie-chabrier-buller-en-ete
1661266635-elodie-chabrier-expo-buller-en-ete
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités