Delphine Maury fragment photographie

Delphine Maury, ancienne étudiante de l'ETPA, revient sur son parcours

28/10/2016 - 2 minutes
Actualité

Après de nombreuses collaborations auprès de collectifs d’artistes et une formation à l’ETPA, où elle obtient un CAP praticien en 2012, l’attirance de Delphine Maury pour la photographie d'auteur s’est développée.

Sa démarche photographique navigue entre les notions d’identité et de mémoire où se mêlent parcours extérieurs et cheminements intérieurs.

Delphine aborde le territoire de l'être en s’attachant à sa caractéristique singulière, celle d’un refuge révélé par un jeu d'apparitions et de disparitions toujours en mouvement.

Son essai photographique, « fragment 12/01/1927 », a été réalisé lors d'une résidence à la Villa Fotographicasa, en Corse, avec la photographe Françoise Huguier. C'est une invitation au cœur d'une intimité secrètement dévoilée. Invitation à appréhender la force enveloppante du paysage semblable à un tunnel de verdure dans lequel le regard, puis le corps tout entier cherchent à se lover.
La nature, ainsi « sur-réalisée », devient un espace symbolique et protecteur rappelant les origines nourricières et maternelles de la terre.

« Delphine Maury signe son premier récit photographique « fragment 12/01/1927 ». L’ouvrage est le fruit d’une errance engendrée par la perte, une quête solitaire, un travail de deuil. Traversées par une présence indicible où se nouent intériorité et mélancolie, les photographies sont des fragments, des glissements étranges. Souvenirs, apparitions, maison de famille, absence et vide, Delphine Maury capture un temps dilaté, familier et obscur à la fois. Un temps saisi par la fugacité et la fragilité, aussi bien que par un indéfectible sentiment de durabilité. (…) »

Cendrine KREMPP, commissaire d'exposition Toulouse.

Delphine Maury - Site web
Delphine Maury - Fragment 12/01/1927
Françoise Huguier - Photographe

58234d06050e2.jpg
58234cf8901bc.jpg
58234cd02106d.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités