542a557b50c65.jpg

Les photos 'time-sliced' de l'artiste Richard Silver

29/09/2014 - 1 minute
Actualité

La photographie numérique permet bien des libertés, notamment grâce à l’évolution des boitiers et de leurs capteurs, qui sont aujourd’hui capables de capturer des plages de couleurs et de lumières bien plus importantes que ce que nos yeux nous permettent de voir. En photo numérique, la postproduction permet de jouer avec énormément de contrôle sur les teintes, les nuances, et les seuils d’exposition des images. Le photographe Richard Silver use et abuse justement de ce potentiel pour nous faire découvrir des clichés mis en scène et découpés selon les
différentes heures de la journée. Cette ingénieuse technique, dite « Time-sliced » permet d’observer des sujets subdivisés dans le temps ; une manière efficace pour se rendre compte de la beauté d’un environnement, quelle que soit l’heure à laquelle on l’observe. Amateurs d’effets et de technique, vous pourrez en apprendre plus sur les nombreuses réalisations de cet artiste numérique, qui vont bien plus loin que ces quelques effets…
richardsilverphoto.com

542a558c2051f.jpg
542a558449eaf.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités