Vue du Mausolée du martyr des villages polonais à Michniów.

Une architecture pour commémorer la barbarie nazie

20/01/2016 - 2 minutes
Actualité

Michniów. Nous sommes dans le sud de la Pologne, à 150 kilomètres de Varsovie.

Là, pendant la Seconde Guerre mondiale et l'occupation allemande se sont multipliés les crimes contre les communautés rurales polonaises. Et plus particulièrement dans cette petite ville de Michniów : la population entière (environ 200 personnes) y a été massacrée en 2 jours.

Un premier hommage leur a été rendu dès 1945 avec une tombe collective, suivie d'une sculpture baptisée la Pietà de Michniów et d'une Maison nationale du souvenir. Le musée de Kielce a décidé d'apporter sa pierre à cet édifice de la mémoire en lançant un concours pour la construction d'un nouveau mausolée, remporté en 2009 par le cabinet Nizio Design International installé à Varsovie.

Le projet entame aujourd'hui la 5ème et dernière phase de construction d'un bâtiment tout en longueur symbolisant les maisons de ce village décimé.
Construit en béton armé étanche coulé grâce à des moules, les murs découpés – symbolisant les plaies ouvertes de l'histoire – sont reliés entre eux par des parois de verre. 

Faisant échos à l'environnement, la surface du béton reprend les sillons des planches de bois. 

Ce bâtiment pose la question de la manière dont on pose aujourd'hui un regard sur cette période sombre de l'histoire avec un recul de 75 ans, sur la façon de l'inscrire dans la mémoire collective et dans l'espace publique.

L'option choisie par le cabinet d'architectes est d'afficher un mausolée imposant, voir écrasant, comme si la distance qui nous sépare du drame nécessitait un édifice symbolique proportionnel en taille aux années passées, pour ne pas oublier.

L'exercice est très délicat, et le parti pris du cabinet est de marquer les esprits.

D'une surface totale de 16 200 m2, l'exposition permanente prolongera le discours sur 1 700 m2.

Le mausolée devrait être achevé courant 2016, ayant pris un peu de retard. Il a déjà remporté en 2011 l'European Property Award dans la catégorie "Architecture de service publique".

www.nizio.com.pl
569f6209cdffd.jpg
569f633a27b35.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités