Mystères d'Osiris à l'Institut du Monde Arabe

Les Mystères d'Osiris à l'Institut du Monde Arabe. Une scénographie immersive

21/01/2016 - 2 minutes
Actualité

Quel lien peut-il y avoir entre les expositions Osiris, mystères engloutis d'Égypte à l'Institut du Monde Arabe [du 8 septembre 2015 au 6 mars 2016] et Cartier au Grand Palais [du 4 décembre 2013 au 16 février 2014] ? Entre l'archéologie et le luxe ?

La marque de fabrique des deux scénographes. Sylvain Roca et Nicolas Groult plongent en effet à chaque fois le visiteur dans une ambiance immersive, une façon efficace pour rentrer dans le sujet.

Il est vrai que ce choix était particulièrement pertinent pour l'exposition de l'IMA : elle illustre le bilan de fouilles sous-marines qui ont redonné une place sur la carte de deux villes de l'Egypte pharaonique balayées au VIIIe siècle après J.-C. : Thônis-Héracléion et Canope dans le delta du Nil.

Il était donc important de retrouver cette ambiance sous-marine pour comprendre l'avancée des plongeurs ainsi que le contexte secret des cérémonies des Mystères d'Osiris – qui étaient rejouées chaque année juste avant d'ensemencer les terres agricoles. La couleur a un rôle très important, participant de l'ambiance onirique.

Une difficulté qu'ils ont dû résoudre est la grande différence d'échelle des objets, allant de la sculpture monumentale avec près de 4 mètres de haut à l'amulette de moins de 2 centimètres. Les vitrines et les socles se font transparents et s'effacent.

Les deux autres points importants pour les scénographes concernent le graphisme – il fallait impérativement des panneaux avec des textes à la ligne épurée – et l'éclairage – le scénographe lumière est à l'aise avec l'éclairage de théâtre –, ce qui participe également de l'accompagnement didactique d'une exposition.

Sylvain Roca et Nicolas Groult ont été choisis pour ajuster cette scénographie lors de la prochaine itinérance de l'exposition au British Museum à Londres, du 19 mai au 27 novembre 2016. L'occasion de comprendre les attentes et les codes d'un musée anglo-saxon.

www.imarabe.org
www.sylvainroca.com
www.nicolasgroult.com
56a0fff31a021.jpg
56a0ffc776616.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités