Masashi Wakui Tokyon

Le photographe japonais Masashi Wakui

22/02/2016 - 2 minutes
Actualité

Masashi Wakui est un photographe japonais très apprécié sur la toile et notamment sur Instagram, grâce à des séries de photos de nuit de la ville de Tokyo.

À travers des rues à première vue anodines, il arrive à mettre en valeur des ambiances et des atmosphères étonnantes, jouant avec talent sur les lumières et les néons de devantures que l’on retrouve un peu partout dans la capitale nippone.

Ces travaux rappellent immédiatement les premières scènes du célèbre film Blade Runner de Ridley Scott ou encore une certaine vision poétique du Japon traditionnel que l’on retrouve dans certains films du studio Ghibli.

Avec des cadrages et des retouches subtiles,il donne à ses photos une dimension véritablement cinématographique, et offre une vision tout à fait authentique aux faubourgs de sa ville natale. 

Si nous n’avons pas réussi à savoir quel matériel il utilise, on imagine facilement qu’il travaille sur pied (photo de nuit oblige), avec plusieurs focales fixes en 35 ou 50 mm.

Son travail a de quoi inspirer n’importe quel passionné de photo et vous donnera sans doute des idées d’exercices la prochaine fois que vous vous retrouverez avec votre boitier dans une ville sous la pluie.

Vous pourrez voir tous ces travaux et suivre son activité sur Tumblr.

masa-photo.tumblr.com

56cb22cc872a4.jpg
56cb22c6bc493.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités