5b30b1dc43a39.png

Christian Sanna expose à Vendôme

25/06/2018 - 3 minutes
Actualité

Grâce au Prix du public de Vendôme en 2017, Christian Sanna expose son travail au festival dans le Grand Manège Rochambeau parmi les grands photographes. Nous avons recueilli ses impressions.
   
Comment est née cette série documentaire ?
Elle est née en 2014, j’étais en vacances à Madagascar. J’avais entendu dans la presse que dans une des ethnies Malgache, les jumeaux portent malheur aux familles. Lorsqu’une mère donne naissance aux jumeaux on l’oblige à donner naissance dans un orphelina ou bien même d’en tuer un. C'est un sujet qui m’interpellait fortement. Après avoir contacté l’ONU, qui à l’époque venait en aide aux familles, je suis parti avec eux durant 2 semaines.
J’ai rencontré des mères qui ont décidé de rompre avec le "Fady Kambana" (interdit religieux et culturel). Parler de ce mères était une façon de présenter le problème tout en proposant les solutions : il n’y a rien de plus simple que l’amour maternel. C'est pourquoi j'ai souhaité en parler, apporter des solutions et émouvoir les gens en même temps. En les photographiant je posais la problématique : comment peut-on contrer cette idée là qui porte malheur ?
Pour moi la solution était de le faire via le portrait traditionnel : mettre en beauté leur famille et leur donner les photos. Dans l’espoir qu’un jour le gouvernement malgache change les choses.  

Quels sont tes projets ? 
En ce moment j'expose à Vendôme les mères leurs jumeaux. Ensuite, je vais exposer à New York à l’Aperture Fundation Gallery, pour le summer open (début juillet);  « Moraingy », une expo collective des photographes internationaux sur le thème de "the way we live now". Cette série avait d’abord été exposée lors des rencontres de Bamako pour la biennale d’art photographique contemporain africain en décembre dernier ; suite à quoi on m’a proposé de faire ma première expo en solitaire à l’institut français d’Antananarivo à Madagascar.   

Quel est le photographe qui t’a influencé ? ou dont tu aimes le travail ? 
Todd Hido, Alberto Garcia Alix, Max Pam… entre autre   

Qu’est-ce que ça fait d’avoir son exposition ds le cadre des promenades photographiques de Vendôme ? 
C’est très encourageant car j’ai toujours été très critique des louanges mais ce qui m’interesse c’est de diriger ma vie dans cette photographie et exposer fait partie de ce relais. Par ailleurs, C’est très touchant d’avoir été sélectionné par le public, c’est assez représentatif de cette série militante et ouverte à chacun.   

Que t’a apporté l’ETPA dans ta façon d’appréhender ton travail ? 
L’ETPA est un énorme soutien. C’est une école où les enseignants sont là constamment et nous apportent leur aide. L'ETPA est une communauté de photographes avec lesquels j’ai tissé un lien fort. Des personnes à qui on peut faire confiance. 
Alors travaillez dur cela fini toujours par porter ses fruits.

Christian Sanna élu par le public à Vendôme
Christian Sanna élu par le public à Vendôme
Christian Sanna élu par le public à Vendôme
Christian Sanna élu par le public à Vendôme
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités