Retoucheur Numérique ETPA

Focus métier : le retoucheur numérique

03/05/2016 - 2 minutes
Actualité
Son métier 

On retrouve le retoucheur numérique en aval du travail du photographe. C'est, en effet, en post-production qu'il officie, puisqu'il intervient sur les créations de ce dernier, dont il va améliorer le rendu, gommer les petites imperfections, supprimer des éléments ou encore retravailler la luminosité.

Une fois le cliché finalisé, le retoucheur numérique livre son travail au commanditaire du projet.


Ses outils

Dans le cadre de son activité, le retoucheur numérique peut être amené à travailler en agence, en indépendant ou en tant que salarié.

S'il utilise souvent les mêmes outils informatiques, comme Lightroom ou Photoshop pour ne citer que les plus célèbres, 


il s'épanouit dans la diversité des photos qu'il retravaille, et des univers qu'il côtoie (publicité, mode, photo-reportage, photo culinaire…). 

Ses qualités

Plus il saura faire preuve de sensibilité artistique et d'une écoute attentive, afin de comprendre la culture et l'identité de la marque qui le sollicite, plus son travail sera pertinent et efficace.

Bien qu'il ne soit pas rare de voir les photographes retoucher eux-mêmes leurs clichés, le métier a gagné en technicité, et le retoucheur numérique a su trouver sa place, notamment auprès de professionnels souhaitant se consacrer entièrement à leur art, ou dans le cadre d'importants projets photographiques.

Crédits photos : belgioitaly, Juan Rubiano, Sbn1984
572864d16dc6c.jpg
572864ce4aa86.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités