Wine project

"Wine project" du photographe brésilien Marcos Alberti

16/08/2016 - 2 minutes
Actualité
"La consommation de vin ne change pas que la façon dont vous vous sentez, il modifie également la façon dont vous agissez et comment vous regardez".

La série photographique "Wine Project" du photographe brésilien Marcos Alberti réalisée en janvier 2014 en est la démonstration.

Il y a un dicton sur le vin que le photographe aime particulièrement et qui dit à peu près ceci : "Le premier verre de vin est pour le repas, le second verre est pour l'amour et le troisième verre est sur le chaos".

Le photographe a voulu vérifier si cette affirmation était vraie : il a donc mené une expérience avec des amis dans son studio à Sao Paulo.

À l'arrivée de chacun d'entre eux dans le studio photo, il a pris une photo de face de chaque invité sobre et aussi en fin de journée, afin de capturer le stress et la fatigue après une journée de travail chargée, et un long trajet aux heures de pointe.

Après avoir terminé le premier verre de vin, il a repris un second cliché.

Dans les photos finales, qui comprennent les quatre images prises au cours de la nuit bien arrosée, des vêtements disparaissent et des sourires apparaissent. Passionné de vin, le photographe s'est lui-même pris en photo pour jouer le jeu...

"Ils sont devenus de plus en plus détendus, et ont commencé à dire des choses personnelles. Leur comportement en face de l'objectif a changé" explique l'artiste.

"L'alcool a une mauvaise réputation, mais mes clichés montrent que cela peut aussi être une source de joie.[...]si vous buvez de manière raisonnable,entouré d'amis et dans un contexte heureux." selon l'artiste.


*L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

Site web du projet
57b3123413168.jpg
5847e3e3ae890.jpeg
5847e3e3c66b0.jpeg
5847e3e3e27b6.jpeg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités