Lieux désaffectés Romain Veillon

Le photographe Romain Veillon et ses voyages de lieux désaffectés en Europe.

02/09/2016 - 2 minutes
Actualité
Romain Veillon est un photographe qui s’inscrit dans une tendance de plus en plus répandue depuis quelques années sur la toile, visant à capturer des lieux désaffectés de toute présence humaine, mais demeurant toujours hantés par une certaine forme de présence.

Dans ses nombreuses séries, il invite le spectateur à revisiter des lieux où le temps semble s’être arrêté. À travers des lieux toujours très authentiques, les aiguilles de la montre semblent s’être figées à jamais.

 

Il revisite ainsi de façon surprenante avec des espaces fantômes, où la lumière joue un rôle essentiel pour raconter ou rêver l’histoire passée de ses sujets.

Les contrastes de jours et d’ombres demeurent alors les seuls sujets vivants dans ces constructions figées dans l’espace et le temps.


Dans ces lieux où tout semble s’être arrêté, les traces du passé restent cependant palpables, la poussière et la décrépitude des années laissant peu à peu la nature reprendre ses droits sur l’homme et l’ambition originelle des constructions.


On peut découvrir dans ses travaux des atmosphères de lieux abandonnés dans lesquels son regard de photographe insuffle une nouvelle forme de vie grâce à la poésie de son œil averti.
Laissez-vous happer par son site, vous risquez de ne pas en revenir indemne…

Portfolio de Romain Veillon

5824474dcc979.jpg
582447874b92f.jpg
582447592a921.jpg
5824471696fbf.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités