picto-30-ans.jpg

Picto 30 ans d'histoire de la photographie

10/10/2019 - 2 minutes
Actualité

Picto fête ses 30 ans, mais plus que 30 ans d’une entreprise, nous avons pu assister à la revue de 30 ans d’histoire de la Photographie.

La fin du XXème siècle et le début du XXIème ont été des années de bouleversement dans la photographie, tant dans son développement, que dans sa manière de l’aborder.

Le photographe 2.0

Exit les pellicules, le numérique est arrivé avec ses peurs et ses changements. Pourtant, si cette arrivée ne s’est pas faite sans heurs et peurs, le changement a amené avec lui un accès beaucoup plus facile à l’image, un confort d’accès et d’utilisation. Aujourd’hui, la plupart des appareils nous offrent un confort et une qualité que, quelques décennies en arrière, on ne pouvait égaler qu’avec un budget conséquent.

L’échange et la complicité entre photographe et tireur restent un des principes fondamentaux.

Plus de possibilités
pour plus de créativité

La photo, s’est démystifiée, elle est devenue accessible à tous. Picto, lors de cette exposition, nous a fait revivre cette histoire, via une rétrospective de l’évolution de leur métier, de l’argentique jusqu’au numérique, une évolution avec toujours la même passion.

C'est l'évolution de l’argentique vers le numérique, les écrans ont remplacés les agrandisseurs sans rien changer au regard sur l’image.

Deux photographes
mis à l’honneur

Pour cette soirée d’anniversaire unique, deux photographes sortis de l’ETPA cette année ont été choisis pour une exposition photo flamboyante alliant tirages grands formats (125x125cm) et des impressions sur tissus et caissons lumineux (140x200cm) : Grégory Tauziac et sa série "1162 Miles" et Fiona Scarcella et sa série "DragQueens".

Bravo à Picto pour ce voyage dans le temps et cette exposition annonciatrice d'un futur haut en couleurs pour la photographie !

Les expositions de Grégory Tauziac et Fiona Scarcella peuvent être retrouvées dans les locaux toulousains de Picto et sur leur site.

picto-30-ans.jpg
5d9f3380a77d3.jpg
5d9f3385e3c9d.jpg
5d9f33830fa24.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités