etpa-grd-prix-photo-2021-29.jpg

[GRAND PRIX] Photo 2021 - Cérémonie et Lauréats

07/07/2021 - 2 minutes
Actualité
Toulouse

Le Grand Prix Photographie de l’ETPA s’est déroulé le 24 juin dernier. Le travail des étudiants en 3ème année d'3ème année d'Approfondissement à l’ETPA a été confronté aux regards des professionnels qui ont attribués un Grand Prix, un Prix Spécial du jury et 4 mentions aux lauréats de la promo 2021.

Album photo

La consécration

Le 1er prix, décerné chaque année à l'étudiant qui a produit un ensemble de projets parmi les plus aboutis, a été attribué par un jury de professionnels de renom. Ce dernier évalue les compétences techniques, artistiques et la créativité des différents candidats. L’intégralité des travaux effectués dans le cadre de cette année a fait, à cette même occasion, l’objet d’une exposition, où parents et professionnels de la photographie ont été invités à découvrir le talent de chacun.
Pour les étudiants, ce jury représente la concrétisation de 3 années d’études et une mise en lumière de leur travail. Parallèlement, un 2ème prix et des mentions spéciales du jury ont été également attribués en fonction des « coup de cœur ».

Les lauréats

Cette année le jury, composé de Jane-Evelyn Atwood, Alain de Baudus, Yannick Labrousse, Gilles Favier, Pascal Clément, Laetitia Guillemin, Patricia Morvan, Tao Douay, Ludovic Careme ont attribué les différents Prix qui récompensent l'ensemble des travaux réalisés sur une année (4 séries au total) :

Les Mentions spéciales

En plus du Grand Prix et du prix spécial du jury, ce dernier récompense d'autres étudiants qui ont su se démarquer. En voici la liste :

  • Flavie Bessaguet
  • Alexandre Rougé-Thomas
  • Victor Tionnais
  • Lara Sangline

Félicitations à tous pour ce merveilleux travail digne de véritables professionnels !

 

(Crédit photo : Johanna Senpau)

maeva-benaiche-grand-prix.jpg
marie-huguenin-prix-special.jpg
les-laureats-du-grand-prix-photo-2021.jpg
mae-va-benaiche.jpg
Sur la même thématique
5c9a07e30f112.jpg

Découvrez la série de l’artiste malaisien Grey Chow sur la voie lactée.

12 novembre 2018

Photographe professionnel basé à Kuala Lumpur en Malaisie, Grey Chow est profondément passionné par la nature et les paysages grandioses. Fasciné par l’astrophotographie, c’est après avoir découvert une incroyable photo de la Voie lactée sur internet, qu’il décide de partir lui aussi à la chasse aux étoiles avec son propre matériel. Sur son site, il raconte ses nombreuses randonnées, dont une à plus de 4000 mètres d’altitude pour enfin obtenir le cliché parfait ! Par exemple lors d’un voyage en Inde, où il a photographié le Key Monastery, situé dans la vallée de Spiti à 4166 mètres d’altitude avec une température extérieure de -5 degrés. Passionné de voyage, il ne perd pas une occasion pour partir en quête de nouveaux paysages, toujours surplombés par la Voie lactée et ses couleurs. La Nouvelle-Zélande et ses contrastes uniques fait d’ailleurs partie de ses destinations préférées. Selon lui, c’est l’un des pays où l’on voit le mieux la Voie lactée et la voute céleste en général. Parmi ses nombreuses séries, il a notamment réussi à y capturer la fameuse « Southern Lights » ou Aurore Australe au-dessus d’un paysage sublime. Un autre exemple : en Indonésie, il a aussi passé une nuit entière à capturer une incroyable image du mont Bromo (un volcan toujours actif) surplombé par la Voie lactée, à plus de 2000 mètres d’altitude. Pour en savoir plus, retrouvez tous ses travaux sur son site internet : http://greychow.com

Etpa - Actualités
5c9a09dbd1a21.jpg

Les séries de photographies infrarouges du photographe Pierre-Louis Ferrer.

31 octobre 2018

Pierre-Louis Ferrer débute la photographie en 2006 en parallèle de son métier dans l’ingénierie aéronautique. Ce n’est qu’en 2016 qu’il bascule et décide de devenir photographe professionnel. Ses travaux couvrent de nombreux sujets : paysages, architecture, portrait… La particularité de ses réalisations réside dans leur approche expérimentale, faisant largement usage de filtres infrarouge et ultraviolet, permettant d’étendre le domaine spectral de ses clichés. Par exemple, dans sa série « Périg’Or Jaun », Pierre-Louis Ferrer aborde les paysages typiques de la Dordogne avec la technique de la photographie infrarouge numérique, offrant un résultat de végétation surprenante, variant dans une palette de jaunes vifs et lumineux. Il trouve ainsi le moyen de nous faire redécouvrir la beauté de la région, tout en faisant un clin d’œil aux quatre appellations touristiques du Périgord vert, noir, blanc et pourpre. On peut aussi trouver dans son portfolio d’autres séries de paysages avec des végétations capturées en infrarouge dans une gamme plus classique de rouges, mais tout aussi surprenantes. « Hail to the sun » est une série de portraits montrant des modèles photographiés à l’aide de filtres ultraviolets. Il met ainsi en valeur de nombreux détails de la peau, normalement invisibles à l’œil nu. Ce procédé permet à Pierre-Louis Ferrer de rendre visible ce qui ne l’est pas et de mettre en avant le temps qui passe. Un artiste à découvrir plus en lumière sur son site : http://www.plferrer.photos/portfolio/

Etpa - Actualités