1654179881-alexis-vettoretti-expo-images-singulieres-5

[ALUMNI] Alexis Vettoretti expose au festival ImageSingulières

03/06/2022 - 2 minutes
Actualité

Alexis Vettoretti s’expose tout l’été au festival ImageSingulières

À l’occasion du festival ImageSingulières, dont l’ETPA est partenaire pour la 5e année consécutive, le photographe Alexis Vettoretti, mention spéciale du jury ETPA en 2013, verra sa série Paysannes exposée tout l’été au Jardin Antique Méditerranéen (Balaruc-les-Bains).

 

Un regard sur une époque révolue

Cette série, qui donne la parole à ces femmes d’une autre époque dont les “visages portent les traces du passage d'un siècle qui a vu notre société passer de la tradition à la modernité”, fait état d’un mode de vie révolu. Le travail de la terre, l’éducation des enfants, la ruralité, le soin du foyer, sont autant de valeurs d’un autre monde.

C’est d’ailleurs bien le regard sur une société, celle d’aujourd’hui ou celle d’hier, qu’Alexis Vettoretti dépeint dans son travail. Très attaché à la photographie documentaire et sociale, il souhaite se faire le témoin d’une réalité à l’instant T, qu’il tente de retranscrire avec la plus grande objectivité. “J’aime les huis clos, photographier les gens dans leur intérieur", confiait-il à Midi Libre en mars dernier à propos de cette série, pour laquelle il s’est invité chez ces femmes nées après-guerre. Il admet d’ailleurs sans mal que "la photographie est (son) passeport pour entrer chez les gens".

 

Mention spéciale du Prix de la photo Camera Clara 2022

C’est d’ailleurs son regard au plus près de ces paysannes qui lui a valu en mars dernier de remporter la “mention spéciale” du Prix de la photo Camera Clara 2022.

Sur son site web, l’artiste de 33 ans fait un résumé éloquent de sa démarche artistique et sociétale :

La photographie sociale me donne accès à des univers très différents, et me permet d'interroger des pratiques sociales pour tenter d'éclairer par l'image les zones d'ombre de notre société, sans à priori mais en projetant sur les faits ma propre grille de lecture.

 

Alexis Vettoretti au festival ImageSingulières, en bref

Quand ? Tout l’été

Où ? Au Jardin Antique Méditerranéen - Rue du Pioch - 34540 Balaruc-les-Bains

Plus d’infos ! 

Son site

1654179881-alexis-vettoretti-expo-images-singulieres-5
1654179871-alexis-vettoretti-expo-images-singulieres-1
1654179876-alexis-vettoretti-expo-images-singulieres-3
1654179874-alexis-vettoretti-expo-images-singulieres-2
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités