dronestagram

Concours international de la Photographie prise par Drone

10/08/2017 - 2 minutes
Actualité

En partenariat avec National Geographic, Dronestagram organise pour la quatrième fois son concours international de photographies prises par drones.

Le drone, plus qu'un divertissement

Plus personne ne contestera que la photographie par drone télécommandé est désormais devenue une discipline photo à part entière.

Que cette technique vous soit ou non familière, les résultats obtenus méritent souvent le détour et permettent d’appréhender des lieux et des paysages sous des angles étonnants.

Dronestagram et son concours international

Pour s’en convaincre, les résultats de la quatrième édition du concours international de la photographie en drone viennent d’être dévoilés.

Classées par catégories (Nature, People, Urban, Creativity…), des centaines de participants à travers le monde ont répondu présent, et les organisateurs enregistrent chaque année un nombre grandissant de soumissions.

Qu’il s’agisse de photographes professionnels ou d’amateurs éclairés de pilotage de drone, leurs travaux ont à nouveau été jugés par un jury d’experts et de photographes triés sur le volet.

Des drones à la portée de tous

L’évolution des modèles et des capteurs photo permet aujourd’hui à n’importe quel photographe ou curieux de s’équiper d’un drone à moindre coût et d’obtenir des résultats de vue aérienne de qualité.

La miniaturisation de certains modèles permet même de réaliser facilement des prises de vue en intérieur, ouvrant ainsi une multitude d’horizons créatifs. 

Rappelons cependant que la législation sur le pilotage de drone se complexifie d’année en année, notamment en France.

Depuis l’an dernier, un permis de pilotage et une immatriculation sont obligatoires pour les drones d’un poids supérieur à 800 grammes.

Dans tous les cas, rendez-vous sur le site Dronestagram pour découvrir les superbes résultats de l’édition 2017 de ce concours.
598c61b4b4814.jpg
598c61b4dcaa5.jpg
598c61b477653.jpg
598c61b51fecd.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités