pxpic21-laureat-alexisvettoretti.jpg

[CONCOURS] Alexis Vettoretti remporte le Prix Roger Pic 2021

15/06/2021 - 2 minutes
Actualité

Le vendredi 11 juin 2021, Alexis Vettoretti a remporté le prestigieux Prix Roger Pic pour sa série L’hôtel de la dernière chance. Cette dernière sera à découvrir lors d’une grande exposition dans le bâtiment de la SCAM à Paris, à partir du mois d’octobre 2021.

Un ancien étudiant qui ne passe pas inaperçu

Alexis Vettoretti, ancien étudiant de l’ETPA (promotion 2013) est un photographe reporter vivant à Paris. Ayant suivi la formation praticien, de la 1ère à la 3ème année, Alexis est sorti de l’ETPA avec la mention spéciale du jury au Grand Prix ETPA.

Depuis sa sortie de l’école, ce photographe n’a de cesse de nous émerveiller avec différentes séries qui lui ont valu de nombreux prix :

  • 2015 : Bourse du Talent Reportage – "Coup de cœur"
  • 2016 : Prix mentor – Finaliste
  • 2018 : Prix Inframe/PhotoDoc – "Coup de cœur"

Sans parler de quelques apparitions remarquées, comme ce fut le cas avec l'hebdomadaire Libération

"Tourné vers la photographie documentaire, mon travail s'inscrit dans une volonté de raconter les autres dans ce qu'ils sont, dans ce qu'ils font, de les connaître pour en faire le centre de mon propos. Les rencontrer dans un esprit d'ouverture et de dialogue pour mieux comprendre leur vie, leur situation, leurs choix...

La photographie sociale me donne accès à des univers très différents, et me permet d'interroger des pratiques sociales pour tenter d'éclairer par l'image les zones d'ombre de notre société, sans à priori mais en projetant sur les faits ma propre grille de lecture.

Cette approche photographique prend place dans un processus d'apprivoisement mutuel dans lequel appuyer sur le déclencheur n'est pas un acte isolé, mais bien la reconstruction de cette relation à l'autre.

Le Prix ROGER PIC, c’est quoi ?

Créé en 1993 par Roger Pic, grand reporter et militant du droit d’auteur, le prix Roger-Pic (anciennement prix Portfolio SCAM) est un prix national de photographie organisé par la Société civile des auteurs multimédia (SCAM), qui récompense chaque année un photographe pour ses images sur des faits de société.

 

(Crédits Photo : Alexis Vettoretti, L'hôtel de la dernière chance)

pxpic21-laureat-alexisvettoretti.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités