jeremy bwilliams

Jeremy BWilliams, le photographe autodidacte

07/06/2017 - 4 minutes
Actualité

Comment t’appelles-tu et quel âge as-tu ?

Je m’appelle Jeremy B Williams, j’ai 31 ans.

Quel est ton métier?

C’est une question compliquée... Disons Artiste. Ca résume un peu.

Quelles études as-tu fait pour en arriver là et pourquoi as-tu décidé de partir dans le secteur artistique ?

Aha, c’est là que c’est compliqué… J’ai commencé ma vie professionnelle par la ferronnerie d’Art que j’ai étudiée et dont je suis diplômé (CAP).

Je suis ensuite passé rapidement par une préparation militaire dans la Marine Nationale, puis je suis parti dans la sécurité privée.

Après un accident de la route au cours d’une intervention, je me suis retrouvé très vite sans emploi. C’est là, que j’ai commencé à prendre des cours de théâtre amateur dans la Drôme, pour finalement me présenter au Conservatoire National de Montpellier.

C’est durant ma période au Conservatoire que j’ai commencé à m’intéresser à la Photographie.

Nous étions une flopée de jeunes acteurs fauchés et nous avions besoin de portraits pour pouvoir passer des castings… Alors j’ai acheté mon premier appareil.

Quel a été ton parcours artistique entre tes études et aujourd’hui ? 

Mon parcours est assez lié aux études finalement…

Je suis autodidacte en photographie alors je ne cesse de me former de quelques manières que ce soit : en discutant avec d’autres photographes, en lisant, et bien sûr, grâce à internet.

Je crois que j’étudierai tout au long de ma vie car il y a énormément de choses à apprendre… Et heureusement, c’est ce que j’aime !

Comment décrirais-tu ton style aujourd’hui? A-t-il évolué ?  

Je ne crois pas avoir de style photographique particulier, ou du moins, je n’en ai peut-être pas encore conscience ?

Je suis curieux de nature et je n’arrive pas à me cantonner à une seule chose. Peut-être que c'est ça mon style.

Pour ce qui est de l’évolution, disons que ce qui est sûr, c’est que j’évolue chaque jour de manière différente, que ce soit dans la technique ou dans ma manière de voir et d’appréhender la photo.
Mon style, suivra probablement.

Quels sont les aspects qui te plaisent le plus dans ton activité de photographe ?

C’est de pouvoir passer du tout au tout, d’un extrême un autre. 
Faire du nu dans une roulotte le Vendredi, des photos de mariage le Samedi et passer mon Dimanche embusqué dans un buisson à attendre un cerf qui ne viendra jamais.

Il y a aussi autre chose que j’aime encore plus : c’est fouiller dans mes photos et observer des clichés pris il y a longtemps et pouvoir m’arrêter sur des portraits, sur n’importe quel visage, le regarder autant de temps que je le souhaite et me dire : « Putain, il est beau ce con ! » (ou « elle est belle », bien entendu).

As-tu un message à faire passer ?

Un message d’amour.
Il faut s’aimer soi-même et aimer ceux qui nous entourent ! Absolument tous. C’est une des choses les plus difficiles à faire mais c’est la base de tout et même de la photographie ! Ceux qui disent que la base de la photo c’est la lumière c’est qu'ils n’ont pas encore compris…

Pour voir plus de photos de Jeremy BWilliams, rendez-vous sur sa page Instagram.

N'hésitez pas à vous rendre à son exposition TRIPTYK, c'est jusqu'au 30 juin, au Panier Beau & Frais situé dans le quartier des Beaux Arts à Montpellier.



5937bfe703d54.jpg
5937bfe7142fa.jpg
5937bfe733224.jpg
5937bfe743d6c.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités