paul-baudon.jpg

Paul Baudon, un autre regard sur les manifestations

07/10/2019 - 2 minutes
Actualité

Que nous dit
le retour des manifestations de rue ?

En France, avec la crise des Gilets Jaunes, mais pas seulement, partout dans le Monde, de l’Algérie au Soudan en passant par Hong Kong, la rue manifeste pour dénoncer une crise de la représentation et un délitement de la démocratie.

Paul Baudon, jeune photographe, dans la pure veine du documentaire, en s’attachant à suivre samedi après samedi le mouvement social des Gilets Jaunes de ces derniers mois, nous apporte ses éléments de réponse. Il a assisté au spectacle d’une révolte dont l’issue est systématiquement un affrontement avec les forces de l’ordre. Dans ce contexte, la détermination des deux parties a engendré une radicalisation des rixes et une rhétorique guerrière. Les armes mises à la disposition des forces de l’ordre, certes non-létales, ont engendré des blessures multiples.

David Dufresne, le journaliste qui tient comptabilité rigoureuse de ces violences, en était à 860 signalements début juillet de cette année ! Paul Baudon, quant à lui, ne s’est pas arrêté au désordre de la rue pour ses images. Il est aussi allé à la rencontre de victimes et a scénarisé les armes utilisées par les policiers. Il nous pose à son tour la question de la rue comme seul espace d’affirmation politique et de confrontation possible face à l’ordre établi.

Paul Baudon est né en 1993 à Libourne, en Gironde. Après avoir obtenu une licence en information et communication à l’université de Bordeaux Montaigne, il intègre l’ETPA de Toulouse en 2016 dont il obtient le Grand Prix en 2019. Ses projets photographiques documentaires se concentrent sur des questions sociales, d’histoire et de démographie.

Il a entrepris un long travail de mémoire tout au long de la frontière entre l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest sur les traces du mur. Il partage son temps aujourd’hui entre Toulouse, Paris et Bordeaux.

Suivez Paul Baudon
et son actualité 

Vous pouvez retrouver Paul Baudon en exposition à la MID de Sète dès le 4 octobre 2019 et jusqu'au 4 janvier 2020.

Retrouvez-le aussi dans son interview sur France 3.

paul-baudon.jpg
5d9af6e092c78.jpg
5d9af4ab7b5a3.jpg
5d9af6df8a6e5.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités