sandra-mehl-fading-into-the-blue

[Les grands témoins de la photographie] Intervention de Sandra Mehl

16/12/2022 - 2 minutes
Actualité

Le 16 décembre, Sandra Mehl est intervenue dans le cadre du cycle annuel "Les grands témoins de la photographie"

La photographe Sandra Mehl a été la deuxième invitée du cycle annuel « Les grands témoins de la photographie » mis en place depuis 2008 à l’école ETPA par Philippe Guionie, enseignant en Cultures et sémiologie de l’image.

Diplômée de Sciences-Po Paris et de l’Ehess en sociologie, Sandra Mehl travaille dans l’humanitaire, puis dans le développement urbain, avant de se consacrer à la photographie documentaire. Elle s’intéresse aux relations entre les hommes et leurs territoires de vie, d’abord à l’étranger, et développe, à ce titre, en 2009 un travail sur les checkpoints entre Israël et la Cisjordanie, à l’occasion du 20ème anniversaire de la chute du Mur de Berlin. Son travail photographique s’oriente ensuite vers les mondes populaires en France, devenant plus intimiste, et se déployant dans la durée.

Elle travaille alors pendant cinq étés sur une plage de Sète, puis sur le territoire urbain, documentant l’intimité quotidienne de deux soeurs adolescentes de la Cité Gély de Montpellier pendant deux ans, Ilona et Maddelena. Cette série a reçu plusieurs récompenses. Fading into the blue constitue son dernier travail au long cours, commencé en 2017 en Louisiane.

En parallèle de ses projets photographiques personnels, Sandra Mehl travaille pour la presse française : Le Monde, Marie-Claire, Géo, Paris-Match, Libération, L’Obs…) et étrangère (New York Times, Stern, Internazionale, Financial Times Week end magazine…), et réalise des commandes institutionnelles.

Légende des visuels : ©Sandra Mehl

 

sandra-mehl-fading-into-the-blue
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités