5c9a10f0d3431.jpg

Les étudiants de l'ETPA en résidence à Vendôme

26/06/2018 - 3 minutes
Actualité

Mardi 12 juin 2018, nous arrivons dans la ville de Vendôme après avoir eu la chance d’être sélectionnés pour participer au Campus international des promenades photographiques.
Nous rejoignons 24 autres étudiants issus de quatre écoles différentes. Sous la direction de Mat Jacob du collectif tendance floue, et de Odile Andrieu directrice des promenades, nous avons été invités à travailler en écho à mai 68 à travers le thème « Slogan ».

Amenés à choisir parmi les cinq slogans proposés, nous nous sommes mélangés dans les groupes de travail afin de commencer notre production.
Lors des quatre jours de production qui nous ont été impartis nous avons dû répartir notre temps entre recherche d’inspiration, cohésion de groupe, demande d’autorisations, et prises de vue intensives.

En effet, notre travail devait mettre à contribution le territoire de Vendôme et ses acteurs. Chacun d’entre nous a suivi une piste de réflexion différente et propre à sa sensibilité. Kévin Spadafora qui illustrait le slogan « La beauté est dans le rue » a choisi de réaliser des portraits et de rendre hommage aux employés publics qui ont pour mission d’embellir la ville. Pour cela, il a parcouru les rues à la rencontre des profils qui l’interpellaient.

Cloé Harent et Pauline Thollet ont toutes deux travaillé sur le slogan « La vie est ailleurs » en aillant pour autant une approche tout à fait différente.
Cloé a remis en question le sens de « l’ailleurs » en posant son regard sur ces personnes qui ont une vie en dehors de l’effervescence actuelle.
Elle est allée la rencontre de ceux qui travaillent la terre, qui ont un autre rapport à la nature et à la temporalité.


Elle a effectué un reportage sur un élagueur parisien qui à choisi de revenir à ses racines et sur une famille multi-générationnelle qui vit de sa production dans une ferme reculée. 

Pauline quant à elle a choisi de signifier l’ailleurs à travers des portraits de résidents de maisons de retraite mis en situation regardant vers la fenêtre de leur chambre. Elle observe ici sensiblement la confrontation entre l’évasion vers l’extérieur et l’intérieur marquée par le passé et les souvenirs.

Pour le thème « vivre au présent », Paul Baudon a réalisé une série de portraits sur la jeunesse de Vendôme.
Dans la diversité des rencontres, il interroge ainsi sur la pluralité du sens de ce slogan pour ces jeunes, dont les choix vestimentaires, culturels et professionnels sont souvent très différents.

L’oeuvre collective du campus a fait l’objet d’une recherche scénographique afin de produire une fresque de vingt-cinq mètres de long affichée sur un mur placé à l’entrée du festival.

Le séjour a été ponctué d’interventions de professionnels partenaires, FUJIFILM, l’ADAGP et de photographes en la personne de Marc Simon et de Ljubisa Danilovic, qui nous a par ailleurs offert une lecture de portfolio, en commentant les séries produites au sein de l’ETPA, dans un regard critique et bienveillant.

Après un week-end de vernissage intensif, nous rentrons sur Toulouse forts d’une expérience enrichissante, qui marquera notre travail photographique dans les prochaines résidences auquel nous postulerons.

5b31e93e4de82.jpg
5b31e93e838ac.jpg
5b31e93ef264f.jpg
5b31e93f6fe6f.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités