Inscrivez-vous aux journées portes ouvertes de l'ETPA. Rendez-vous le 2 Mars de 10h à 18h pour venir découvrir votre future école.

Plus d'infos

Actualité
à la Une

[EVENEMENT] L'ETPA accueille Alice Lévêque, Grand Prix Photo ETPA 2015, pour une conférence inédite.

2024-02-01

Nous sommes fier d'annoncer la conférence exclusive d'Alice Lévêque, lauréate du Grand Prix Photo en 2015, le mardi 13 février 2024 à 17h à l'ETPA. Depuis son parcours exceptionnel au sein de notre établissement, Alice a tracé une trajectoire remarquable oscillant entre photographe-auteur et photographe de mode.Au-delà des podiums, Alice a exposé ses œuvres dans des lieux prestigieux et participé à des résidences artistiques, démontrant une grande polyvalence artistique. Sa démarche artistique unique navigue entre un travail d'auteur dédié à l'exposition et une photographie de mode orientée vers ses réalisations professionnelles, fusionnant ainsi deux univers qui lui permettent ainsi d'explorer sa créativité.L'accident photographique devient son point d'ancrage, où l'impossible devient possible. Adepte du flou artistique et des techniques hybrides, Alice repousse les limites, explorant les formes, recherchant les matières et mélangeant les couleurs. Ses images sont des constructions imaginaires, résultat d'une exploration où elle scanne, assemble et superpose, capturant l'essence même de ce qui l'entoure.Rejoignez-nous pour cette conférence exceptionnelle où Alice Lévêque partagera son parcours, sa vision artistique, et comment elle parvient à faire cohabiter harmonieusement deux univers apparemment distincts.Un rendez-vous à ne pas manquer pour tous les passionnés de la photographie.Informations pratiques :Date : Mardi 13 février 2024Lieu : Amphithéâtre de l'ETPA - 50 route de Narbonne - 31320 AUZEVILLE-TOLOSANEHeure : 17hPour vous inscrire, cliquer ici ! Quelques images du travail d'Alice Lévêque : Crédit photo : Alice Lévêque   

etpa

[EVENEMENT] L’ETPA en piste pour les « 24 Heures du Mans » !

2024-01-29

L’ETPA invite le public le 8 février à deux événements gratuits et ouvert au public, organisés au sein de son campus toulousain. Un ancien étudiant de l’école, Antonin Vincent, photographe officiel des 24h du Mans, donnera une conférence autour de son métier et l’intégration au sein de la course automobile. Puis la projection du film des 24h du Mans, retour vers le centenaire, au sein du campus en présence du pilote reconnu : Eric Helary. Rencontres, débats et projections seront suivis d’un cocktail.Les 24 Heures du Mans : qu'est-ce que c'est ?La course des 24 Heures du Mans a été fondée par L'automobile Club de l'Ouest (ACO) il y a plus de 100 ans en 1923  ! C'est l'une des compétitions automobiles les plus prestigieuses et emblématiques au monde.La course automobile mythique se déroule chaque année en France sur le circuit de la Sarthe d'une longueur de 13,626 km, en France, cet événement teste l'endurance des pilotes et des mécaniques, la vitesse et l'ingéniosité des écuries et des coureurs.Pendant 24 heures chrono, une moyenne de 340 tours et 4500 kilomètres, les équipes s'affrontent jour et nuit dans une lutte d'endurance et de stratégie sur un circuit mélangeant lignes droites à grande vitesse et virages serrés. Cette course légendaire incarne l'esprit de compétition, l'innovation et le dépassement de soi, captivant les amateurs de sport automobile à travers le monde. Pour la date anniversaire des 100 ans d'existence de cette course, l'événement a accueilli plus 325 000 spectateurs et plus de 110 millions de téléspectateurs sur les 2 jours !L’ETPA et les 24H du Mans, une relation de confianceC’est la rencontre de deux univers de passionnés : celui de la photographie et celui de la course automobile. Deux mondes qui se mettent au service l’un de l’autre et qui ont pour point commun, la passion du métier.Pour la 2e  année consécutive, l’ACO (Automobile du Club de l’Ouest) a choisi le campus créatif toulousain pour diffuser l’édition du film officiel du centenaire des 24H du Mans. Les deux n’étant pas étrangers puisqu’un ancien étudiant de l’ETPA a été recruté comme l’un des photographes officiels de l’événement reconnu dans la sphère des sports mécaniques. En effet, Antonin Vincent, a intégré le milieu très prisé de la course automobile et fait partie désormais des photographes officiels de la prestigieuse 24h course.Jeudi 8 février, le photographe reviendra dans la ville rose à la rencontre du public et des étudiants de l’école pour donner une conférence autour de son expérience ; il parlera des techniques utilisées pour la photographie automobile et nous ouvrira les coulisses de son métier sur la course. Antonin Vincent a été diplômé du BTS Photographie en 2016. Il a gagné l'award de "La plus belle image de l'année" en 2020 au Festival Automobile International.Crédit : Antonin Vincent / ACOCrédit : Antonin Vincent / ACOCrédit : Antonin Vincent / ACOLe deuxième temps fort sera la projection du nouveau film « Les 24h du Mans 2023 » au sein du campus en compagnie du pilote de grande renommée : Eric Hélary, vainqueur de la fameuse course en 1993.Le pilote échangera avec le public en fin de projection.Passionné de sports mécaniques, amateurs de photographie ou simplement curieux sont les bienvenus !Pour conclure cette soirée riche en rencontres, un cocktail sera organisé au sein du Créatif ESMA / ETPA, 50 route de Narbonne en amont de la projection.Au programme-          De 17h à 18h : conférence d'Antonin Vincent, ancien étudiant de l’ETPA, photographe officiel des « 24H du Mans »-          De 18h à 19h45 : projection du film des 24H retour vers le centenaire-          De 19h45 à 20h : échanges suivis d’un cocktail jusqu’à 21h30INSCRIPTION OBLIGATOIRE ICI

etpa

[LES GRANDS TEMOINS DE LA PHOTOGRAPHIE] - Intervention du photographe Richard Pak à l'ETPA

2024-01-26

Aujourd'hui, vendredi 26 janvier 2024, nous recevions Richard Pak, auteur pluridisciplinaire. Il était le 47ème invitée du cycle "Les Grands témoins de la photographie" mise en place depuis 2008 à l'ETPA.Son oeuvre protéiforme et en constante évolution refuse obstinément la catégorisation. Photographie documentaire, recherches plastiques, convocation du récit ou de la vidéo : Richard Pak affirme sa liberté d’écriture et nous entraîne rarement là où on l’attend. Richard Pak est atteint d’une forme avancée « d’islomanie » (terme inventé par Lawrence Durell) et déroule depuis quelques années des recherches artistique sur l’insularité. Le premier chapitre de ce cycle (Les îles du désir) nous emmène à Tristan da Cunha, en plein Atlantique sud (série La Firme, 2016-2017). Le deuxième opus, L’archipel du troisième sexe, s’intéresse aux Mahu et RaeRae de Polynésie qui transgressent la frontière biologique des sexes depuis des siècles. L’archipel du troisième sexe a été réalisé dans le cadre de la Grande Commande Photographique du ministère de la Culture, pilotée par la BnF.L'île naufragéeEn 2021, la série « L’île naufragée » est lauréate de la première édition du Prix Photographie & Sciences et a aussi reçu le soutien du Cnap (Soutien  à la photographie documentaire contemporaine, 2020) et de La Fondation des Artistes (Aide à la production d’oeuvres d’art, 2020). Nauru, en Océanie, est passé en moins de vingt ans du pays le plus riche à l’un des plus pauvres au monde. L’histoire de la plus petite république du globe ressemble à s’y méprendre à une fiction littéraire dans laquelle folie des grandeurs et cupidité auraient transformé une île paradisiaque en un désastre écologique, économique et social. Le Prix Photographie & Sciences a permis à Richard Pak d’approfondir, avec l’aide de scientifiques toulousains, un procédé chimique expérimental qu’il avait mis au point, consistant à soumettre les négatifs photographiques à une solution d’acide phosphorique. À l’image de l’île, ces originaux ainsi « sacrifiés » dans le phosphate en ressortent irrémédiablement transformés et appauvris. Le rendu esthétique nous emporte vers la (science) fiction ou la fable mythologique. Les personnages de L’île naufragée, des princes et des princesses, des haltérophiles et des reines de beautés, sont accompagnés par un ballet de balayeuses qui peinent à chasser la poussière de phosphate de la surface de l’île. Des carcasses de voitures rouillées et des stations service abandonnées défilent en boucle tout au long de l’unique route circulaire du pays, comme les icônes oxydées d’une société court-termiste."La nécessité de voir vivre pour exister"Michel Poivert, historien de la photographe présente ainsi l’oeuvre de Richard Pak : « Organisée en séries ou en épisodes, l’œuvre de Richard Pak se bâtit de façon empirique, entendons sans dogme ni programme, sans systématisme non plus. Force est toutefois de constater, comme chez tout artiste, que le corps de l’œuvre est structuré autour de grandes notions et de recherches formelles adaptées. Il s’est ainsi imposé, de façon plus ou moins intuitive, une “manière” propre à Richard Pak. Pas d’effet, mais des rapports de corps à corps, l’oubli de sa présence pour la révélation de l’existence de l’autre. C’est l’idée même de photographie qui est travaillée sans qu’il ne soit question d’une cohérence stylistique de façade et encore moins d’un processus invariant qui vaut caution esthétique. Ici il faut être réaliste, là symbolique, ailleurs métaphorique, que l’approche soit expérimentale et plastique, classique et documentaire, sociologique et fictionnelle, Richard Pak affirme sa liberté d’écriture. Car ce qui se joue est souterrain, au plus profond de ce qui travaille sa représentation du monde : le sentiment océanique, la modernité tardive, la puissance des affects, l’incarnation par l’image. La nécessité de voir vivre pour exister. »Son travail a fait l’objet de nombreuses expositions individuelles en Europe. Il a publié deux monographies aux éditions Filigranes et en prépare une troisième avec les éditions Atelier EXB. Ses photographies font partie de collections publiques et privées dont celles de celles de la BnF et de la Collection Neuflize OBC.Pour en savoir plus : www.richard-pak.com©Richard Pak

etpa
Toutes les actualités
remise-prix-2023-photo

[Grand Prix] Cérémonie de remise des Prix 2023

22 juin 2023

Le Grand Prix Cet événement est un moment très attendu pour les élèves de 3e année d'Approfondissement Photographique, il signe la fin de 3 années intensives.Nos étudiants ont fait preuve d'un investissement et cela se conclut avec cette remise des prix. Leurs séries ont été confrontées au regard de divers professionnels de la photographie, qui jugent la qualité du travail élaboré, l'originalité et la pertinence.Lors de cette journée, les projets des étudiants font l’objet d’une exposition, dans laquelle parents, élèves et professionnels peuvent déambuler, à la découverte des productions.Le juryAlain de Baudus, photographeLaetitia Guillemin, rédactrice photo et cofondatrice / membre du comité artistique du festival CirculationsPatricia Morvan, co-dirige l'Agence VuYannick Labrousse, photographePascal Clement, photographeGilles Favier, photographe et cofondateur / directeur artistique du festival Images SingulièresPatrice Normand, photographeEric Garault, photographeMartina Bacigalupo, photographeTao Douay, ancien élève, photographeLes lauréatsDifférents prix ont été remis, le "Grand Prix", le "Prix Spécial", et 4 "Mention Spéciale".[[push]]C'est Caroline ANDRIVON qui a remporté le Grand Prix pour ses séries "Au carré", "Vous nous portez le poids", "(Im)passe" et enfin, "Et si on disait qu'on était tous là ?". Elena GODEFROY s'est vue récompensée pour son travail avec le Prix Spécial. Et enfin, il y a eu Mathis BENESTEBE, Lucie COMBY, Alexandre DELON et Romane SEGUY qui se sont démarqué en se voyant décerné une Mention Spéciale.Leur Instagram :Caroline AndrivonElena GodefroyRomane SeguyMathis BenestebeAlexandre DelonLucie CombyCaroline ANDRIVON :Qu'as-tu ressenti quand tu as entendu ton prénom ?Honnêtement, je n'ai pas ressenti grand-chose parce que je crois que je me suis mise dans une petite bulle. Je n'ai pas spécialement stressé sur le Grand Prix tout au long de l'année, même à la fin de l'année. De toute façon, les dés étaient lancés et tout le monde avait sa chance. La pression, est montée peut-être 1h, voir 2h avant, donc je me suis un peu mise dans ma bulle à cause du stress...Actuellement, comment décrierais-tu ton état d'esprit ?Alors là, je pense que ça fait 1 h que c’est passé donc je me sens peut-être plus apaisée, moins stressée et j'ai envie de profiter. Ce sont les derniers moments où je suis à l'école, encore étudiante donc j'ai envie de profiter avec tout le monde. C'est surtout ça. Mais heureuse et contente. Je commence à réaliser, c'est chouette.En quelques mots, pourrais-tu résumer ton expérience à l'ETPA ?C'était trois années hyper intenses, hyper enrichissantes et c'était vraiment super. Puis j'ai repris les études un peu tard, j'étais avec des plus jeunes. J'avais un petit peu d'appréhension, je ne savais pas ce que je faisais là, même si j'étais attiré par la photo.Mais j'ai vu que j'avais énormément appris. Effectivement, grâce à l'école, grâce à l'équipe pédagogique qui est très passionnée par le métier, ça a été hyper enrichissant. Etre avec des gens passionnés, ça permet de faciliter la transmission. Et en tout cas, ça a marché avec moi.[[push]]Explication de sa série "AU CARRÉ" :"Souvent oublié, parfois méprisé, le personnel ménager des hôtels remet en état, chaque jour, les chambres et les parties communes. Généralement ce sont des femmes. Elles se plient, se tordent, se contorsionnent, s’adaptent au lieu exigu, pour être le plus rapide possible, et continuer sur les chambres suivantes. Elles doivent à la fois donner une bonne image de l’établissement, respecter une cadence infernale, une exigence de propreté irréprochable sans aucune reconnaissance.Pourtant , je les vois gracieuses, l’enchainement de ces gestes précis forme une chorégraphie qui se mêle au décor.J’ai suivi le quotidien d’une de ces femmes de chambre pendant plusieurs mois jusqu’à ce qu’elle soit remerciée. Emploi jetable, remplaçable mais indispensable, symbole d’une précarité et d’une pénibilité au travail."L'événement en images :

Etpa - Actualités
grand-prix-photo-2022-1

[Grand Prix] Les lauréats 2022

12 juillet 2022

Le 30 juin dernier, l'ETPA a organisé le Grand Prix Photo de sa promotion 2022. L’événement, qui s’est tenu au sein du campus de Toulouse, était l'occasion pour les étudiants de présenter les travaux élaborés tout au long de l’année.Le Grand Prix Photo ETPA est un moment très attendu de la part des étudiants de 3e année d'Approfondissement Photographique. Cette consécration, qui conclut 3 années de travail intensif et d'investissement sans faille, leur permet de se confronter au regard des professionnels de la photographie, qui jugent à cette occasion la qualité du travail élaboré, son originalité et sa pertinence. L’intégralité des projets fait l’objet d’une exposition, dans laquelle parents et professionnels peuvent déambuler, à la découverte des productions des étudiants.Les lauréats 2022Cette année, les membres du jury ont eu la lourde tâche de choisir parmi une sélection de dossiers tous plus pertinents les uns que les autres. Et c'est Noémie Lecampion qui a remporté le Grand Prix Photo 2022, notamment pour sa série Monochrome, inspirée des œuvres de l'artiste Yves Klein.Prix Spécial du Jury, Robin Garandel n’est pas en reste, puisqu’il voit ainsi son travail récompensé.Enfin, les travaux de Martin Portes-Salbayre, de Pauline Rome, de Thomas Maquevic et de Siouxie Coutellec se sont aussi démarqués, les membres du jury leur ayant attribué à chacun une  Mention Spéciale.Focus sur la lauréate du Grand Prix Photo 2022“Ma rencontre avec l’œuvre d’Yves Klein m’a amenée à l’homme, à sa vie, ses amis et à son histoire. De Nice à Paris en passant par Fontenay-Aux-Roses et La Colle sur Loup, je m’imprègne de sa présence, de sa vue poétique, de son rapport au monde”. C’est en ces termes que Noémie Lecampion explicite sa démarche artistique, et donne à lire sa série Monochrome, qui sera par ailleurs exposée du 14 septembre au 30 novembre 2022, durant le Festival Manifesto. À cette occasion, il sera également possible de découvrir Impressionnisme, une autre série de la photographe lauréatée.Félicitations à tous pour leur travail !L'événement en image

Etpa - Actualités
etpa-grd-prix-photo-2021-29.jpg

[GRAND PRIX] Photo 2021 - Cérémonie et Lauréats

07 juillet 2021

Le Grand Prix Photographie de l’ETPA s’est déroulé le 24 juin dernier. Le travail des étudiants en 3ème année d'3ème année d'Approfondissement à l’ETPA a été confronté aux regards des professionnels qui ont attribués un Grand Prix, un Prix Spécial du jury et 4 mentions aux lauréats de la promo 2021.Album photoLa consécrationLe 1er prix, décerné chaque année à l'étudiant qui a produit un ensemble de projets parmi les plus aboutis, a été attribué par un jury de professionnels de renom. Ce dernier évalue les compétences techniques, artistiques et la créativité des différents candidats. L’intégralité des travaux effectués dans le cadre de cette année a fait, à cette même occasion, l’objet d’une exposition, où parents et professionnels de la photographie ont été invités à découvrir le talent de chacun. Pour les étudiants, ce jury représente la concrétisation de 3 années d’études et une mise en lumière de leur travail. Parallèlement, un 2ème prix et des mentions spéciales du jury ont été également attribués en fonction des « coup de cœur ».Les lauréatsCette année le jury, composé de Jane-Evelyn Atwood, Alain de Baudus, Yannick Labrousse, Gilles Favier, Pascal Clément, Laetitia Guillemin, Patricia Morvan, Tao Douay, Ludovic Careme ont attribué les différents Prix qui récompensent l'ensemble des travaux réalisés sur une année (4 séries au total) :Grand Prix - Maëva Benaiche Prix Spécial du jury - Marie Huguenin Les Mentions spécialesEn plus du Grand Prix et du prix spécial du jury, ce dernier récompense d'autres étudiants qui ont su se démarquer. En voici la liste :Flavie BessaguetAlexandre Rougé-ThomasVictor TionnaisLara SanglineFélicitations à tous pour ce merveilleux travail digne de véritables professionnels ! (Crédit photo : Johanna Senpau)

Etpa - Actualités
photo-de-classe-3eme-prat-2020.jpg

Grand Prix Photo 2020 - retour sur le grand rendez-vous annuel

01 octobre 2020

Le 10 septembre dernier s’est tenu le Grand Prix Photographie de l’ETPA. Ce rendez-vous annuel, auquel les équipes pédagogiques de l’ETPA ne sauraient déroger, marque l’aboutissement du parcours scolaire des étudiants et vient concrétiser leur passage dans l’univers professionnel.Une édition particulièreComme chaque année, et malgré une situation on ne peut plus inhabituelle, les étudiants en 3e année d'approfondissement photographique ont présenté leurs projets de fin d'études à un parterre de professionnels. Ces derniers, habitués de l'événement pour certains, ou novices en la matière pour d'autres, ont pu apprécier la qualité des travaux présentés et ont salué l'investissement des étudiants. Malgré les perturbations rencontrées cette année, les étudiants sont allés au bout de leur démarche créative, ont su s'adapter et présenter des projets de grande qualité.LA QUALITE TOUJOURS AU RENDEZ-VOUSParmi ces belles réalisations, le jury a été amené à trancher et c'est Mathilde De Keukelaere qui a reçu le Grand Prix 2020 pour son travail sur la série La perte des sens.Le Prix Spécial du jury a été attribué à Samuel Le Roux pour sa série La menuiserie.Enfin, d'autres étudiants se sont distingués et ont reçu une mention spéciale. Il s'agit de Clément Marion, Ophélie Giralt, Gaëlle Meneret, Amy Lauffer et Pauline Dupin sont pas en reste. Bravo à eux !À la différence des années précédentes, le jury s'est tenu trop tôt pour pouvoir exposer les travaux de notre lauréate au festival Manifesto. Une expo regroupant les travaux de nos diplômés a toutefois eu lieu dans les locaux de notre école. Quant à Mathilde, elle a pu mettre en valeur son travail au Laboratoire Photon de Toulouse et ce, jusqu'en mars.  

Etpa - Actualités
5d1a10dd0b777.gif

Margot Pivot, Grand Prix ETPA 2018, récompensée à Vendôme !

01 juillet 2019

Margot Pivot, Grand Prix ETPA 2018, a reçu le prix Mark Grosset pour son travail Monsieur Apollon aux promenades photographiques de Vendôme lors du weekend d’ouverture. Elle se verra exposée l’année prochaine dans le manège vendômois parmi les photographes de renom.Un Prix,des projetsJe viens de recevoir le prix Mark Grosset Photo Documentaire qui m’a permis d’obtenir une bourse de 1500€ et un appareil photo numérique Fuji Film avec un objectif focale fixe. C’est exactement la focale que j’utilise pour faire des photos reportages.Je vais pouvoir en faire bon usage et continuer ma série Monsieur Apollon pour laquelle j’ai été récompensée. Je vais continuer ce sujet car je pense qu’il y a encore des choses à découvrir sur ce personnage. Mais aussi, le lien que j’ai tissé avec lui est allé au-delà d’un projet photographique, c’est un lien amical fort. C’est pourquoi je continuerai quotidiennement à aller le voir quels que soient mes projets.J’ai d’autres projets en tête, mais cette bourse va me permettre d’acheter du matériel pour l’impression ; je pourrai travailler en autonomie du début à la fin d’un projet, même si l’équipe de l’ETPA m’a toujours suivie, épaulée et s’est toujours montrée présente. MonsieurApollonJe lui ai bien expliqué ce qui se passait, déjà l’an dernier lorsque j’ai reçu le Grand Prix ETPA et aujourd’hui ce prix à Vendôme. Il est très heureux pour moi et me souhaite beaucoup de réussite. Il a connaissance de toutes les photos, il sait lesquelles sont exposées, il connaît la scénographie et la mise en scène des images mais je ne pense pas qu’il réalise qu’il est au centre de tout ce qui se passe pour moi et que c’est grâce à lui que j’en suis arrivée là.C’est un travail que l’on a fait à 2, ensemble car sans sujet il n’y a pas de photographe et vice versa. C’est très important pour moi de lui faire partager cette expérience-là, j’essaye au maximum de lui parler de ce que je fais, de lui montrer les images régulièrement et en retour il me donne son avis. Je souhaite pouvoir l’emmener l’année prochaine à ma future exposition au sein du manège à Vendôme.L’ETPADepuis ma sortie, Laurent Gineste, Rémi Carayon et Pierre Barbot (l'équipe pédagogique), se sont toujours montrés présents. Ils sont d’un grand soutien pour moi, ils m’aiguillent et c’est une chance car c’est rare d’avoir ce suivi. À l’ETPA, on peut se permettre de communiquer avec ses anciens professeurs et d’avoir un lien fort qui, au fil du temps s’est transformé en amitié.Aussi, d’un point de vue technique, l’école m’a énormément apporté. En arrivant je focalisais sur le fait que, pour être un bon photographe, il fallait avoir du très bon matériel. Mais Rémi, mon professeur de 2ème année en praticien photographe, m’a tout de suite mise en confiance. Il a réussi à me faire développer le côté artistique et faire en sorte que je parle de moi, de ce que j’avais envie de dire et de ce que j’avais envie de montrer.De par cette approche totalement différente, je me suis sentie totalement dans mon élément.Des conseilsIl ne faut pas avoir d’apriori… cela ferme les portes. La vie est tellement plus simple quand on se pose moins de questions, il n’y a plus de barrières. Il faut aller au bout de ses envies, se lancer et foncer !PourconclureCe prix est une opportunité fantastique et une belle reconnaissance. Cela me donne encore plus envie d’avancer, d’aller voir les gens, de continuer tous ces projets et de me dire qu’il y a des gens qui aiment mon travail. J’ai envie de satisfaire les personnes qui me suivent tout en me faisant plaisir. Également, j’ai la chance d’avoir une famille qui me soutient et m’encourage, c’est aussi important pour moi de leur montrer qu’ils ont raison de me soutenir et de pouvoir les faire voyager à travers mon travail.Également, Melody Garreau, qui avait reçu au mois de septembre dernier le prix du public à Vendôme pour son travail L’innocence ternie, expose cette année parmi les photographes de renom au sein de la grande salle du manège.Les promenades photographiques de Vendôme sont à découvrir jusqu'au 1er septembre 2019.

Etpa - Actualités
5b3643498215c.jpg

Les lauréats du Grand Prix Photo et du jury Game Design 2018

29 juin 2018

Les étudiants en Game Design et en Photographie de la promotion 2018 se souviendront de la date du 28 juin. Il s'agit de la concrétisation de leur travail durant leur cursus à l'ETPA.Comme chaque année, des prix ont été attribués par un jury de professionnels.En PhotographieComme évoqué précedemment dans nos colones, les membres du jury en photographie se sont réunis en amont afin d'étudier les dossier photographiques des étudiants. Après délibération ils ont attribué des Prix aux lauréats de la promotion 2018 pour l'ensemble de leurs créations :- Le Grand Prix a été attribué à Margot Pivot - Le Prix Spécial a été attribué à Anaïs Ondet - Des mentions spéciales ont également été attribuées à : Pauline Schneeberger, Fanny Rucher, Ines Pouyanne-Janicke, Adrien Ribet.Le Grand Prix, Margot Pivot, exposera au Festival Manifesto du 14 au 29 septembre 2018.Parallèlement, les invités ont pu découvrir une exposition dans les couloirs de l'école présentant les travaux des étudiants.En Game DesignLes professionnels du jeu vidéo ont pu tester les jeux des Game Designers de la promotion 2018, toute la journée. Après la présentation de leurs jeux, chaque équipe a pu répondre aux questions des membres du jury. Enfin après s'être réunis, les professionnels ont attribué le "Grand Prix" à l'équipe du jeu "AKUMA" (Lamy Maxens, Lombard Adrien, Maurel Chloé, Vallier Joris, Caille Alexandre, Courdil Rémi, Debono Benoit, Hoffmann Vincent) et le Prix spécial aux jeunes Game Designers du jeu "CENDRES" (Bagneris Bastien, Boyer Thomas, Douezan Tony, Gaulmier Mattéo, Mitton Renaud Hugo, Payssan Julien, Zatta Ugo).Toute la promotion 2018 a été félicitée par les professionnels des studios pour le travail accompli sur leurs projets." Les étudiants peuvent être fiers de leur travail. Ce sont des projets bien aboutis avec un bon niveau. On sent qu'il y a eu un gros travail en amont, nous avons été impressionné. Le niveau augmente d'année en année ; il nous tarde l'année prochaine !" a affirmé Matthew Lourdeley Holiday du studio Ubisoft Montréal.Prochainement, les interviews des lauréats !

Etpa - Actualités
Voir plus d'actualités