Inscrivez-vous à nos ateliers photo pour apprendre auprès de professionnels expérimentés, tous les mercredis après-midi à partir du 15 mai !

Plus d'infos
smgo-2.3.jpg

School Must Go On 2 – l'ETPA au second confinement

19/01/2021 - 6 minutes
Actualité

Depuis presque un an maintenant, nous subissons les effets d'une pandémie qui met à mal l'économie et la santé du pays. Certains secteurs sont plus touchés que d'autres et l'enseignement supérieur en fait partie. Alors que les universités ont fermé leurs portes, obligeant les étudiants à suivre le programme à distance, le décrochage scolaire menace de compromettre l’obtention de leur diplôme. Heureusement à L’ETPA, la majorité des cours a pu continuer en présentiel. Un choix assumé qui a permis de maintenir un enseignement de qualité et de préserver le bien-être de nos étudiants.

Une année sous le signe du bouleversement et de l'adaptation

Il y a un an, nous découvrions l'existence du Coronavirus qui allait chambouler nos vies, déconstruire un ordre et un quotidien établi, remodelant le fonctionnement de notre société pour nous plonger au cœur de ce qui pourrait être un mauvais scénario de science-fiction.

Un premier confinement ordonné en mars bouleversa nos méthodes éducatives, imposant à tous de rester chez soi. Étudiants, professeurs et équipes administratives ont dû se réinventer et s'adapter afin de maintenir la continuité pédagogique et assurer l'intégralité des cours. Un défi qui a été relevé afin que les étudiants pâtissent le moins possible de cette situation hors norme.

De multiples dispositions avaient été prises avec, notamment, une prise de contact hebdomadaire téléphonique pour chaque étudiant, le suivi régulier des cours diffusés à distance, le maintien des examens tout comme des stages.

Maintenir les cours, pour les étudiants avant tout

Loin de se calmer, le cauchemar connu un nouveau rebond avec l'annonce fin octobre du second confinement. Cela, à peine après les premières semaines de reprise des cours de la rentrée. Les écoles du supérieur se devaient de rebasculer l'enseignement en digital. Après l'incertitude des premières heures les campus ETPA ont acté le maintien des cours en présentiel dans le cadre de leur bonne mission pédagogique et surtout pour ne pas dégrader l'apprentissage des étudiants. Seuls les enseignements théoriques qui pouvaient l'être ont été digitalisés, les cours nécessaires demandant une pratique se sont faits à l'école. Bien entendu, toutes les mesures sanitaires et toutes les précaution ont été prises et renforcées afin de permettre aux élèves et aux professeurs d'évoluer dans un environnement le plus sécuritaire au possible.

J'ai passé mon premier confinement seul chez moi à attendre les cours en ligne, et ne rentrer le week-end que pour travailler. Pour le coup, le second je l'ai passé dans la résidence, au-dessus de l'école, et les cours n'ont été qu'à 20% en distanciel. Je n'avais pas vraiment l'impression d'être confiné.
(Romain, 1ère année Jeu Vidéo à Montpellier)

Notre école formant aux domaines spécifiques que sont les arts appliqués, il s'agit de matières difficilement dématérialisables. Cela a été fait lors du premier confinement mais les conditions n'étaient pas celles d'une rentrée comprenant des étudiants découvrant le campus, démarrant une nouvelle année et des nouveaux cours, rencontrant de nouveaux professeurs et assimilant de nouvelles façons de travailler. Il aurait été catastrophique de dématérialiser la totalité des formations. 

Les cours en présentiel permettent aussi de préserver une certaine équité entre les étudiants. En effet, le digital peut se montrer inégal entre les personnes (le débit internet selon le lieu de résidence et sa qualité, le matériel etc.). De quoi devenir rapidement un enfer pour certains. La communication et le temps d'attention est loin d'être le même par rapport au présentiel. Les interactions sont plus compliquées à distance derrière un écran. Enfin, le présentiel permet de calmer le stress ressenti face à la situation de ce nouveau confinement. Notons qu'une étude menée par l'Observatoire de la Vie Etudiante (OVE) souligna que près de 31% des étudiants ont présenté des signes de détresse psychologique pendant le premier confinement. Ce second confinement n'aurait fait que les fragiliser encore un petit peu plus.

Ça m’a permis de ne pas décrocher, de garder une rigueur dans le travail, il y avait quand même des choses à rendre, des choses à faire. Heureusement, parce que ça nous a forcé à rester en mouvement.
(Mathieu, 2ème année Praticien Photographe à Toulouse)

Pouvoir maintenir les cours s'inscrivait également dans une démarche de soutien et de lutte pour la santé mentale et le bien-être de nos étudiants. De manière générale, ce premier confinement a été très mal vécu par plusieurs étudiants, les isolants, les fragilisants, poussant certains au décrochage. Il n'est pas non plus à oublier les conditions de vie de cette tranche de la population pour nombre d'entre eux : loin de leur famille, logement étroit, disparition des liens sociaux, solitude. D'ailleurs, de nombreux articles de presse ont relaté au cours de ce second confinement des propos d'étudiants - ne pouvant aller en cours - se sentant "punis", "isolés" et "délaissés". Ce qui devrait être les plus belles années de leur vie se commuant en peine.

C'est pour cela que le corps enseignant et les équipes administratives se sont vouées aux étudiants pour leur offrir, le plus possible, un semblant de normalité et des cours de qualité.

C’est important d’avoir une présence physique avec nous, les professeurs, ils ont besoin de repères, ils ont besoin qu’on leur apprenne comment fonctionne l’école et il est très important pour eux d’avoir un contact. C’est plus facile pour eux de poser des questions et d’intervenir quand on est dans la même pièce. Il y a aussi des problématiques matérielles lorsqu'ils sont en distanciel, avec les micros, les caméras, etc. 
(Jérémy Forveille, professeur de Game Design à ETPA Toulouse)

smgo-2.3.jpg
Sur la même thématique
rdv-orientation

Les rendez-vous de l’orientation : un outil clé pour les futurs étudiants de l’école

21 mai 2024

Parfois, avant même d’avoir obtenu leur diplôme du baccalauréat, les étudiants se trouvent déjà confrontés au défi de choisir la formation qui correspondra le mieux à leurs aspirations. Dans le but de les accompagner et de simplifier les étapes cruciales qui jalonnent leur parcours, l'ETPA a récemment mis en place une vidéo, intitulée “Les Rendez-Vous de l’Orientation”, en vue de les aider à préparer au mieux leur entrée dans le monde des études supérieures, de vivre leur scolarité le plus sereinement possible et de se projeter avec optimisme dans leur avenir professionnel.Les temps fortsComment aider nos étudiants tout au long de leur scolarité ? Quels sont les temps forts qui marquent leur parcours éducatif ? Comment les éclairer au mieux pour qu’ils puissent prendre les meilleures décisions possibles et atteindre leurs objectifs académiques et professionnels ? C’est en se posant ces questions que les équipes éducatives de l’ETPA ont élaboré l’idée de cette vidéo, capable d’accompagner les étudiants dans les divers challenges qu’ils seront amenés à rencontrer dans le quotidien de leur scolarité.Comment postuler à l'ETPA ?C’est une question-clé dans le parcours des étudiants, qui ont à cœur de faire le choix le plus judicieux, et de se tourner vers une école qui leur permettra d’atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés. Dans cette phase, ils doivent avoir une idée claire de leurs divers critères de sélection – qui peuvent être d’ordre académique (quels sont les programmes des formations ? à quel niveau d’études forment-elles ?…), géographique, financier, ou encore logistique. Dans cette vidéo des “Rendez-Vous de l’Orientation”, les étudiants découvrent la nécessité d'être renseignés et motivés vis à vis de la photographie, en participant aux Journées Portes Ouvertes, aux Stages Découverte, en allant voir des expositions photo et autres.Les réponses à vos questions sont dans cette vidéo :

Etpa - Actualités
ateliers-photo-minia

[ATELIERS PHOTO] Apprenez auprès de professionnels de la photographie !

03 mai 2024

Participez à nos ateliers photographie tous les mercredis de 14h30 à 16h30, à partir du 15 mai 2024 !L'ETPA vous ouvre ses portes chaque mercredi à partir du 15 mai 2024 pour vous proposer de participer à des ateliers photographie gratuits et ouverts à tous les passionnés de photographie. Ces ateliers, vous permettront de rencontrer des professionnels de la photographie et d'avoir également des conseils de leur part dans la réalisation ou le perfectionnement de votre portfolio de photographe. Ils offrent une occasion unique d’apprendre et se perfectionner dans un cadre d’apprentissage stimulant, encadré par un professeur expert dans ce domaine.Au programme :Nous vous proposons cet atelier pour découvrir l'ETPA et apprendre auprès de professionnels de la photographie expérimentés. L'objectif est de vous accompagner et vous aider à révéler votre potentiel à travers des conseils à la fois techniques et artistiques autour de vos créations. Nous vous proposons donc un suivi personnalisé, basé sur vos créations et votre univers artistique. Au programme des ateliers:- Analyse de vos Photos : Apportez vos travaux et recevez des conseils avisés de nos professeurs experts pour améliorer votre technique et votre créativité.- Améliorez votre Portfolio : Bénéficiez de conseils pour perfectionner votre portfolio et mettre en valeur votre talent.- Découverte des locaux et du matériel : Visitez le campus et découvrez le matériel utilisé par nos étudiants pour donner vie à leurs projets artistiques.‍‍Cet atelier est l'occasion de plonger dans l'univers professionnel de l'image et d'explorer les possibilités offertes par nos formations.Inscrivez vous gratuitement Informations pratiques :Tous les mercredis à partir du 15 mai 2024.De 14h30 à 16h30Les ateliers sont gratuitsAdresse :50 routes de Narbonne,31320 Auzeville - TolosaneAccessibilité :METRO LIGNE B – ARRÊT RAMONVILLE ST AGNEBUS ligne 6 – ARRÊT MOULIN ARMAND 

Etpa - Actualités
cloe-harent-louisa-ben

[ALUMNI] Cloé Harent, mention spéciale 2019, sélectionnée au Tremplin Jeunes Talents 2024

16 avril 2024

Cloé Harent, mention spéciale du jury 2019 du Grand Prix Photo ETPA, vient d’être sélectionnée pour entrer en résidence de création en Normandie, dans le cadre du programme Tremplin Jeunes Talents 2024 de Planches Contact, le festival photo de Deauville.Le Tremplin Jeunes Talents 2024 : mettre à l’honneur les jeunes talents de la photoLe festival de photo de Deauville "Planches Contact" est chaque année l'occasion de mettre à l'honneur des artistes photographes, qu'ils soient émergents ou établis, en mettant en lumière le travail qu'ils ont élaboré. Ce rendez-vous incontournable pour tous les passionnés de photographie est une occasion unique de célébrer cet art sous toutes ses formes.C’est dans le cadre de cet événement qu’un jury de professionnels - présidé par Sarah Moon - sélectionne chaque année une poignée de jeunes artistes en vue d’intégrer le dispositif de création Tremplin Jeunes Talents. Pour l’édition 2024, parmi les cinq artistes choisis, l’ETPA est fière d’annoncer la présence de Cloé Harent, mention spéciale du Grand Prix Photo 2019.Créé en 2016, le Tremplin Jeunes Talents a pour objectif de célébrer la photographie émergente, à travers le travail de cinq jeunes artistes triés sur le volet. Pendant leur résidence à Deauville, qui se déroule en 4 temps, ils profitent des conseils et de l’accompagnement éditorial, artistique et logistique de l’équipe du festival. Au fil des séances de travail, ils mettent au point un projet photographique unique, qu’ils auront par la suite l’occasion d’exposer au grand public lors de la 15e édition du festival, prévue du 19 octobre 2024 au 5 janvier 2025.Cloé Harent, une montée en puissance entre poésie et ruralitéDiplômée de l’ETPA en 2019, Cloé Harent s’est déjà fait un nom dans le milieu de la photographie, où elle élabore un travail “sur le temps qui passe, [...] la trace de l’homme dans le temps. L’importance de la ruralité, des traditions, les références aux anciens sont autant de pistes” qu’elle explore avec finesse et sensibilité, et qui lui ont valu une reconnaissance croissante. Elle faisait déjà parler d’elle en 2021, alors lauréate du Prix ISEM Jeune Photographe (ImageSingulières - ETPA), puis en 2023 lorsqu’elle a intégré le Mentorat Photographique VU’ / Fonds Régnier pour la Création. En parallèle, sa reconnaissance grandissante l’amène à photographier quelques grands acteurs français comme Louis Garrel, Pierre Niney ou encore Raphaël Quenard.Un grand bravo à la jeune artiste, à qui l’on souhaite une brillante continuation dans son parcours artistique, dans lequel elle aspire à “aller à la rencontre de l’humain, de l’animal, du végétal, [et à] apporter une vision poétique sur ces paysages inspirants.”Découvrez le travail de Chloé Harent :© Louisa Ben

Etpa - Actualités