Andrius Labasauskas

La série de photographie abstraite d'Andrius Labasauskas

22/06/2018 - 2 minutes
Actualité
Quel photographe, même amateur, ne s’est pas déjà amusé à faire de longues poses dans l’obscurité, en jouant avec une lampe ou une bougie devant son appareil pour expérimenter des dessins lumineux !

L’artiste Andrius Labasauskas reprend justement cette technique et nous propose de découvrir d’étonnantes créations en « Light-Painting ». 
À l’aide d’une canne à pêche et de fils lumineux, il dessine devant son Canon EOS 7D de véritables sculptures de lumière en trois dimensions.

La lumière colorée de bleu, de jaune ou de rouge devient matière et forme un objet sculptural en volume et transparent, comme une vision éthérée et éphémère. 
L’objectif de cette série consiste à questionner l’identité et la nature de ce que nous renvoient ces photographies. 
Il faut laisser aller son imagination en se concentrant sur ces formes lumineuses et tenter d’en trouver l’histoire.

Spécialisé dans l’illustration et la photographie, Andrius Labasauskas vit et travaille à Vilnus en Lithuanie. 
Il a également réalisé une série d’images sur le thème des Space Invaders, représentés en trois dimensions dans le ciel de New York, de Los Angeles, de Dallas ou encore de Boston.

Pour vous faire une idée plus précise de son univers graphique, retrouvez l’ensemble de ses travaux sur Behance.
5b5b2b03a649e.jpg
5b5b2b0341e82.jpg
5b5b2b02d6aa1.jpg
5b5b2b0273f24.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités