baris ozturk

Baris Ozturk et sa passion nippone

12/07/2017 - 2 minutes
Actualité

Profondément passionné par le Japon et tout ce qui touche à sa culture, le photographe suisse d'origine turque, Baris Ozturk présente une série de photographies du pays du soleil levant en noir et blanc.

Comme pour beaucoup, son premier contact avec la culture nippone a débuté avec la découverte de la japanimation.

Depuis son enfance, il a toujours gardé un lien étroit avec ce pays, avec en tête le rêve de s'y rendre un jour.

Depuis 2009, il y a fait de nombreux séjours pour découvrir à chaque fois de nouvelles sensations.

Le nom de son site, "bozphor", réduction de son nom et de son prénom, fait volontairement référence au fameux pont de Bosphore qui relie la Turquie à l'Europe.


Celui-ci représente pour lui, une passerelle universelle entre les cultures, et les thèmes du partage et du mélange culturel reviennent fréquemment dans ses travaux.

A travers son site, il cherche à partager une vision réaliste du Japon, à la fois authentique et simpliste, sans fioritures.

La photographie s'est présentée à lui naturellement lors de ses premiers voyages, et il avoue volontiers que les grandes villes constituent de loin son terrain de jeu préféré pour prendre de beaux clichés.

Comme on peut le constater dans ses travaux, Baris Ozturk joue souvent à isoler l'humain dans ses environnements, qui sont pour lui l'ADN de sa vision de la société.

5965e7d3856ba.png
5965e7d35fe78.png
5965e7d33e62f.png
5965e7d312b97.png
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités