Floriane de Lassée

Floriane de Lassée, Sous d’autres angles

19/04/2016 - 2 minutes
Actualité

Pour « Inside Views » (2004-2011), Floriane de Lassée (née en 1976) a promené sa chambre grand format de New York à Shanghai, Tokyo, Las Vegas ou Istanbul… À première vue, de vastes paysages urbains.

Un regard plus attentif révèle pourtant la présence de femmes dans l’intimité de leur espace privé.

Sous notre regard de voyeur, elles se montrent en total décalage avec le monde qui les entoure, jouant leur saynète de manière autonome.

La série « Présences » reprend ce motif, cette fois-ci hors de tout contexte.

Donnant pour consigne à ses modèles de chercher à passer de l’autre côté de la paroi semi-opaque, la photographe saisit les poses au moment où les zones de contact deviennent des îlots de netteté.

Un dispositif de caissons lumineux reproduit à échelle humaine ces silhouettes éthérées, suscitant tour à tour l’attirance, l’effroi et la fascination, entre sensualité et animalité.


De ces voyages à travers le monde, la photographe ramena également les séries « Half the Sky » et « How Much Can You Carry ».

Cette dernière est née de sa fascination pour les files de marcheurs portant des charges aussi variées que volumineuses le long des routes africaines.

Commencée en 2012 et toujours en cours, cette série s'est peu à peu étendue aux quatre continents, avec une quinzaine de pays représentés aujourd'hui (Rwanda, Ethiopie, Népal, Japon, Indonésie, Bolivie, Brésil,...).

Floriane de Lassée se plaît ainsi à offrir un autre regard, allant jusqu’à retourner littéralement les perspectives à l’aide d’une chambre photographique 4×5.

« Elle nous fait ainsi découvrir une autre dimension de notre vie quotidienne, la "vie d’en dessous" », explique-t-elle au sujet de la série « Ciels de Seine » initiée en 2011.

florianedelassee.com
5715e2a98df2c.jpg
5715e2a4da1ee.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités