5a8c2652216dc.jpg

Retour sur le photographe américain Irving Penn

21/02/2018 - 2 minutes
Actualité

De New York à Paris en passant par Berlin, la rétrospective consacrée au photographe américain Irving Penn fait le tour du monde et marque le centenaire de sa naissance (1917-2009).

Ses soixante-dix années de carrière parcourent les murs des musées du monde entier, avec plus de 200 tirages tous réalisés de son vivant et de ses mains.
Il tenait à développer lui-même toutes ses images et passait des heures en chambre noire à travailler ses nuances de gris, de blanc et de noir.
Surtout connu pour ses photos de mode, on y découvre aussi des séries sur les « petits métiers », les peuples du monde, les portraits, les natures mortes, les nus et les détritus.

Après des études de design, il devient graphiste dans une université d’art avant de se mettre à son compte.


Il est très vite recruté pour intégrer l’équipe de photographes du magazine Vogue, pour lequel il réalisera sa première nature morte. 
Pendant près de 60, il travaillera régulièrement pour le magazine. 

Sa carrière se compose principalement de séries réalisées en studio, en présence d’un rideau simple peint, d’un petit tabouret, d’un trépied et d’un boîtier (très souvent un Rolleiflex). 
En plus de la dimension très graphique de ses clichés, il prenait un soin tout particulier à mettre en avant la personnalité des modèles ou des célébrités avec lesquelles il collaborait. 

Pour cela, il aimait prendre du temps avec eux, afin de créer un lien, et capturer des instantanés éternels, révélateur de leur personnalité.

5a8c1fe7abf58.jpg
5a8c1fe770a52.jpg
5a8c1fe6f3b51.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités